RAVEN T.1 : NEMESIS
France - 2020
Image de « Raven T.1 : Nemesis »
Dessinateur : Mathieu Lauffray
Scenariste : Mathieu Lauffray
Nombre de pages : 60 pages
Distributeur : Dargaud
Date de sortie : 5 mai 2020
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Raven T.1 : Nemesis »
portoflio
LE PITCH
1666, Mer des Caraïbes. Raven est un pirate sans navire, sans équipage et réputé malchanceux. Le destin va pourtant mettre sur son chemin la carte d’un fabuleux trésor, mais pour l’obtenir il va devoir affronter la redoutable lady Darksee.
Partagez sur :
L'île au trésor

Est-il encore utile, en 2020, de présenter Mathieu Lauffray ? Illustrateur de comics Star Wars, de jeux vidéo, directeur artistique pour Pascal Laugier, dessinateur sur Le Pacte des Loups de Christophe Gans (puis sur d'autres projets abandonnés du réalisateur comme Rahan ou Fantômas), auteur de bandes dessinées devenues cultes telles Prophet ou l'incroyable Long John Silver... Sept ans après avoir quitté les personnages de Robert Louis Stevenson, l'auteur parisien revient aujourd'hui aux pirates, en ajoutant, à la longue liste de noms d'auteurs sur lesquels il a travaillé, celui d'un Texan : Robert E. Howard.

Car même si, comme il le rappelle dès son introduction, l'histoire de Raven n'est que « très librement inspirée » de Howard (la nouvelle Black Vulmea's Vengeance), sa première planche colle parfaitement à l'univers du créateur de Conan le Barbare. Soit un pirate ligoté à l'ancre d'un navire et jeté par le fond, luttant de toutes ses forces pour ne pas se noyer. Un flachback nous explique alors que cet homme est Raven, pirate malchanceux mais fameux bretteur, arrivé là par un concours de circonstances et lancé sur la trace d'un fabuleux trésor trouvé par les Conquistadors et depuis caché sur un île où s'est échoué le navire du nouveau gouverneur de Tortuga. Face à lui, l'équipage du Capricorne, mené par la redoutable capitaine Darksee, une diablesse elle aussi prête à tout pour s'emparer du trésor.

 

Le périle ou la gloire


Comme pour Prophet (à part pour le premier tome cosigné avec Xavier Dorison), Mathieu Lauffray se lance seul à l'abordage d'une nouvelle série promise sur trois tomes. Si, côté scénario, l'exercice n'a rien d'original et reprend, by the book, tous les codes habituels du swashbuckler (des protagonistes se disputant un trésor caché sur une île donc) il n'en reste pas moins que, côté dessin, son crayonné légendaire fait encore une fois mouche. Au travers de quelques doubles planches, notamment, où l'énergie du trait et de la mise en scène se marient à la perfection. Réussie aussi la narration, dont les choix permettent d'introduire les (nombreux) personnages de façon dynamique et sans temps mort. Enfin, quelques notes humoristiques, que les fans de noirceur de jais pourraient regretter, permettent au contraire à Raven de rester à quelques prudentes encablures de Long John Silver, prestigieux aîné dont l'aura, surpuissante et encore vive, aurait risqué d'intenter à son existence.

Si, avec ce nouveau titre, Mathieu Lauffray ne semble donc (pour l'instant du moins) rien inventer de nouveau ou d'aussi incroyablement marquant que ses précédents travaux, il n'empêche que, c'est indéniable, le bougre s'amuse ! Et si Raven n'avait d'autre objectif que celui là ? Allez, vivement la suite.

Laurent Valentin


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020