STAR WARS DARK TIMES TOME 1 - L'ÂGE SOMBRE
Etats-Unis - 2007
Image de « Star Wars Dark Times Tome 1 - L'Âge sombre »
Dessinateur : Doug Wheatley
Nombre de pages : 120 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 21 novembre 2007
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Star Wars Dark Times Tome 1 - L'Âge sombre »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Le Chevalier Jedi Dass Jennir et son compagnon d’infortune Bomo Vertemousse viennent d’échapper aux massacres qui ont mis fin à la Guerre des Clones. Cependant, la famille de Bomo a disparu, et les deux amis se lancent à sa recherche dans un monde devenu plus dangereux que jamais. Dark Vador, le Seigneur Noir des Sith, doit quant à lui apprendre à plier sous la volonté du nouvel Empereur Palpatine.
Partagez sur :
Le désespoir des étoiles

La saga Star Wars continue encore et encore d'envahir les linéaires des libraires - merci Delcourt - rarement pour le pire, plus souvent pour le meilleur. Dans ce dernier lot on trouve inévitablement Dark Times qui s'attaque enfin à l'entre-trilogie. Fans de l'univers étendu ou pas, c'est l'épisode à ne pas manquer !

Il y a du changement du côté de Dark Horse depuis deux / trois ans. Longtemps cantonnés dans les limites laissées par les films et hors des zones intouchables réservées à un George Lucas pas forcément inspirés, les nombreux auteurs de l'écurie avaient parfois bien du mal à imaginer des séries se déroulant il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine. Tout juste osaient-ils s'attaquer à l'après Retour du Jedi, si ce n'est via des inévitables one-shots s'infiltrant discrètement entre les aventures mondialement connues.  Dieu le père ayant enfin achevé sa série cinématographique et oeuvrant actuellement à la production d'une série TV, Dark Horse peut enfin faire joujou avec le matériau d'origine sans risquer de froisser les lecteurs par une chronologie approximative ou révisée par la suite. Descendant directement des excellents albums de John Ostrander  et Jan Duursena, Clone Wars ayant prouvé que Lucas ne s'intéressait pas forcément aux évènements les plus passionnants de son univers, Dark Times va donc ouvrir le feu sur les fameuses années noires qui séparent la fin de La Revanche des Sith et les premières minutes d'Un nouvel espoir.

"Is the Dark Side Stronger ?"

Une période troublée, durant laquelle l'empire écrase violemment les derniers îlots de résistance, où les peuples aliens vont être considérés comme de la masse d'esclaves à bas prix et où Anakin Skywalker va achever sa transformation en seigneur Sith, sous le nom de Dark Vador. Conscient justement des enjeux narratifs de cette phase plus qu'attendue, Welles Hartley (Rebellion, Clone Wars T10) va confronter directement l'ancien Jedi à son propre choix et aux manipulations de l'Empereur. Lui-même ancien esclave (La Menace Fantôme),Vador devient dans Dark Times l'un des outils des nouveaux esclavagistes... à son corps défendant. Jamais là ou on l'attend, la série suit aussi en parallèle les derniers actes de résistance du jedi Dass Jennir lancé à la recherche de la famille de son meilleur ami Bomo, revendue comme du bétail. L'Empire s'étend et sa présence plonge clairement les peuples et les hommes dans les ténèbres jusqu'à une conclusion temporaire (vite, la suite) extrêmement violente et rarissime dans l'histoire de La Guerre des étoiles. Une sombritude (comme dirait l'autre) que soulignent habilement les planches de Douglas Wheatley, qui avec un trait réaliste d'une belle finesse et une mise en scène très « blockbuster » fait par instant la nique à la dernière trilogie. Entre Clone Wars et Dark Times, forcément, les dernières réalisations de Lucas font bien pâle figure.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021