CIVIL WAR TOME 1
Civil War - Etats-Unis - 1997
Image de « Civil War Tome 1 »
Dessinateur : Steve McGiven
Scenariste : Mark Millar
Nombre de pages : 296 pages
Distributeur : Panini Comics
Date de sortie : 11 septembre 2008
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Civil War Tome 1 »
portoflio
LE PITCH
L’univers Marvel est en train de changer. Suite à une terrible tragédie, le congrès des Etats-Unis propose que les surhumains dévoilent leur identité officielle en se démasquant devant les membres du gouvernement. Les plus grands champions de la nation sont divisés. Ils doivent prendre chacun cette décision en leur âme et conscience. Une décision qui pourrait bouleverser à jamais le cours de leur existence.
Partagez sur :
Choisis ton camp, camarade !

Après House of M, Panini continue sa politique de réédition de l'essentiel des crossovers Marvel en format « Deluxe ». Vu l'importance de Civil War ce sont pas moins de trois pavés qui vont atterrir dans les linéaires (disponibles aussi sous la forme d'un box) dont le premier tome est déjà disponible.

 

Malgré leurs nombreuses années d'existence, les comics de super-héros ont toujours eu une réelle difficulté à refléter les tourments de leur pays. Si l'on exclue les élans patriotiques récurrents (Seconde guerre mondial, Vietnam, Corée...) des deux maisons DC et Marvel, les contestations ou plus sobrement interrogations sur le bien fondé de la politique de l'administration en place ne se font habituellement qu'à demi-mots. De la même façon les fameux cross-overs évènementiels, aussi réussis soient-ils, se contentent de brasser l'ensemble du panthéon pour régler quelques problèmes internes. Pourtant depuis l'arrivée de Joe Quesada à la tête de la « maison des idées » et de Brian M. Bendis comme scénariste omniprésent, la pression monte. Secret Wars, Vengeur la Séparation, House of M... Autant de jalons, de transformations notables de l'univers Marvel qui se dirigeaient clairement vers une mini-révolution : Civil War !

 

Patriot Act 2

 

Utilisant comme prémice la mort de nombreux enfants suite à un affrontement entre un groupe de jeunes héros costumés travaillant pour la télé réalité et des ennemis de seconde zone, Civil War confronte donc les héros de la terre à une nouvelle décision du gouvernement consistant à ficher tous les hommes masqués, à les transformer en agents officiels quitte à poursuivre les récalcitrants. Deux camps se forment : d'un côté ceux qui trouvent cette démarche légitime, dirigés par Iron Man,  de l'autre les défenseurs d'une liberté inconditionnelle, menés par Captain America. Un choc pour les lecteurs qui se retrouvent témoins d'un affrontement sans pitié entre les amis d'hier, assistent aux déchirements de familles (Les 4 Fantastiques), Captain America s'alliant au Punisher, Peter Parker exhibant son identité secrète à la télévision... Un raz-de-marée orchestré de main de maître par un Mark Millar (Ultimates, Wanted) qui réussit à troubler l'image manichéenne habituelle, tout en s'ancrant sérieusement dans la logique des personnages.

 

"Ceux qui vont mourir pour vous..."

 

Car certes on trouve dans les sept numéros que constitue la minisérie principale quelques affrontement dantesques et explosifs, mais aussi et surtout, une véritable exploration des hésitations de nos héros devant une décision fascisante, métaphore évidente des conséquences de l'attentat sur les Twin Towers (notez l'ironie de la date de sortie française). Et si les auteurs se sont toujours gardés de donner leurs avis dans les nombreuses interviews, les méthodes utilisées par Iron Man et sa bande (enrôlement de méchants comme Venom, construction d'une prison haute sécurité dans la zone négative...) parlent d'elles-mêmes. Une série d'une efficacité machiavélique qui trouvera inévitablement un écho dans les autres séries de la même période. A commencer par les cinq épisodes des Vengeurs, livrés ici en seconde partie surprise, Les 4 Fantastiques, Spiderman, Frontline et Fallen Son que l'on retrouvera dans les deux volumes suivants, annoncés pour les mois prochains. Inutile de préciser que l'univers Marvel ne s'en est toujours pas remis.

Nathanaël Bouton-Drouard

 

 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023