PREDATOR 2
Etats-Unis - 1990
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Predator 2 »
Réalisateur : Stephen Hopkins
Musique : Alan Silvestri
Image : 1.85 16/9
Son : français en DTS et anglais en DTS HD
Sous-titre : Français, anglais et divers
Durée : 110 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 1 octobre 2008
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Predator 2 »
portoflio
LE PITCH
Los Angeles 1997. Le détective Mike Harrigan et son équipe luttent contre toutes sortes de trafiquants. Bientôt, un tueur invisible et invulnérable décime leurs rangs. Mike mène son enquête et découvre que Los Angeles est devenue le terrain de chasse d'un prédateur venu d'un autre monde...
Partagez sur :
La loi de la jungle

Impossible, en théorie, de passer derrière le chef-d'oeuvre de John McTiernan. Trop dense, trop maîtrisé, trop jusqu'au-boutiste dans son traitement de la primalité humaine. En 1990, le très jeune Stephen Hopkins accepte pourtant de relever le défi.

 

Alors auteur d'un remarquable Freddy 5 (l'une des meilleures suites des Griffes de la nuit, avec les épisodes 3 et 7), Hopkins a l'occasion de prouver sa valeur sur l'une des productions les plus dantesques des nineties. Tel une machine de guerre, le cinéaste saisit sa chance à bras le corps, et parvient à concrétiser l'irréalisable. Non pas que Predator 2 égale en quoique ce soit l'intelligence cinématographique et la complexité thématique de son aîné (sans compter un spectacle faramineux qui reste encore aujourd'hui l'un des clous du genre), mais le long-métrage parvient à saisir, dans les grandes largeurs, ce qui faisait l'essence de la bande de McTiernan. A savoir une contemplation quasi-expressionniste (voir l'emphase portée sur la vague de chaleur qui déferle sur L.A.) d'une violence primitive, une chasse à l'homme inversant progressivement les rapports de force entre les belligérants et le portrait d'une jungle (ici urbaine) prête à verser dans le chaos à chaque instant.

 

Le choc des titans

 

Blockbuster sauvage (Hopkins parvient à faire plus gore que l'original), traverséé de morceaux de bravoure rageurs (le gunfight d'ouverture, l'attaque du métro, le combat final), magnifiquement mis en scène et porté par un casting synthétisant les plus belles pelloches des années 1980 (Danny Glover et Gary Busey, tout droit sortis de L'Arme fatale, Robert Davi clignant de l'œil à Piège de Cristal, Bill Paxton ressortant son jeu de Aliens), Predator 2 frappe fort, et s'adresse avant tout à un public hardcore. C'est dire à quel point l'eau a pu couler sous les ponts, Alien Vs Predator et AVP Requiem (pensés par la Fox actuelle de Tom Rothman) ayant récemment formaté la mythologie de la franchise pour un public de teens américains. Une autre époque ; il y a d'ailleurs fort à parier que l'on ne verra pas de sitôt se concrétiser en salles une telle débauche de S.F. adulte. A moins qu'Avatar de James Cameron nous réserve encore d'autres surprises...

Alexandre Poncet

Partagez sur :
 

Image :

Les débuts de FPE dans le domaine du Blu-Ray n'ont pas été de tout repos : gain visuel tout relatif par rapport aux précédentes éditions DVD, compression mal gérée, disparition des suppléments... Predator de John McTiernan en payait récemment les frais, avec une copie tout juste meilleure que celle du DVD collector et une interactivité réduite à sa plus simple expression. Predator 2 donne au contraire des signes d'amélioration plus que flagrants, et bénéficie d'une copie incroyablement propre (si l'on excepte des poussières visibles sur la séquence titre), une profondeur de champ HALLUCINANTE, des couleurs vibrantes, un relief constant et une précision du détail permettant de déceler des détails jadis laissés dans l'ombre, notamment au niveau des effets gore. On frôle ici la perfection, ce qui a de quoi rassurer quand aux prochaines sorties de l'éditeur.

 

Son :

Alan Silvestri signait sans doute son plus grand score pour Predator 2, et la piste anglais DTS HD est du genre à souligner cet état de fait. Les percussions militaires et les cuivres de la bande originale n'ont jamais été aussi puissants, et certaines idées musicales ultra audacieuses se retrouvent ici renforcées, comme cette improvisation de saxophone apposée à une explosion au ralenti. Les effets sonores sont eux aussi à l'avenant, particulièrement lors des deux morceaux de bravoure du film : le gunfight d'ouverture et le long affrontement final.

 

Interactivité :

Alors que le Blu-Ray du chef-d'oeuvre de McTiernan niait l'existence des heures de bonus disponibles en DVD, celui de Predator 2 n'a rien oublié de l'interactivité du collector standard dans son transfert. Une hola, donc, pour le commentaire audio passionnant de Stephen Hopkins. Un tonnerre d'applaudissements pour le making of sans queue ni tête mais bricolé avec une passion évidente à partir de sources diverses : interviews d'époque, dont Stan Winston et ses comparses, interview récente de Hopkins, morceaux de junkets bizarrement dépourvus de langue de bois, images de tournage à foison, délires de Gary Busey sur le plateau... Et enfin, tapis rouge pour les scènes coupées et la featurette vintage qui concluent cette liste de suppléments pas piquée des vers. Des Blu-Ray comme ça, vous nous en sortez quand vous voulez, chers amis éditeurs...

 

 

Liste des bonus : Commentaires audio, Making of, Featurette d'époque, Scènes coupées, Bandes-annonces 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023