IRRéCUPéRABLE T2 : TRAHISON
Irredeemable Vol. 2 - Etats-Unis - 2010
Image de « Irrécupérable T2 : Trahison »
Dessinateur : Peter Krause
Scenariste : Mark Waid
Nombre de pages : 160 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 16 février 2011
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Irrécupérable T2 : Trahison »
portoflio
LE PITCH
Les anciens membres du Paradigme, le groupe de super-héros créé par le Plutonien, cherchent à tout prix le moyen de stopper la folie meurtrière de leur ancien leader. Au cours d'une mission d'infiltration au cœur de la citadelle du Plutonien, le groupe est surpris par le propriétaire des lieux. Charybde, afin de couvrir la fuite de ses compagnons, lui révèle son terrible secret...
Partagez sur :
Man of flesh

Répondant à une relecture noire et inquiétante des super-héros de comics très à la mode ces dernières années (le film Watchmen, Identity Crisis, Black Summer), Mark Waid signe avec Irrécupérable sa création la plus cruelle. Et le second tome ne va pas en s'arrangeant.

 

Avec le premier tome d'Irrécupérable, Mark Waid (Kingdom Come) entamait sa lente plongée dans les enfers d'un Superman (les références sont multiples) qui, ne supportant plus le poids du monde, entrait dans une folie destructrice d'une ampleur apocalyptique. Massacrant ses anciens collègues super-héroïques, réduisant des villes entières en cendres, le héros d'Irrécupérable ne faisait pas de cadeaux, et le comics s'attardait surtout sur la psychologie de son protagoniste. Et les raisons qui l'ont amené à devenir le mal incarné sont décortiquées avec brio dans le second volume. Les tragédies de son passé, la crainte constante qu'il provoquait chez ses proches, l'attente insupportable des pauvres terriens... Des failles qui n'ont fait que s'agrandir pour devenir aujourd'hui un gouffre béant, suite à une toute petite erreur de jugement aux conséquences désastreuses. Le parallélisme avec la création de Jerry Siegel et Joe Shuster est encore plus évident dans ces pages, à tel point qu' Irrécupérable s'apparenterait presque à une vision biaisée, un miroir déformant de l'homme de Krypton, dont la genèse naïve n'aurait jamais existé.

 

la théorie des dominos


Mais le plus surprenant ici, c'est que ce revirement perturbe autant les derniers héros en vie, que chacun voie désormais ses barrières morales s'effondrer une à une. Entre l'un qui se prend pour le nouveau sauveur, quitte à éliminer ceux qui ne veulent pas aller dans le même sens, l'une qui est obligée de révéler son aventure avec le Plutonien à son mari, le scientifique de l'équipe qui utilise la torture, et l'étrange Modeus qui semble manipuler tout ce petit monde dans l'ombre, le modèle s'effondre et le monde suit. Bien entendu l'illustrateur classique Peter Krause revient efficacement au pinceau avec son style proche, justement, des aventures de la JLA façon années 80, même si l'on dénote une vingtaine de pages bizarrement encrées, donnant à l'album un côté manga pas très agréable. A noter que le volume s'achève sur un court récit (six pages) présentant la première apparition d'Incorruptible, star d'une nouvelle série de Mark Waid se déroulant en parallèle d'Irrécupérable. Il est cette fois-ci question d'un ancien méchant qui tente de se séparer de son passé tortueux. Si l'idée à rebours semble un peu facile, comme c'est l'excellent Howard Chaykin (Punisher, Black Kiss) qui crayonne, cela donne quand même envie de suivre l'affaire.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022