BRISBY ET LE SECRET DE NIMH
The Secret of NIMH - Etats-Unis - 1982
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Brisby et le secret de NIMH »
Réalisateur : Don Bluth
Musique : Jerry Goldsmith
Image : 1.85 16/9
Son : DTS HD Master Audio 2.0 Anglais, Mono français, allemand…
Sous-titre : Français, anglais, portugais, danois…
Durée : 82 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 6 avril 2011
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Brisby et le secret de NIMH »
portoflio
LE PITCH
L’histoire de Madame Brisby, une gentille maman souris qui décide de remuer ciel et terre pour sauver sa famille de la charrue du fermier Fitzgibbon. En chemin, elle reçoit l’aide d’un corbeau en mal d’amour, d’une souris voisine et d’un grand hibou peureux. Malheureusement, Mme Brisby aurait besoin d’un miracle pour déplacer sa maison. Pour cela, elle doit partir à la rencontre des mystérieux rats qui vivent dans le rosier.
Partagez sur :
Alchimie

Ancien animateur talentueux ayant œuvré sur quelques grands classiques des studios Disney (Rox & Rouky, Robin des bois, Les Aventures de Winnie L'ourson), Don Bluth entame avec Brisby et le secret de NIMH sa carrière d'outsider du cinéma d'animation américain.

S'il sera adoubé par la suite par Steven Spielberg à l'occasion de Fievel et le nouveau monde ou du Petit Dinosaure et la vallée des merveilles, Bluth se retrouve pour sa première réalisation seul maître à bord, obligé de construire son indépendance tel un artisan d'antan et devant faire fi du budget rikiki regroupant ses propres économies, l'aide limitée du studio Aurora et bien entendu les épaules du producteur Gary Goldman (ex de Disney lui aussi, et futur binôme de Bluth). Cela n'empêche pas « ce petit film » fabriqué dans le garage du réalisateur avec quelques artistes presque débutants d'en remontrer à nombre de longs-métrages en celluloids : animation superbe et maniérée, décors impressionnistes extrêmement stylisés, designs évocateurs... Brisby et le secret de NIMH est visuellement une réussite magistrale qui se targue d'intégrer avec discrétion quelques effets rothoscopés (à la manière de Ralph Bakshi) et des effets spéciaux (effets de lumière en tous genres) très eighties, sans jamais entamer la beauté plastique de ses tableaux.  C'est que loin des univers gentiment colorés et enfantins de son ancienne maison, Don Bluth installe dès les premières minutes une esthétique rare voire inédite, construite autours de teintes automnales ou crépusculaires, que la mise en scène volontairement plus lente qu'à l'accoutumée et la bande originale aussi ténébreuse qu'enjouée de Jerry Goldsmith finissent d'installer dans une ambiance dramatique et inquiétante.

 

flying dreams


Pas de joli conte de fée moral et confortable ici, cette adaptation du roman de Robert C. O'Brien (Z for Zachariah) en préserve toute l'étrangeté, mélangeant aventure animale (l'héroïne est une charmante petit souris), science-fiction, fantasy pure et réalisme cruel. Le film est parfaitement accessible et conçu pour les enfants, mais l'ambition est clairement de les amener vers un cinéma moins naïf, plus prompt à stimuler leur imagination. Certes le personnage du corbeau gaffeur est largement plus développé que dans le texte original, mais ses petits gags et quiproquos sont constamment contrebalancés par une mise en scène parfois digne de la Hammer : entre la première apparition des rats et surtout la rencontre avec le Grand Hibou (incarné en VO par la voix caverneuse de John Carradine), certaines images laissent des traces. Souffrant tout de même de quelques raccourcis scénaristiques sans doute dus aux limites budgétaires (il manque clairement une vingtaine de minutes au long-métrage), The Secret of NIMH semble parfois un peu expédié dans sa narration, sacrifiant quelques pistes passionnantes (le médaillon magique, les expériences scientifiques sur les rats de NIMH, le « plan » de ces derniers) au profit de petites scénettes familiales plus abordables et adorables. Mais les particularités de l'oeuvre et son originalité restent intacts, et puis ce sont finalement toutes ces questions en suspens et la sensation de ne voir là que la partie émergée de l'iceberg qui ont finalement tant marqué les jeunôts de l'époque.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Jusqu'ici, sans doute à cause de son statut indépendant, le second film de Don Bluth se trimballait une copie particulièrement cradingue. Le DVD n'en était pas exempté et... malheureusement le Blu-ray non plus. On est en l'occurrence bien loin des restaurations pharaoniques de Disney. L'image étale ainsi à chaque seconde un grain particulièrement disgracieux et toutes les traces accumulées avec le temps répondent présentes, à notre grand désespoir. La HD redonne tout de même aux couleurs toute leur richesse et tous leurs contrastes, tandis que les décors se montrent plus précis que jamais, mais nous sommes bien loin ici de ce que l'on peut attendre d'un film d'animation au format. Blu-ray.

 

Son :
On ne change pas une équipe qui ne gagne pas. A l'instar de l'image décevante, la nouvelle piste DTS-HD stéréo anglaise n'apporte pas grand-chose à un mixage d'époque forcément sommaire, et qui laisse encore entendre un léger ronflement étouffé. Les petits français eux, peuvent retrouver le bon vieux mono d'époque (avec d'excellents doubleurs) dans un état qui frôle l'enregistrement phonographique.

 

Interactivité :
L'édition collector de Brisby n'ayant jamais eu les honneurs d'une sortie en France, l'arrivée du Blu-ray accompagné desdits bonus s'apparentait à une bonne nouvelle. Las, ni le commentaire audio (convivial et particulièrement informatif) ni le petit documentaire rétrospectif (avec plein d'images d'archives filmées par l'équipe) n'ont le droit à des sous-titres français. Sympa...

 

Liste des bonus : Commentaires audio de Gary Goldman et Don Bluth, Making of (15'), Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022