GOTHAM ACADEMY T.1 : LE SECRET DES COBBLEPOT
Gotham Academy #1-6 - Etats-Unis - 2014/2015
Image de « Gotham Academy T.1 : Le Secret des Cobblepot »
Dessinateur : Karl Kerschl
Nombre de pages : 144 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 11 septembre 2015
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Gotham Academy T.1 : Le Secret des Cobblepot »
portoflio
LE PITCH
Bienvenue à la Gotham Academy ! La plus prestigieuse école de Gotham City vous ouvre ses portes ! Mais derrière ses apparences d'institution idéale se cachent bien des mystères. Son campus et ses professeurs excentriques auront de quoi vous donner la chair de poule, mais rien ne vous paraîtra aussi étrange que ses étudiants... Olive Silverlock est l'une d'entre elles. Son passé nébuleux intrigue ses camarades. Arrivera-t-elle à s'intégrer à cet internat, financé en grande partie pa...
Partagez sur :
La chambre des secrets

Le succès de l'univers Batman ne semblant pas près de faiblir, DC a ces derniers mois lancé quelques nouvelles extensions, à l'instar d'Arkham Manor et Gotham Academy, donnant un angle inédit sur le décorum de la chauve-souris. Mais la série dont il est question ici est surtout écrite, tout comme la récente relance de Batgirl, en pensant aux ados. Un petit concentré d'aventure et de chronique teenage qui, contre toute attente, fait mouche immédiatement.

Pourtant ce n'était absolument pas gagné puisqu'on retrouve à l'écriture un certain Brenden Fletcher tout juste croisé sur la reprise « girly » et fadasse de notre chère Batgirl. Si les différents personnages de Gotham Academy s'imprègnent bien entendu des figures imposées du genre avec des caractères immédiatement identifiables, aucune trace ici heureusement de l'approche caricaturale du titre précité. C'est peut-être grâce à sa coscénariste, Becky Cloonan, surtout connue jusque-là pour ses talents d'illustratrice sur Northlanders ou American Vampires, mais en tout cas le résultat est là : ces gamins un peu paumés, un peu allumés sont ultra-attachants, charmants et au final très proches de l'imaginaire des gosses... Avec une petite préférence pour « Maps » une première année pleine d'énergie qui s'engouffre dans l'aventure comme dans un RPG. Le récit se concentre cependant sur Olive Silverlock, demoiselle dont la mère a été victime de l'incendie d'Arkham, et qui semble elle aussi développer des pouvoirs pyrotechniques. Il ne faut pas oublier que l'on est à Gotham et forcément l'établissement scolaire au mécène célèbre, est un lieu mystérieux qui plonge ses racines dans les secrets historiques de la ville et ses lignées fondatrices : les Wayne, les Kanes, les Cobblepot...

 

nouvelle génération


La série pioche son arrière-plan autant dans le Batman de Grant Morrison que dans celui de Scott Snyder, mais sait justement le faire avec parcimonie, juste assez pour satisfaire les fans, pas trop pour ne pas perdre les nouveaux lecteurs. Un univers partagé soit, où l'on croise Batman et même Croc, mais où l'ambiance estudiantine rappelle surtout celle d'Harry Potter, avec ses cultes de magie noire (l'Ordre de la chauve-souris), ses apparitions de fantômes, ses passages secrets, ses passés familiaux troubles et, bien entendu, ses amourettes rougissantes. Tout y est en somme, avec une fraicheur constante et surtout un amour palpable pour cette petite bande de pré-ados un peu fantasques et surtout très curieux qui mettent le nez jamais où il faut. Aucun doute que la cible va y trouver son compte, mais une petite note de nostalgie aidant, même les adultes y découvrent un vrai plaisir, tant ce premier album est solidement conçu. Il faut dire aussi que les illustrations de Karl Kerschl, croisé sur Fearest et Flash, abordent le récit presque comme l'une des récentes séries animée DC, entre comics et manga, jouant avec des ambiances lumineuses de Teen Movies et des éclairages plus racés façon suspens gothique. Non, tout cela n'a en soit rien d'original, mais cette légère prise de distance avec l'univers de Batman pourrait à l'arrivé avoir le même impact, à sa façon, que celui de la série policière Gotham Central. A vérifier avec la suite.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022