PETITES CERVELLES
Recess Pieces - Etats-Unis - 2006
Image de « Petites cervelles »
Dessinateur : Bob Fingerman
Scenariste : Bob Fingerman
Nombre de pages : 96 pages
Distributeur : Les Humanoïdes associés
Date de sortie : 16 juillet 2014
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Petites cervelles »
portoflio
LE PITCH
Récré, goûter, copains... La vie est si simple à l’école. Le pire qui puisse arriver : des légumes à la cantine. Du moins, jusqu’à ce qu’un virus transforme les profs en zombies. Malheur à qui se retrouve enfermé en classe, armé de ciseaux à bout rond...
Partagez sur :
La cloche a sonné

Les Humanoïdes Associés se sont trouvé une nouvelle marotte avec Bob Fingermann, artiste indépendant encore trop méconnu en France. Après le semi-autobiographique et assez brillant Minimum Wage, voici l'heure de la récré avec Petites Cervelles.

Ayant fait ses premières armes dans l'escarcelle de l'immense Harvey Kurtzman (Weird Science, Mad Magazine) sur la revue Nuts !, Bob Fingermann en garde aujourd'hui encore les cicatrices. De bien belles cicatrices puisqu'ils prennent la forme d'un coup de crayon légèrement caricatural, rond et caractéristique, ici jamais très loin dans ses visages poupons et les débordements gluants des fameux Crados des 80's et bien entendu d'une certaine école parodique de Mad. Visuellement, le talent est encore une fois éclatant, l'artiste s'amusant à appuyer méchamment sur le contraste déstabilisant entre les grands yeux de poupées de sa troupe de petits héros et les horreurs qu'ils vont croiser (beaucoup de zombies) et celles qu'ils vont commettre (beaucoup de zombies en morceaux). Mais c'est surtout que cette bande de bambins, confortant à eux seuls tous les clichés de la chronique scolaire (le petit black, l'asiatique de maternelle, la romance entre les deux chefs de classe, la tête à claque, la brute...), ont surtout une langue bien pendue et un bagou à l'humour ravageur.

 

L'école est totalement finie


Zieutant le monde des adultes avec une acidité peu commune, réagissant avec beaucoup de sang froid à cette invasion de mort-vivants malgré des ciseaux à bouts ronds, ils passent leur temps à se payer la tête de tout le monde en commençant par leur camarades morts en culotte, jusqu'aux profs, aux curetons, au politiques et au monde bien taré des grands en général. La Club des 5 façons petits génies grandes gueules, promptes à philosopher sur l'ironie de la vie, mais bien souvent encore très étrangers aux choses plus poisseuses de la puberté et de la sexualité. Une version très piquante du Petit Spirou en somme (il y a le même prof de sport), et bien entendu terriblement gore et putride à grand renforts d'hommages appuyés au maître George A. Romero. Petites Cervelles (le titre original Recess Pieces est une référence à une marque de bonbons) débusque le politiquement correct, lui cravache les dents mais avec cette apparente naïveté, cette absence totale de vulgarité qui en font un album franchement déconnant, constamment rehaussé par des dialogues à niveaux multiples où les souvenirs d'enfance de l'auteur tournent au règlement de compte à la massicoteuse. Forcément ça défoule.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021