STAR WARS VECTOR TOME 1
Etats-Unis - 2009
Image de « Star Wars Vector Tome 1 »
Dessinateur : Scott Hepburn
Nombre de pages : 96 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 8 avril 2009
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Star Wars Vector Tome 1 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Une terrible prémonition alerte le Pacte (groupe secret de voyants Jedi chargé de surveiller et circonscrire toute activité Sith) du rôle qu'est appelé à jouer la planète Taris dans un futur proche. Suite à leur vision, ils activent leur agent Celeste Morne. Le destin de cette Jedi se trouve rapidement lié à la découverte d'une puissante relique Sith, à l'armée mandalorienne ainsi qu'à Zayne Carrick, le Padawan accusé du meurtre de ses compagnons.
Partagez sur :
Pandémie

Pour les fans de Star Wars, la collection de BD éditée par Delcourt offre une expérience passionnante, construisant album après album un Univers Etendu surprenant et cohérent. C'est au milieu de ce travail de longue haleine que débarque le crossover Vector, véritable évènement 2008 dans le petit monde de La Guerre des étoiles.

Après trente ans de bons et loyaux services, on peut dire que la saga Star Wars a clairement fait sa place dans le monde du comics. Cinq ou six séries s'écoulent ainsi en parallèles, des milliers d'années séparant parfois ces grandes périodes. Quant aux scénarios, ils s'avèrent largement au-dessus de la trilogie récente, de même que le design général, dû à des artistes fichtrement doués. Une collection d'une grande qualité en somme, à la politique éditoriale on ne peut plus dynamique mais qui curieusement ne s'était jamais essayée au crossover. Ceci dit, réunir dans une même trame plusieurs titres dont les héros ont une centaine d'années d'écart n'a rien de forcément évident. C'est pourtant l'ambition de Randy Stradley (monsieur Star Wars chez Dark Horse) qui avec Vector met sur les rails un récit qui démarre dans les pages des Chevaliers de l'Ancienne République, puis dans Rebellion (avec Luke Skywalker et Dark Vador) et enfin dans l'excellent Legacy (avec Cade Skywalker). Le tout à chaque fois conçu par les artistes aux commandes des séries respectives mais avec tout de même Chris Warner (Star Wars Infinies) en poste pour vérifier la cohérence de l'ensemble.

Manque de Force

Le pitch ? Un étrange objet, le talisman de Muur, permet à son possesseur de libérer un virus qui transforme tous les êtres vivants en Rackghouls, sorte de croisement entre des aliens et des zombies. Tout logiquement, le premier tome de l'édition française contient la première partie de la saga (Knights of the Old Republic 25 à 28) où le jedi fugitif Zayne Carrick a déjà fort à faire avec la guerre entre la République et l'armée mandalorienne. On retrouve donc toute la décontraction et l'humour dus au scénariste J.J. Miller (l'adaptation d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal) et à l'illustrateur Scott Hepburn. Un ton qui ne se mêle pas toujours très bien aux perspectives apocalyptiques du crossover, le scénariste préférant accentuer l'aspect spectaculaire et aventureux de cette rencontre improbable pour mieux repartir dans les dernières pages sur le récit normal de la série. Tout ça manque un peu de naturel et déçoit forcément pour le démarrage d'un tel évènement éditorial. On espère que la suite donnera un petit coup de fouet à ce Vector.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021