FFIB 2019 : LE COMPTE RENDU
Image de « FFIB 2019 : Le Compte Rendu »
site officiel
portoflio
Partagez sur :
L'indé à la Belle endormie

Regard Critique était présent du 15 au 21 octobre 2019 au FIFIB de Bordeaux, festival désormais reconnu en matière de pépites indées! Rencontres, masterclass, projections : toutes les informations concernant les films présents, les invités ou les évènements spéciaux sont disponibles sur le site officiel et la page Facebook de l'évènement.

Morceaux choisis entre deux projections au sublime cinéma Art et Essai l' Utopia : les masterclass d' Alejandro Jodorowsky et James Gray ! Évidemment ce dernier a évoqué le récent et émouvant Ad Astra (mais difficile de passer après Interstellar, Gravity, Blade Runner 2049 ou très récemment First Man). Le génie franco-chilien s'est lui montré particulièrement malicieux voir coquin! Jodorowsky est très drôle, incroyablement talentueux et ses anecdotes savoureuses (Marcel Marceau, Jean Giraud aka Moebius, Orson Welles, Buster Keaton...) et subjugue par un défilé de partenaires tous plus mythiques les uns que les autres... Reste que Jodo avait envie d'évoquer sa vie sexuelle à plusieurs reprises ! On lui pardonne aisément sa fixette (on lui pardonne tout de toute façon) mais on a plus de mal avec le choix discutable du « maître de cérémonie ». Un médiateur absent, qui ne présente pas son invité, son parcours, son œuvre ou ses projets... Aucune chronologie, aucune image ou vidéo, aucun extrait sonore, aucun montage hommage et trois questions sur 5 concernant les influences... Une masterclass, un fil conducteur (surtout avec un tel personnage !) ça se prépare... La frustration oubliée on retiendra la sincérité et la bienveillance des deux stars visiblement très heureux d'être là et la persévérance des équipes du FIFIB pour réussir ce tour de force !

Du 16 au 27 octobre donc, dans quelques lieux bordelais, le FIFIB a proposé ce qu'il considère la crème de la scène indépendante actuelle. De l' UGC Ciné Cité ou CGR au Village Mably en passant par la station Ausone de la librairie Mollat, mieux valait conserver son précieux programme si l'on souhaitait ne pas rater la séance de L'Invasion des profanateurs de sépulture (Don Siegel) suivi d'une masterclass du surdoué Charles Burns ! Revoir El Topo ou Little Odessa, découvrir la sélection Douce France ou assister à la soirée vernissage - table ronde sur les réalités virtuelles de la Fabrique POLA : impossible de se montrer exhaustif sur cette semaine dédiée au cinéma indépendant.

On saluera toutefois la vision halluciné des moyens métrages de Clément Cogitore. Parmi nous notamment. Tranche de vie en mode documentaire filmé caméra aux poings de ces sans voix tentant de franchir cette satanée frontière : Cogitore filme ces silhouettes qui ne veulent qu'une chose, traverser cette foutue mer comme des âmes franchissant le Styx. Il nous achèvera avec un monologue venu d'ailleurs d'un homme aussi résigné sur cette tentative échouée que sur son combat du lendemain. Une prêche dans le désert terrassante. Le réalisateur achèvera de nous faire chuter dans son abyme sans fond, inénarrable Bielutine, mix improbable entre l'émission belge Strip Tease, les Documents Interdits ou le documenteur L'Incroyable Trésor de Damien Hirst (à voir sur Netflix). On y croise un couple de russes, âgés, visiblement entouré d'œuvres d'art qu'on nous vend comme des originaux de De Vinci et, chemin (et alcool) faisant, l'onirisme envahit peu à peu la pièce pour nous laissé comme dans un songe. Un cinéaste à suivre, la bande annonce visionnable juste ICI

Exposition VR, compétition française et internationale, récap James Gray ou Jodorowsky est un festival qui, c'est vrai, ne joue pas dans la cour des grands mais grandit d'années en années, attire des curieux de toute l' Europe et surprend par la qualité de ses cinéastes présents. On lui souhaite un peu plus de folie en 2020 et moins de films célébrés pour encore plus de découvertes ; jusque là, nous remercions chaleureusement toutes les équipes du Fifib, des cinémas partenaires, des bénévoles et des invisibles. Un salut aucunement emprunté est adressé à Roman Poitte Sokolsky pour sa disponibilité. A l'année prochaine !

Compétition internationale
Grand Prix : Noura rêve, Hinde Boujemaa
Mention spéciale : à l'acteur Bartosz Bielenia pour La Communion

Compétition française
Grand Prix : Terminal sud, Rabah Ameur-Zaïmeche
Mention spéciale : Poissonsexe, Olivier Babinet

Compétition Contrebandes
Grand Prix : Les Survivants, Nicolas Bailleul

Compétition courts métrages
Grand Prix : De la terreur, mes sœurs !, Alexis Langlois
Mention spéciale : Yandere, William Laboury

Jonathan Deladerrière










Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020