STAR TREK
Etats-Unis - 2009
Image de « Star Trek »
Réalisateur : J.J. Abrams
Musique : Michael Giacchino
Durée : 128 minutes
Distributeur : Paramount Pictures France
Date de sortie : 6 mai 2009
Film : note
Jaquette de « Star Trek »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Le sort de la galaxie est entre les mains de deux officiers que tout oppose : d'un côté, James Kirk, originaire de la rurale IOWA, tête brulée en quête de sensations fortes, de l'autre, Spock, issu d'une société basée sur la logique et rejetant toute forme d'émotion...
Partagez sur :
Nouvelle frontière

Sans doute plus encore depuis les échecs successifs des deux derniers films (le lamentable Insurection et le passable Nemesis) et de la dernière série TV en date (le pourtant solide Enterprise), la rumeur d'un potentiel retour aux origines de Star Trek a toujours circulé dans les bureaux de la Paramount. Ce n'est donc pas forcément une grande surprise de voir naître enfin ce projet de longue date en 2009, alors que la mode est au remake et relaunch en tout genre.

Il paraît cependant plus étonnant de voir le J.J. Abrams de Lost et Cloverfield aux commandes. Une présence assumée comme profane, qui comprend parfaitement les enjeux narratifs d'une série TV mais sait aussi à quel point la base de fans se doit d'être respectée.  Pas question ici de faire un remake inconsidéré, ni de trahir en quoi que ce soit la philosophie de Gene Roddenberry. Premier cadeau donc, ce Star Trek (tout court) offre une relecture de la première rencontre entre l'équipage mythique de l'Enterprise tout en inscrivant le récit comme la suite de la chronologie officielle. Comment est-ce possible ? Tout simplement en imaginant un ennemi du Spock du futur qui traverse le temps pour détruire la Fédération et se venger du Vulcain, transformant irrémédiablement le continuum espace-temps. Une astuce qui s'intègre parfaitement dans la vision Star Trek et permet au réalisateur de mélanger avec bonheur classicisme et modernité. Une motivation fortement personnalisée par un Leonard Nimoy toujours impeccable, venu non pas pour un simple cameo mais reprendre véritablement la défroque d'un Spock du futur fatigué, mais toujours aussi acéré. Au-delà des designs superbes et des costumes légèrement retouchés, ce sont donc surtout les personnages qui se voient dynamisés à l'extrême, dont les nouvelles incarnations sont parmi les grandes réussites du film. En particulier du côté du duo antinomique formé par Chris Pine (en Kirk) et Zachary Quinto (Spock), pour lequel les jeunes acteurs réussissent autant à poursuivre le travail élaboré par leurs modèles mythiques (Shatner et Nimoy) tout en explorant de nouvelles facettes des personnages.

L'avenir se fonde sur le passé

Peut-être trop concentré sur la rencontre entre ces deux icônes, J.J. Abrams en oublie hélas que Star Trek reposait sur la trinité Kirk / Spock /McCoy. Mais au final peu importe. Car la volonté du réalisateur n'est pas ici de fournir une version définitive de la saga, mais plus sobrement d'en livrer une nouvelle illustration largement axée sur le spectacle et l'action. Une direction où s'étaient vautrés la pluparts des films précédents (excepté La Colère de Khan et Premier Contact) et qui aboutit ici à quelques grands moments de bravoure particulièrement bien pensés (en particulier un corps-à-corps sur une plateforme « interactive »), même si Abrams semble plus à l'aise pour concevoir les dispositifs que pour en donner une vision virtuose. Clairement le plus efficace de tous les longs-métrages Star Trek, ce cru 2009 connaît tout de même quelques uns des défauts habituels avec notamment quelques trames inutiles (mais à quoi sert Uhura dans ce film ?) et un petit essoufflement en son ventre (celui d'Uhura ?! ndlr). Le film offre toutefois un space opera de haute volée, intrigant pour le grand public et hautement sympathique pour les trekkies de base. Certes beaucoup regretteront qu'une nouvelle fois ce soit le côté aventure qui soit mis en avant au détriment des tergiversations métaphysiques de la série... Mais on ne peut pas tout avoir dans la vie.

Nathanaël Bouton-Drouard












Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021