DILLINGER
Etats-Unis - 1973
Image plateforme « DVD »
Image de « Dillinger »
Genre : Policier
Réalisateur : John Milius
Musique : Barry De Vorzon
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et Français en mono
Sous-titre : Français, anglais et divers
Durée : 107 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 2 juin 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Dillinger »
portoflio
LE PITCH
John Dillinger défraya la chronique dans l'Amérique des années 30. Il enchaînera les hold-up et réussira à s'échapper deux fois de prison. En 1934, après des mois de cavale, il est abattu par les agents du FBI.
Partagez sur :
Big heat

Il aura donc fallu que Michael Mann sorte son Public Enemies pour qu'un éditeur francophone se charge enfin de distribuer une copie DVD (ne parlons même pas Blu-Ray) du premier long-métrage signé John Milius : Dillinger. Une biographie héroïque et virile assourdie de bruits de mitraillettes et de pneus qui crissent. Un truand certes, mais aussi l'un des derniers grands héros de du mythe américain.

 

Petit truand d'Indianapolis, John Dillinger prend de l'envergure sous le coup de la crise de 1929. Autrefois en pleine expansion et en voie d'urbanisation, l'Ouest redevient temporairement sauvage et les braqueurs de banques et autres gangsters la main sur le revolver font surface sur tout le territoire de l'Oncle Sam. Figure moins romantique que Bonnie & Clyde, Dillinger, malgré sa propension à la violence et au crime, prend la forme d'un exutoire pour la population qui le consacre comme un héros. Un décor de chaos complet, où Milius, alors scénariste à succès de Jeremiah Johnson (Sydney Pollack) et Juge et Hors-la-loi (John Huston), explore sa fascination pour le western en citant avec respect son maître à penser : Sam Peckinpah. Difficile effectivement de ne pas reconnaître dans cette course poursuite d'un autre temps entre Dillinger & co et un représentant du gouvernement (G-Man) le ton crépusculaire de La Horde Sauvage... surtout quand le jeune réalisateur en reprend les deux principaux interprètes : Warren Oates et Ben Johnson. Ici aussi il est question de respect entre deux adversaires, de morale couillue, de fin d'une époque et de grand final en forme de gunfight orgiaque.

 

Nouvelle ère

 

Mais pour son premier long-métrage, le futur cinéaste de Conan le barbare et L'Adieu au roi installe aussi durablement sa patte et ses thématiques profondes en livrant le portrait d'un homme moins « mauvais » qu'épris de liberté. Un Dillinger qui construit aux travers de ses errances, de ses faits d'armes, de ses échecs et de l'obsession de son image, sa propre légende. Une gloire que lui jalouse d'ailleurs son traqueur Pervis, sorte de shérif vindicatif qui restera à jamais oublié dans son ombre malgré son utilisation visionnaire des médias. Un vrai souffle épique en somme, que Milius inscrit à la fois dans des échappées esthétiques renouant avec le film noir des années 30 (encore un fan d'Howard Hawks) et dans une déconstruction sublime usant d'un montage du contraste comme le Godard de la belle époque. Formellement brillant, Dillinger est donc autant un biopic précis, voire presque éducatif, qui retrace toutes les grandes étapes de la vie sanglante de l'ennemi public, qu'un manifeste « Nouvel Hollywood » prônant l'évolution nécessaire du cinéma de genre et un film d'action de haute volée. Le trop rare John Milius inscrivait donc pour un premier essai un vrai coup de maître.

Nathanaël Bouton-Drouard

 

 

 

 

Partagez sur :
 

Image :

En 2000 le master affiché pas l'édition Zone 1 de MGM n'était que peu convaincant. Aujourd'hui  il est carrément à la ramasse avec son grain omniprésent, ses couleurs qui manquent de tenue, ses arrières plans floutés et les taches qui achèvent le spectacle. La compression fait ce qu'elle peut derrière... On ne comprend pas pourquoi Universal n'a pas fait l'effort d'un petit coup de Botox.

 

Son :

Pas beaucoup mieux au niveau des pistes sonores qui n'affichent que de simples mono d'époque, portées sur deux canaux, alors que pour les quelques gunfights,, un joli 5.1 n'aurait pas été désagréable. Un léger souffle à l'arrière, un chouïa de grésillement ; le film s'est pris la quarantaine dans la tronche.

 

Interactivité :

John Milius n'a que trop rarement eu les éloges qu'il mérite. Pour preuve cette édition de Dillinger qui, à l'image du Zone 1 sorti il y a déjà neuf ans, ne propose aucun bonus. Rien. Pourtant le monsieur mérite largement mieux que ça. A quand une réhabilitation qui lui permettrait de quitter le monde exiguë de la télévision ?

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021