HUNT – LE JEU DU LOUP-GAROU T.1
Jinro Game - Japon - 2014
Image de « Hunt – Le Jeu du Loup-Garou T.1 »
Dessinateur : Koudo
Scenariste : Ryo Kawakami
Nombre de pages : 160 pages
Distributeur : Soleil
Date de sortie : 6 juillet 2016
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Hunt – Le Jeu du Loup-Garou T.1 »
portoflio
LE PITCH
Un soir, Airi Nishina, en deuxième année de lycée, se fait enlever par un groupe inconnu. À son réveil, elle se retrouve enfermée dans une étrange pièce souterraine en compagnies d’autres élèves, à qui l’on annonce qu’ils vont devoir participer au jeu du loup-garou qu’ils le veuillent ou non. Ce jeu est une lutte à mort entre les « loups-garous » et les villageois. Pour ceux qui ne respectent pas les règles imposées, une mort atroce. Peur et frissons sont au rendez-vous ...
Partagez sur :
Mauvais joueurs

Des jeunes adolescents se font kidnapper en pleine rue et se retrouvent enfermés ensemble obligé d'accepter un jeu de massacre et d'élimination malsain. Déjà lu ? Oui sans doute, mais Hunt est un manga survival qui est allé chercher son pitch en France, avec le jeu de société Les Loup-garous de Thiercelieux.

Même en connaissant le succès phénoménale de ce jeu, pas très loin du jeu de rôle, la rencontre entre le manga et ce dernier reste étonnant. Cependant, Les Loup-garous de Thiercelieux est une véritable gageure auprès des ados, toujours promptes à s'éliminer (gentiment) entre-eux et argumenter des heures durant pour démasquer les terribles lycanthropes cachés au milieu des braves villageois. Une mécanique de la recherche du bouc-émissaire, parfaitement en adéquation avec la récente vague de thriller survival dont se sont emparés généreusement les éditeurs français : Killer Instinct, Doubt, Abyss, Kingdom Game... La liste est longue et malheureusement les différentes séries ont rapidement tendance à se ressembler, toutes calquées sur des arguments et des mécaniques identiques, et surtout des personnages bien ancrés dans les codes de la comédie teenage. Ici ça ne rate pas, l'héroïne est gentille et timide comme il se doit, son protecteur est franc et courageux (mais très suspect) tandis que les animosités explosent aussi vite que la poitrine de l'indéboulonnable blondasse.

 

l'heure du vote


Tout juste croisé comme dessinateur sur un one shot de World of Warcraft, Ryo Kawakami délivre un scénario plutôt rodé, rythmé, mais qui manque de surprise, de particularité. Finalement le jeu de base ne sert que de canevas (une seule carte spéciale, la voyante, est utilisé, dommage) et très vite Hunt retrouve les mauvaises habitudes de ses petits camarades avec la première victime expédiée juste pour achever le premier chapitre avec un soupçon de gore, les gamins caricaturaux que l'on rêve de voir décapités, les disputes et les traquenards. Pas désagréable mais déjà lu, ce premier tome (sur trois) se perd même dans quelques incongruités avec ces vidéos censées attiser la colère de certains candidats (tiens Danganronpa)... Un peu facile tout de même. On aurait alors pu espérer que le dessinateur Koudo (inconnu au bataillon) mette un peu la dragée haute en insistants sur des ambiances délétères ou sur quelques détails scabreux, mais en dehors d'une petite décapitation et d'une hache dans la tête, ça reste timide. Il faut dire que son style graphique est plutôt sobre, assez fin résumant souvent les cadres aux personnages, plus ou moins dynamiques, et à des décors tout juste esquissés de quelques lignes. L'ensemble n'a rien de honteux et se suit sans peine, mais il manque vraiment du piment à cette première partie, malgré quelques illustrations (couverture, chapitres...) pourtant prometteuses.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022