Piranhas de Claudio Giovannesi en VOD
Rambo: Last Blood d'Adrian Grunberg
Gemini Man d'Ang Lee
Rejoignez-nous sur :
Image de « Piranhas de Claudio Giovannesi en VOD »

Chantre de valeurs universelles et humanistes au sein d'une contrée aveuglée par les relents les plus nauséabonds de l'idéologie fasciste, Saviano a déjà livré une œuvre journalistique et romanesque au souffle déflagrateur et à la redoutable puissance d'arrêt.

Image de « Rambo: Last Blood d'Adrian Grunberg »

Pour quiconque a pu jeter un œil sur les critiques assassines qui ont accompagnées la sortie de ce cinquième opus, se rendre dans une salle obscure et payer son ticket d'entrée relève quasiment d'un acte de foi. Ou de folie pure. Ou de résistance. Sans doute un peu des trois d'ailleurs.

Image de « Gemini Man d'Ang Lee »

Oui, il FAUT aller le voir ! Mais il faut aller le voir impérativement dans son format d'origine, c'est à dire en HFR (High Frame Résolution) 120fps (120 image par seconde) et 3D. Gemini man a été pensé et voulu dans cette optique, et c'est uniquement dans cette version que la claque est possible.

Image de « Ad Astra de James Gray »

Trois ans après son magnifique The Lost City of Z, qui narrait la véritable histoire de l'explorateur anglais Percy Fawcett, James Gray nous convie cette fois à une odyssée spatiale , sur les traces encore chaudes du Interstellar de Christopher Nolan. La comparaison s'arrêtera là. Le film met ainsi de côté la hard science et les poèmes gallois au profit d'un divertissement certes moins intellectuel mais très réflexif.

Image de « Angel Heart en copie remasterisée 4K »

Fraîchement ressorti en salles et remasterisé en 4K, Angel Heart est là pour nous le rappeler; thriller luciférien, putride et dérangé, porté par un casting aux confins de la fantasmagorie.

Image de « Ça Chapitre 2 d'Andy Muschietti »

L'idée d'une suite était présente avant même la sortie du premier volet. Son succès faramineux au box-office a permis de la concrétiser. Mais en lieu et place d'une prolongation timide ou au rabais, le réalisateur argentin Andy Muschietti a eu les coudées franches : une liberté de ton absolue, un budget multiplié par deux, une durée de près de trois heures et un casting incluant des stars très convoitées (Jessica Chastain et James McAvoy).

Image de « Once Upon A Time… In Hollywood de Quantin Tarantino »

Il y a plus d'un an maintenant, lorsque Quentin Tarantino annonçait vouloir dédier son prochain film à l'histoire de Sharon Tate et de son assassin Charles Manson, la polémique enflait dans la minute, recouvrant le web de réactions disproportionnées, s'insurgeant déjà que le réalisateur énervé, connu pour sa violence graphique et peu réaliste, allait forcément manquer de l'empathie et de la sensibilité nécessaires à la mise en images d'un tel drame.

Image de « Spider-Man: Far From Home de Jon Watts »

Mais que nous prévoit Marvel au cinéma après la conclusion de son premier cycle (Infinity Saga, conclue en grande pompe avec Avengers : Endgame) ? La réponse devra attendre encore quelques temps, car avant d'infliger au monde une nouvelle salve façon sulfateuse (12 films annoncés!) voici une nouvelle aventure de ce bon vieux copain l'Araignée.

Image de « Midsommar d'Ari Aster »

Il y a tout juste un an sortait Hérédité, premier film du réalisateur américain Ari Aster. Un cauchemar familial maîtrisé sur la forme, infligeant des images difficiles à oublier et imposant d'emblée son statut d'œuvre surprenante et dérangeante. Aujourd'hui, il récidive avec Midsommar, un drame de presque 2h30 qu'il scénarise également et qui témoigne, encore, de l'audace et du talent artistique du bonhomme.

Image de « Stranger Things Saison 3 des Duffer Brothers »

Petit rappel des faits : après une première saison plaisante mais un peu vaine, le phénomène Stranger Things avait fini par se vautrer lors d'une seconde livraison particulièrement mal écrite et aux excès de nostalgie de moins en moins émouvants et de plus en plus opportunistes. Rebelote avec cette nouvelle salve de huit épisodes. Plus de gore, plus de références 80's, plus d'effets spéciaux, et, surtout, encore plus de vide.

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019