ROME WEST
Etats-Unis - 2018
Image de « Rome West »
Dessinateur : Andrea Mutti
Nombre de pages : 112 pages
Distributeur : Jungle !
Date de sortie : 6 mars 2019
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Rome West »
portoflio
LE PITCH
En l’an 323, une flotte romaine se perd dans une tempête et se retrouve sur les côtes du Nouveau Monde, un millénaire avant Christophe Colomb. Incapables de rentrer chez eux, les soldats établissent une nouvelle colonie, Roma Occidens, qui modifie radicalement la chronologie de l’Amérique et des événements mondiaux ultérieurs.
Partagez sur :
America Incognita

Imaginé par les auteurs de DMZ et Northlanders, deux références historico-politiques, Rome West est une série concept aussi exigeante qu'inspirée qui prend le parti de raconter l'histoire des Amériques en imaginant ce qui serait arrivé si en 323 les romains avaient accosté sur ses côtes.

Un principe du what if appliqué à la lettre avec force et large développements car Rome West n'est pas un comic comme les autres qui s'accroche à une trame simple et des personnages récurrents. Il se découpe ainsi en courts chapitres comme autant de sauts dans le temps qui observent des instantanés sur l'évolution de cette Amérique reposant sur un métissage naturel. Celui des échoués romains qui vont, après un premier élan belliqueux, s'intégrer pacifiquement aux tribus indiennes et collaborer. Un départ qui symbolise un certain idéal (loin justement des massacres perpétrés par les vrais envahisseurs européens), mais qui est loin de tourner à l'utopie attendue. L'intelligence des deux scénaristes, Brian Wood et Justin Giampaoli, est de se baser constamment sur l'Histoire réelle pour mettre en perspective une certaine idée de la récurrence humaine : l'arrivée de Christophe Colomb provoque un renfermement sur soi, la rencontre avec les vikings s'achève dans le sang, les affrontements avec les aztèques deviennent fréquents à la frontière et finalement les questions identitaires ne cessent de reprendre le dessus. Comme si mille ans de civilisation ne pouvait évacuer la bêtise des rengaines raciales, religieuses et communautaires au sein d'une démocratie éclairée.

 

l'empire et la raison


Si les plus érudits peuvent remarquer quelques petites erreurs un peu dommageables (les légionnaires qui n'ont jamais entendu parler du christianisme) ou de quelques sautes un peu curieuses (la découverte de la poudre noir qui aboutit en une dizaine d'année à un armement steampunk), la progression des épisodes n'en reste pas moins assez fascinante dans sa logique inéluctable vers une conclusion contemporaine évoquant directement la situation houleuse et tendue de nombreuses républiques actuelles. Seul point de liaison facilitant l'accroche du lecteur, la lignée des Valerius, éduquée et ancrée dans les codes de la Pax Romana, sert aléatoirement d'acteur, de témoin, mais aussi bien souvent de victime à des évènements historiques qui ne sont pas toujours placés au premier plan. Il est évident que Rome West n'est qu'un coup d'œil à un univers largement plus vaste dont on ne perçoit que quelques allusions dans les dialogues ou les conséquences, souvent dramatiques, qui se déroulent dans ces pages.

Ces dernières ne facilitent pas toujours le travail du lecteur, déjà sollicité par la narration parcellaire, avec cette construction en quatre cases immuables, elle-même tour à tour pleine ou redécoupées en cadres successifs. Une forme totalement conditionnée par l'origine du projet qui connu sa première publication non pas en fascicules mais via la plateforme de webcomics Stela et son application idéale pour liseuses et téléphones mobiles. Le découpage concocté par l'illustrateur Andrea Mutti (Ghost, Le Syndrome de Caïn) y était parfait mais semble alors un peu trop schématique et rigide en album, ne valorisant pas toujours les contours réalistes et atmosphériques de l'artiste. Quelques faiblesses pour une proposition qui n'en reste pas moins inédite, solidement construite et surtout pertinemment réflective.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Un peu d'histoire - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019