LE DERNIER DRAGON T.1 : L’œUF DE JADE
France - 2019
Image de « Le Dernier dragon T.1 : L’œuf de jade »
Dessinateur : Léo Pilipovic
Scenariste : Jean-Pierre Pécau
Nombre de pages : 64 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 30 janvier 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Le Dernier dragon T.1 : L’œuf de jade »
portoflio
LE PITCH
1499 en Orient, deux pilleurs violent un cimetière de dragon pour en ramener un œuf. L’espèce, en voie d’extinction, est recherchée pour le commerce de l’animal dressé au combat ou pour la glande située dans sa tête et assurant un immense pouvoir à qui sait l’exploiter. À l’autre bout du monde, Jeanne prépare le dragon de la dragonnière Umas. Cette dernière part à la recherche de cet œuf volé.
Partagez sur :
le feu dévoré

Dans un monde médiéval entre orient et occident, une vaste guerre explose pour mettre la main sur les dernières pierres de dragonite.... Une manne à laquelle on prête des propriétés miraculeuses, et qu'on ne trouve que dans la tête d'authentiques dragons. Mais l'espèce est en voie d'extinction....

Les séries de Fantasy françaises sont particulièrement nombreuses et ont tendance, il faut l'avouer, à ce marcher un peu sur les pieds, en particulier lorsqu'elles reposent sur les mythiques dragons... D'autant plus depuis le succès incontournable de Game of Thrones. Mais Jean-Pierre Pécau a un atout dans sa manche. Auteur fécond à qui on doit des concepts comme L'Histoire secrète, 1940 Et si la France avait continué la guerre, Jour J ou L'Homme de l'année, il revient ici à ses premiers amours de rôliste (il fut rédacteur pour Casus Belli) tout en préservant sa ligne de « what if ». Le monde tel que décrit dans ce premier tome est ainsi très proche de celui des livres d'histoire, mais avec la particularité que les dragons y ont toujours existé. Ce n'est pas qu'un simple alibi pour donner corps à de majestueuses créatures sur chaque planche, mais bien un élément qui imprègne toute la culture et l'histoire de l'humanité. Le scénariste en creuse ainsi constamment les conséquences, autant dans les équilibres tendus entre les empires, que dans les mythes et religions auxquels font référence les personnages... Adam et Eve, Jason et la toison d'or... tous doivent désormais faire avec la présence d'un dragon.

 

souffler sur les braises


Un socle solide sur lequel le texte joue d'ailleurs assez habilement avec des questionnements beaucoup plus actuels (la disparition d'espèces, le profit qui prime sur l'équilibre écologique...) tout en mettant en place une vaste toile de personnages, tous lancés sur la piste de l'un des derniers œufs de dragon. Une caste de vierges guerrières en pénurie de monture, une église catholique en pleine inquisition aveugle mas qui ne crache pas sur quelques fortunes, des mercenaires en tous genres, un ordre de sorcières attendant leur revanche... L'œuf de jade est une convaincante mise en place d'un monde entre réel et fantastique, où la chasse au trésor semble pour beaucoup tourner à l'ultime chance de survie. Sans doute aurait-il parfois mieux fallu garder quelques personnages secondaires en réserve pour mieux faire avancer la trame principale (qui ici reste tout de même très en retrait), mais la mise en place est pleine de promesses. Ces dernières sont d'ailleurs déjà en partie tenues par les planches de Léo Pilipovic, artiste déjà croisé dans ce registre avec Ravermoon. On retrouve ici sa maitrise totale du mélange entre réalisme héroïque et créatures magiques, avec des décors souvent sublimes, des costumes ultra-convaincants et surtout des dragons sans artifice mais d'une imposante noblesse. Inutile de préciser que ces bêtes sauvages, parfois domestiquées en montures crachant du feu sur des soldats carbonisés ou massacrés pour des raisons peu excusables, sont les véritables héros de l'album.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Un peu d'histoire - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019