ONE PIECE PARTY T.1
Japon - 2015
Image de « One Piece Party T.1 »
Dessinateur : Ei Andoh
Scenariste : Ei Andoh, Eiichiro Oda
Nombre de pages : 192 pages
Distributeur : Glénat
Date de sortie : 16 novembre 2016
Bande dessinnée : note
Jaquette de « One Piece Party T.1 »
portoflio
LE PITCH
One Piece Party est un spin off humoristique de One Piece. Ce premier tome composé de cinq nouvelles inédites vous entraînera dans une aventure délirante en compagnie de l'équipage de Luffy et de tous les personnages rencontrés sur leur chemin. Crise de fou rire assurée pour tous les fans de One Piece dès le plus jeune âge !
Partagez sur :
les pirates en bronzette

Gigantesque carton éditorial à travers le monde, One Piece reste encore l'un des fleurons de Glénat, qui forcément n'a pas du résister longtemps aux sirènes d'un manga spin-of qui ne manquera pas, on s'en doute, de drainer une partie du lectorat féru de shonen pirates.

C'est une pratique très courante d'ailleurs au Japon, qui recycle très souvent ses meilleures séries du coté de la revue Saikyou Jump, versant comique de Shonen Jump, qui accueille déjà un certain Dragon Ball SD. Comme One Piece a depuis longtemps dépassé les ventes du classique d'Akira Toriyama, le voici donc avec sa propre parodie ultra-méga-référentielle qui forcément ne pourra parler qu'aux fans inconditionnels qui connaissent chaque épisode par cœur. D'ailleurs, chacune des cinq histoires principales, sont caviardées de petites pages intermédiaires revisitant des sections du vrai manga, révélant quelques secrets inavouables. Bien entendu Eiichiro Oda chapote tout cela à distance, mais il faut reconnaitre que son remplaçant, totalement inconnu jusque-là, s'en sort très bien au niveau des illustrations. Sans jamais copier le style du manga-ka star, il réussit à en retrouver la dynamique et la précision de l'artiste, son utilisation des trames, l'efficacité de ses cadrages.

 

cocktails et chapeaux de paille


Mais le tout en compressant l'ensemble autant dans la mise en scène, précipitée, que dans le design des personnages jamais totalement SD, mais plus ramassé et juvénile tout de même. Un mélange classique pour le genre, mais maitrisé, qui cependant ne sauvera pas toujours les meubles. Le problème ici ne vient pas forcément des détournements d'épisodes, passant d'une course au trésor forcément improbable (une viande sacrée !) à une version à la ramasse de la légende de Momotaro, sans oublier une parodie branquignole des incontournables sentais, assurant forcément des gags bien déconnants, mais plutôt de la frénésie des épisodes. Difficile de savoir parfois si se sont les dialogues initiaux ou la traduction française qui a ramé pour retranscrire les jeux de mots, mais One Piece Party est un véritable déluge de dialogue nonsensiques, parfois souriants, mais qui bien souvent tombent franchement à plat, laissant le lecteur dubitatif. Idem du coté de l'enchainement incessant et hystérique de gags au premier, second, troisième et 10000ème degré, qui alterne entre les petites frappes bien trouvées, et les facilités du genre. Un peu dure à la digestion, One Piece Party manque sans doute de légèreté, mais ne trahit jamais l'œuvre originale, faisant patienter les ultras entre deux volumes du vrai One Piece.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022