BAMBI COFFRET PRESTIGE 2 BLU-RAY
Bambi / Bambi II - Etats-Unis - 1942/2005
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Bambi Coffret Prestige 2 Blu-ray »
Genre : Drame, Animation
Image : 1.33 4/3
Son : Français DTS HD HR 7.1 et Anglais DTS HD Master Audio 7.1 et Dolby Digital 2.0
Sous-titre : Français, anglais, allemand…
Durée : 70 minutes
Distributeur : Walt Disney Home Video
Date de sortie : 2 mars 2011
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Bambi Coffret Prestige 2 Blu-ray »
portoflio
site officiel
LE PITCH
La terre s'éveille sous les rayons du soleil printanier. Une grande effervescence s'empare des hôtes de la forêt : un Petit Prince vient de naître. Tous les animaux des alentours viennent féliciter l'heureuse mère et admirer le jeune faon qui s'éveille à la vie. Il s'appellera Bambi... Sous la vigilante protection de sa mère, le faon explore son futur royaume. Ses pattes sont encore fragiles, sa démarche incertaine, mais sa curiosité infinie. Candide, il subit sans broncher les facét...
Partagez sur :
La nature de l'âme

Cinquième film des studios Disney, Bambi en reste l'une des productions les plus populaires et les plus réputées... mais aussi l'une des plus décriées pour sa candeur naturaliste. Petit bijou d'animation, le film est pourtant bien loin de la stérilité et du politiquement correct qui lui sont souvent reprochés.

« De tous les films que j'ai pu faire, Bambi a été le choix le plus heureux. Je ne vois pas d'histoire ou de sujet qui puisse toucher les gens davantage. »                         Walt Disney

 

Une fois Blanche Neige finalisé et l'engouement mondial consommé, Walt Disney aurait pu se contenter d'enchaîner directement sur d'autres contes de princesses. Mais plus qu'un producteur attiré par le gain facile (il avouera en fin de carrière n'avoir jamais eu plus que 2000 dollars sur son compte en banque), Disney était surtout un homme exigeant cherchant à dépasser toutes les frontières de l'animation. L'homme enchaîna ainsi avec Pinocchio, Fantasia (sûrement l'œuvre d'animation la plus ambitieuse jamais tournée), Dumbo et finalement Bambi. Ce dernier, un projet qu'il chérissait depuis longtemps déjà, fut difficile à mettre en place. Car en dépit de toutes les avancées techniques découvertes par le studio, Bambi se devait de proposer un traitement plus réaliste dans les décors et la morphologie des personnages que les visions cartoonesques explorées auparavant. Des années de travail, des heures d'observations des animaux, la fabrication d'une caméra multiplane (permettant des effets de profondeur renversants) furent nécessaires pour aboutir à ce superbe spectacle vénérant la nature et mettant à l'honneur le royaume animal. De petits héros légèrement antropomorphisés et parlants, mais touchant le coeur du public par leur traitement animé, fourmillant de détails plus vrais que nature (Bambi qui apprend à se tenir debout, Panpan qui frappe du pied, un rongeur faisant sa toilette...) et habitant avec douceur un décor aux teintes inspirées, voire impressionnistes.

 

Greenpeace


Techniquement Bambi brille de la maestria des premiers longs-métrages du studio, jouant des contrastes par touches, alignant des effets spéciaux aussi discrets que révolutionnaires et culminant dans une fluidité rare. Mais outre la beauté inattaquable des images, Bambi est aussi un récit initiatique splendide, volontairement anecdotique et universel, un éveil au monde sous la forme d'une célébration de la vie et de la nature proposant autant de petites séquences adorables qu'un arrière-plan plus cruel, apte à alerter le jeune public vis-à-vis de la moralité et du pouvoir destructeur de l'homme. Une tonalité que peine évidement à retrouver le Direct-to-Video Bambi 2, dont les images numériques débouchent sur une artificialité graphique impardonnable. Se déroulant durant les quelques mois passés par le jeune faon auprès de son père, le film imagine de nouvelles rencontres et retrouvailles totalement idiotes, et les gags les plus poussifs rivalisent avec des leçons de morale caricaturales du papa cerf. Seul intérêt : la présence au micro de Mr Patrick Stewart (X-Men, Star Trek Next Generation). Certes on dénote un soin évident apporté à l'animation et à des environnements plus poussés que sur les autres « suites » du studio, mais à aucun moment ce Prince de la forêt ne retrouve la beauté simple, le minimalisme narratif du premier Bambi.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
A l'instar des autres « grands classiques » des studios Disney (Blanche Neige, Pinnochio, Dumbo), le passage de Bambi au format HD est tout simplement sublime. La restauration numérique image par image permet à tous les défauts d'origine de disparaître sans entraîner de zones floues ou de perdition de détails. Des détails qui justement réapparaissent enfin avec une force inédite : chaque coup de pinceau est visible, et les superbes décors soulignent une richesse picturale qui manque cruellement aux productions plus récentes. Par exemple à Bambi 2, dont le master immaculé car numérique est parfaitement calibré mais finalement presque trop propre, manquant dès lors de naturel. Les deux Blu-ray profitent d'une même compression pointue et invisible, et les couleurs apportent une grande vitalité à l'ensemble, permettant au passage de juger le faussé esthétique entre un grand film et sa pseudo suite tardive.

 

Son :
La remasterisation complète de l'image s'accompagne d'un travail de restauration complet sur la piste sonore. Nettoyée, la version originale trouve dans le Anglais DTS HD Master Audio 7.1 un écrin de qualité qui, sans dénaturer l'expérience originale, lui donne de jolis effets enveloppants. En résulte un jeu très agréable sur les sons de la forêt, avec les oiseaux qui chantent au loin, mais en dehors de cela le mixage reste particulièrement frontal dans la restitution des dialogues et de la musique. Un travail agréable que l'on retrouve en partie sur la version française, un peu plate cependant, et que les puristes regretteront de découvrir dans son doublage daté des années 2000, aux dialogues moins savoureux et aux voix trop « modernes ». Bambi 2 paraît de son côté particulièrement propret (c'est un DTV),  mais efficace autant en anglais qu'en français.

 

Interactivité :
Vendus à l'unité avec des copies DVD en supplément, les Blu-ray Bambi et Bambi 2 sont également disponibles dans un double coffret à l'apparence d'un livre de poche avec couverture cuir, dans lequel on retrouve un très joli livret présentant des reproductions de croquis des designers et animateurs du film original. Pour le reste, Bambi 2 nous revient accompagné des mêmes suppléments que dans son ancienne édition DVD, avec ses petits jeux pour les mioches, une chanson inédite (bof), des anecdotes inutiles qui s'affichent pendant le film et un petit making of de circonstance. Tous les intervenants y évoquent avec une politesse exaspérante leur amour pour le film original et leur volonté de lui donner une suite à la hauteur (sic) en remplissant la fameuse parenthèse laissée de côté par Walt Disney. La bêtise du concept est alors encore plus évidente lorsque l'on visionne LE supplément du Blu-ray de Bambi : une piste de commentaire audio qui reconstitue les différentes discussions et réunions des artistes ayant travaillé sur le film, ainsi que les notes envoyées par Disney en personne, les différents propos étant interprétés par des acteurs. Ce commentaire met véritablement en perspective les choix artistiques du projet, l'imagination débordante des scénaristes, animateurs et dessinateurs, et surtout le talent inné de Walt Disney pour la concision et l'efficacité narratives, choisissant justement de laisser de côté quelques séquences réussies mais ne servant pas le propos du film. Passionnant de bout en bout, la version PiP agrémente l'ensemble de photos d'archives, de story-board et de croquis, et le Blu-ray profite de suppléments vidéo inédits accessibles d'une simple pression de télécommande, permettant ainsi d'accéder à quelques interviews, des reportages d'époque et même des cartoons ayant servi de terrain d'expérimentation. On aimerait que tous les Disney profitent dans le futur de ce dispositif.  Une édition on ne peut plus exhaustive qui ne s'arrête pas là, puisque la galette propose en sus un long documentaire sur la production du film, avec un véritable retour sur les avancées du film, les recherches graphiques, la musique mais aussi le contexte historique (début de la guerre,  grève au studio Disney, etc.). Enfin, le tout est complété par quatre scènes coupées (storyboardées), une chanson non-utilisée (uniquement en audio), les habituelles galeries d'images, un extrait d'une émission présentée par le créateur de Mickey qui explicite l'utilisation de la caméra multi-plans et un superbe cartoon : Le Vieux Moulin. Une édition imparable et cinéphile en diable.

Liste des Bonus : Livret de croquis +

Bambi : Commentaire audio et Picture in Picture (les notes de travail envoyées par Walt Disney aux animateurs), 4 scènes coupées, Chanson supprimée : « Twitterpated », « La naissance d'un prince  »  making of, Court métrage : « Le vieux moulin », Les archives Disney ou tous les trésors qu'a engendré Bambi, Extrait de l'émission « Les trucs de notre métier » sur les effets spéciaux, Le grand livre Disney du savoir : Bambi, Jeux interactifs, Galeries interactives, Bandes-annonces
Bambi 2 : « L'héritage de Bambi », Commentaires textuels, Chanson supprimée : « Chantons la journée », « Comment dessiner Panpan », Jeux, Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021