JEUX D'ENFANTS
France - 2003
Image de « Jeux d'enfants »
Musique : Philippe Rombi
Durée : 55 minutes
Nombre de pistes : 19
Distributeur : ULM
Bande originale : note
Jaquette de « Jeux d'enfants »
portoflio
LE PITCH
Sophie et Julien ont défini les règles du jeu. Ils en sont, pour le restant de leurs vies, les arbitres et souvent les victimes. "Cap ou pas cap ?" "Cap ! Bien sûr ! " Ils sont cap de tout : du meilleur comme du pire. Bafouer tous les tabous, défier tous les interdits, braver toutes les autorités, rire, se faire mal. Cap de tout !? sauf, peut-être de s'avouer qu'ils s'aiment.
Partagez sur :
La petite musique qui monte...

Certains films justifient leur existence par la seule force de leur bande originale. Jeux d'enfants est incontestablement de ce cru. Imparfait, inconstant, sans cesse tiraillé entre le meilleur et le pire, l'émouvant et l'ouvertement grotesque, le film de Yann Samuell étonne autant qu'il déçoit, déconcerte.

 

Il n'en est rien de la partition de Philippe Rombi ; porté par une fougue, un enthousiasme, un bonheur d'écrire et de diriger comme on n'en croise, dans le cinéma français, qu'une fois par an (et encore !), le musicien attitré de François Ozon est parvenu à phagocyter son support visuel. La musique de Jeux d'enfants vie, vibre au rythme d'un leitmotiv excessivement doux, à la fois fiévreux, grisant et mélancolique. Le thème principal du film est une ode à l'amour autant qu'à l'innocence des deux héros, lentement pervertie, dévorées par les règles de leur jeu.

 

Monts et merveilles

 

Ample (soutenu par une armée de violons, de flûtes et, ponctuellement, de cuivres) ou intimiste (bercé par les touches graciles d'un piano, instrument fétiche de Rombi), le pattern de quatre noires développé inlassablement au fil de l'album constitue sans doute une des oeuvres romantiques les plus abouties depuis le Edward Cissorhands de Danny Elfman, auquel Rombi emprunte, consciemment ou non (il connaît sans doute Tchaikovsky aussi bien que l'illustre rouquin, il faut dire), une orchestration féérique et de nombreuses ruptures de ton. Conclu par une explosion symphonique renversante ("Mieux que la vie"), Jeux d'enfants émerveille. La première minute de l'ouverture, création mathématique mais palpitante du thème principal, suffira toutefois à convaincre : derrière l'apparente simplicité de ces phrases musicales (en do majeur, s'il vous plaît) plane déjà l'ombre d'un grand, capable de manipuler les mesures avec subtilité et nuance ; maîtrise et passion.

Alexandre Poncet




Partagez sur :
 

01 - Ouverture
02 - Love Theme
03 - Solitude / Les Escaliers du Tempsr
04 - Beethov' Fantaisie / Cap ou pas Cap ?
05 - Jeux d'enfants
06 - Les Lunettes Magiques
07 - Derniers Instants
08 - Premier Baiser
09 - Déclaration / Séparation
10 - Invitation

11 - "La Vie en Rose" - Trio Esperança
12 - 10 ans plus tard
13 - Mieux que la vie (Poursuite)
14 - "La Vie en Rose" - Donna Sommer
15 - Le Meilleur et le Pire
16 - Sous la Pluie
17 - Pour Toujours (love theme)
18 - "La Vie en Rose" - Louis Armstrong
19 - "La Vie en Rose" - Zazie

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019