SPIDERS 3D
Etats-Unis - 2013
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Spiders 3D »
Genre : Horreur
Réalisateur : Tibor Takacs
Musique : Joseph Conlan
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 87 minutes
Distributeur : Metropolitan
Date de sortie : 10 mars 2013
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Spiders 3D »
portoflio
LE PITCH
Après le crash d’une station spatiale russe, on retrouve dans les débris une nouvelle espèce d’araignée mutante et extrêmement dangereuse. Une fois sur Terre les araignées grossissent à vue d’œil jusqu’à atteindre plusieurs mètre. En quelques heures c’est l’invasion totale, et le chaos dans les rues de New-York : la catastrophe ne fait que commencer.…
Partagez sur :
Nanarack Attack !

Il y a deux façons d'aborder Spiders 3D (ou Spiders), dernier film de Tibor Takacs (The gate, Lectures Diaboliques). On prend le film au premier degré et on s'attend à une péloche mettant en scène une invasion d'araignées, le tout avec le charme d'une série B, certes, mais avec le sérieux d'un récit immersif et un minimum bien troussé... L'avis qui suit n'a malheureusement pas été sensible à cette orientation... Car il y a une deuxième façon de voir Spiders 3D. Celle qui permet d'enlever ses œillères et de prendre conscience qu'il s‘agit là rien moins qu'un nanar atomique d'une crétinerie abyssale...

 

Tibor Takacs n'est pas le dernier des tâcherons, débutant sa carrière avec les très recommandables The Gate et sa suite à la fin des années 80, embrayant sur un Lectures Diaboliques récompensé du grand prix à Avoriaz, le cinéaste prometteur a vite mis de côté son ambition et cédé la place à un artisan spécialisé dans les téléfilms de luxe et séries télévisées de bas étage (Sabrina, l'apprenti sorcière, Mosquitoman, Ice Spiders et consorts...) Pas grand chose à attendre de lui donc, avec cette nouvelle fournée, si ce n'est un savoir-faire évident pour le médium télévisé. Ainsi, ce Spiders 3D dispose d'une mise en image très honnête, la réalisation de Takacs est souvent inspirée pour un produit de ce calibre. Avec notamment un tout premier plan à l'intérieur de la station spatiale russe bien troussé, quoique entièrement numérique. Bon, on ne va pas se mentir, c'est à peu près l'un des seuls points positifs du film...

 

On veut des cadavres !

 

La joie de retrouver un film d'invasion d'araignées comme à la bonne époque des Tarantulas et autres Arachnophobie, laisse vite place à la déception ici. La faute à des parti-pris cache-misère dans le récit. On veut voir des araignées, on va en voir... Mais si l'invasion arachnide promise est bien le coeur du film, on se retrouve rapidement avec une série de sous-intrigues (la fille du héros coincée dans l'appartement, le scientifique qui en sait beaucoup, le chef de l'armée borné) qui plombent sérieusement le rythme du récit. Le tout est agrémenté d'une interprétation globalement catastrophique (ou risible si l'on est indulgent) et d'effets spéciaux très inégaux. A tel point que l'on se moque rapidement des enjeux de l'histoire, et que l'on souhaite avant tout que les bébettes sèment le chaos et les cadavres. Las ! Même si les morts s'accélèrent dans la dernière partie du film, le quota sanguinolent est loin d'être respecté. Par ailleurs, l'aspect "araignées mutantes" devient rapidement risible, et sans considération de crédibilité, évidemment.

Reste une bande pouvant fort bien accompagner une soirée entre potes, entre la pizza, les chips et les bières, car répétons le : Spiders 3D est nul, mais c'est un nanar bien emballé. Et ça c'est déjà beaucoup ! 

Nicolas Mouchel








Partagez sur :
 

Image :
Le parti pris visuel de Spiders 3D est assez osé pour une série B(-as de plafond) de ce genre. Le spectre de couleurs de l'image se réduit au fur et à mesure de l'avancée du film, donnant à voir des teintes quasi monochromes dans la dernière partie. Un choix artistique qui n'est sans doute pas étranger aux effets d'incrustation assez moches des effets numériques. Sur le Blu-ray, certains plans accusent sérieusement le coup, avec en plus, un aspect granuleux très prononcé sur certaines images, notamment lors des scènes manquant de lumière. Forcément la copie relief n'arrange pas franchement le constat, surtout que les effets « jump to your face » ne sont pas légion... Voir en fait y en a pas. Dommage, car la définition est plutôt acceptable.

 


Son :
Jolie immersion sonore grâce à un DTS HD Master Audio assez généreux en sonorités de toutes sortes, usant bien de la répartition de l'installation 5.1. Rien d'extraordinaire mais un minimum syndical qui fait plaisir.

 


Interactivité :
Ah, ben rien, niet, que dalle. Juste quelques bandes-annonces. C'est fort peu...

 

Liste des bonus : Bandes-annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021