HULK
Etats-Unis - 2003
Image de « Hulk »
Musique : Danny Elfman
Durée : 64 minutes
Nombre de pistes : 19
Distributeur : DECCA
Bande originale : note
Jaquette de « Hulk »
portoflio
LE PITCH
Au cours d'une opération scientifique qui a mal tourné, le docteur Bruce Banner est exposé à une surdose de radiations nucléaires. Miraculeusement indemne, il sort néanmoins affecté de cette douloureuse expérience et développe le pouvoir de se transformer en Hulk, un monstre vert à la force surhumaine et à la rage incontrôlable. Cette créature ne se manifeste que lorsque ce dernier est soumis à une intense émotion.
Partagez sur :
Sur les traces d'Herrmann

Première constatation avant toute chose : Hulk n'est pas un super héros. Enième variation sur le mythe de Frankenstein, la créature de Stan Lee impliquait pour son adaptation cinématographique un traitement opposé à ceux des comic book movies qui ont précédé.

 

C'est dire à quel point Ang Lee s'est fourvoyé en rappelant, via un montage empruntant aux bandes dessinées leur narration en cases, les origines crayonnées de l'intrigue. Sans toutefois corriger cette erreur, Danny Elfman fait heureusement preuve d'un réel effort de compréhension vis-à-vis du personnage, évident dès l'écoute du thème principal. Bruce Banner étant un homme de science, Elfman lui consacre un arpège descendant aux résonnances mathématiques, adaptant en 6/8 le célèbre motif des Nerfs à vif de Bernard Herrmann, Dieu parmi les dieux du compositeur. Afin de symboliser la haine refoulée de Banner, Elfman double l'arpège de lentes et subtiles ascensions de cuivres, convergeant en des accords tantôt parfaits tantôt dissonnants, reflets directs des apparitions du monstre.

 

Le fauve est lâché

 

Se pose alors la question du rejet, la difformité du héros l'excluant d'abord tacitement puis ouvertement de la civilisation humaine. Le choix de Danny Elfman s'avère ici simple et brillant : toutes les partitions en rapport avec le titan vert sont écrites en trois temps par mesure, une cadence qui implique un mouvement perpétuel et entraîne des ruptures de ton fréquentes (des sautes d'humeur, par conséquent). De l'autre côté de la barrière, les hommes préservent les quatre temps traditionnels, particulièrement aggressifs lors d'une envolée rythmique aux textures arabisantes (l'imparable piste 5 : "captured"). Globalement maîtrisé et cohérent si l'on excepte quelques emprunts numériques à Spider-Man (certaines basses lors du générique), le score de Hulk prouve qu'en dépit de l'industrialisation du staff d'Elfman (on ne compte même plus les orchestrateurs autour de Steve Bartek), l'auteur de Darkman, Edward aux mains d'argent et Batman le défi en a encore dans le ventre ; bien plus en tout cas que ses dernières partitions avaient pu le laisser entendre...

Alexandre Poncet






Partagez sur :

01 - Main Title
02 - Prologue
03 - Betty's Dream
04 - Bruce's Memories
05 - Captured
06 - Dad's Visit
07 - Hulk Out !
08 - Father knows best
09 - ... Making Me Angry
10 - Gentle Giant

11 - Hounds of Hell
12 - The Truth Revealed
13 - Hulk's Freedom
14 - A Man again
15 - The Lake Battle
16 - The Aftermath
17 - The Phone Call
18 - End Credits
19 - Set Me Free

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022