FLASH REBIRTH T.1: COUPS DE FOUDRE
The Flash : Rebirth #1 ; The Flash #1-8 - Etats-Unis - 2016
Image de « Flash Rebirth T.1: Coups de foudre »
Scenariste : Joshua Williamson
Nombre de pages : 216 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 15 septembre 2017
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Flash Rebirth T.1: Coups de foudre »
portoflio
LE PITCH
Barry Allen alias Flash a enfin réussi à innocenter son père du meurtre de sa mère et à vaincre Eobard Thawne alias le professeur Zoom, son véritable assassin. Alors que tout semble rentré dans l’ordre, il est assailli de visions et voit soudain réapparaître Kid Flash, perdu depuis dix ans dans la Force Véloce.
Partagez sur :
perdu dans le temps

Depuis la mini série Flashpoint et ses conséquences qui déboucheront sur l'univers des New 52 (DC Renaissance en VF chez Urban), le personnage de Flash est au centre de tous les grands bouleversements de la maison DC. Le dernier d'entre eux, entamé en juin 2016 et nommé Rebirth, arrive enfin dans nos contrées.

Autant être clair, se lancer dans la lecture des comics DC et Marvel ces derniers temps n'est pas forcément choses aisée. Car avec leurs multiples relaunchs, les deux mastodontes américains demandent à leurs lecteurs une sacrée dose d'assiduité (et d'argent, mais c'est une autre histoire...) pour pouvoir comprendre et donc profiter au maximum des aventures de leurs héros préférés. Ce qui est peut être encore plus vrai avec Flash, puisque le personnage, depuis quelques temps maintenant (2011 avec Flashpoint donc), joue les paratonnerres afin de relancer tout l'univers DC.
Cette fois ci, c'est le retour de Wally West, alias le Kid Flash d'avant Flashpoint qui va lancer le top départ. Un personnage qui était jusqu'alors perdu dans la Force Véloce (cette énergie provenue de la foudre et qui donne ses pouvoirs aux deux bolides en collants) et dont Barry Allen reste le seul à se souvenir. Un Kid Flash enfin libéré mais qui existe donc en double dans ce nouvel univers, et que la rencontre avec son homonyme risque encore une fois de perturber. Des perturbations qui, selon le revenant, seraient d'ailleurs aussi le fait d'une autre entité qu'il sent les observer. Une menace pour le moment inconnue et qui sera, très vraisemblablement, au cœur des futures intrigues de la série.

 

les enfants de la foudre


Après cette introduction dense (avec même une apparition de Batman se penchant sur un intrigant badge qui parlera à beaucoup de lecteurs de Vertigo), Joshua Williamson (le très original Birthright) lance les hostilités d'un arc narratif (Lightning Strikes Twice en vo) répartis sur les huit premiers numéros de la nouvelle série et rassemblés ici. Il confronte Barry Allen à une Force Véloce frappant au hasard (et apparemment sans explication) plusieurs habitants de Central City, leur conférant au passage les mêmes pouvoirs que lui. Se sentant l'obligation de les encadrer, d'autant que certains d'entre eux n'ont pas forcément de bonnes intentions, Flash va constituer une sorte d'école de la Force Véloce avant qu'un mystérieux personnage se faisant appeler Godspeed décide de les éliminer les uns après les autres afin de leur voler leurs pouvoirs.
Si les bases de cet arc ont le mérite d'être constituées de pas mal d'originalités et de belles promesses (les multiples Flash, le mystère autour de l'identité de Godspeed), elles souffrent pourtant de plusieurs symptômes. Principalement du à une écriture qui préfère enchaîner les cliffhangers (Flash décidant de révéler son identité à une proche, la mort d'un personnage secondaire...) plutôt que de prendre le temps de développer les relations entre les différents protagonistes pour mieux les faire disparaître et amener le lecteur à une émotion clairement ressentie. En découle le sentiment d'une lecture certes agréable mais presque sans relief. Pourtant, les dessins aux contours appuyés de Carmine Di Giandomenico (X-Men: Magneto Testament, Marvel Noir: Spider-man) qui signe la quasi-totalité de l'arc, donne un beau rendu et une sacrée énergie aux combats du Bolide Ecarlate, et tout particulièrement lors de la conclusion et de son climax graphiquement très réussi.

Si ce premier tome de la gamme Rebirth consacré à Flash est donc loin d'être sans intérêt scénaristique et graphique et saura sans mal satisfaire le jeune lecteur de comics, il risque de se lire certes sans déplaisir mais avec un arrière goût déceptif pour les plus aguerris. Mais ceci n'étant qu'une introduction, faisons confiance à DC pour rapidement passer la seconde et emmener les différents acteurs de son univers dans des contrées encore inconnues.

Laurent Valentin




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021