POLICE SUR LA VILLE
Madigan - Etats-Unis - 1968
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Police sur la ville »
Genre : Policier
Réalisateur : Don Siegel
Musique : Don Costa
Image : 2.35 4/3
Son : Anglais et Français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 101 minutes
Distributeur : Elephant Films
Date de sortie : 28 février 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Police sur la ville »
portoflio
LE PITCH
Guerre, Western, Science-fiction, Comédie, Drame… La filmographie de Don Siegel ne s’arrêta jamais vraiment sur un genre, sauf peut être vers la fin de sa carrière, où le réalisateur s’enticha plus particulièrement du polar. Jusqu’à lui donner un nouveau visage à l’époque avec ce méconnu Police sur la ville dont Elephant Films nous gratifie aujourd’hui d’une belle copie en haute définition.
Partagez sur :
Mad Madigan

Guerre, Western, Science-fiction, Comédie, Drame... La filmographie de Don Siegel ne s'arrêta jamais vraiment sur un genre, sauf peut être vers la fin de sa carrière, où le réalisateur s'enticha plus particulièrement du polar. Jusqu'à lui donner un nouveau visage à l'époque avec ce méconnu Police sur la ville dont Elephant Films nous gratifie aujourd'hui d'une belle copie en haute définition.

Adaptation d'un roman de Richard Dougherty, ancien commissaire de police, Police sur la ville est une fenêtre ouverte sur la vie quotidienne des forces de l'ordre, du fonctionnement de la machine judiciaire, jusqu'à leur vie privée. Son histoire commence par l'arrestation d'un truand dont les deux flics en charge ne savent rien. Si ce n'est que la demande vient d'un district voisin du leur. Un manque d'organisation et de communication entre les services qui a comme conséquence d'envoyer les deux inspecteurs au casse-pipe: le suspect est en fait recherché pour meurtre et va leur échapper après les avoir dépouillés de leur arme de service. Un fiasco total dont l'écho ne va pas tarder à arriver aux oreilles du préfet de police (Henry Fonda, monolithique) et remettre une nouvelle fois en question la carrière d'un des deux inspecteurs, déjà dans le viseur de ses supérieurs. Car Madigan (Richard Widmark, solaire) est un bon flic, mais tellement fier à bras qu'il n'en rate jamais une pour se mettre dans le pétrin. Notamment avec les femmes, ce qui va d'ailleurs faire capoter l'arrestation du début. Un flic faillible donc, comme ses supérieurs, dont l'un d'entre eux, corrompu, est lui aussi dans le viseur du préfet.

 

L'inspecteur et les femmes


Bien avant la magnifique trilogie policière de Sidney Lumet, Don Siegel brosse donc un portrait nuancé de la police new-yorkaise, coincée entre, d'un côté, son sens du devoir et sa volonté de laver la ville de ses crimes, et de l'autre les failles de la machine judiciaire et les fragilités humaines d'hommes obligés de se comporter en « héros ». Et on sent que cette volonté de réalisme est au coeur du film. Siegel filmant ses personnages au plus près et le script leur rappelant continuellement les responsabilités dues à l'uniforme mais aussi celles qu'ils acceptent en tant que mari. Sur ce second point, la présence des femmes à l'écran est particulièrement notable. Surtout sur une production de ce genre, souvent presque entièrement dénuée de personnages féminins. Alors bien sûr, 60's oblige, il est principalement question ici de femmes au foyer s'occupant et/ou attendant leur époux, mais derrière ces apparences le script à l'intelligence de démontrer le vrai rôle de ses épouses (parfois trompées) en coulisse et l'importance de leur influence sur la profession voire la carrière de leur mari. Mention spéciale à Inger Stevens (très présente à la TV US à cette époque) dans le rôle de l'épouse de Madigan, notamment au moment du final.

 

lenteur sur la ville


Personnage principal fort (préfiguration douce amère du futur Dirty Harry ?), apologie de la police, sous-intrigues et thèmes implicites, ce Police sur la ville a beaucoup à dire et aurait tout pour lui, d'autant que les partitions de Don Costa lui donne cette belle énergie symptomatique de l'époque qui résonnait dans nombre de films et séries des 60's. Pourtant, malgré tout ça, le film peine souvent à réellement décoller. La faute à un script qui joue tellement la carte du réalisme que la caméra de Siegel le prend au mot et reste trop souvent coller à ses comédiens. Le cinéaste ne se permettant que quelques rares élans énergiques à l'occasion de la scène du début (superbe course poursuite sur les toits de Big Apple) et durant le climax. Entre les deux, une enquête mou du genou qui se rend responsable de plusieurs baillements mais durant laquelle on pourra tout de même noter la présence de quelques « gueules » dont le trop rare Michael Dunn (remember Miguelito Loveless?) ou encore Don Stroud (immanquablement connu des amateurs de séries 80's).

Si Police sur la ville mérite donc le coup d'oeil, il lui manque ce soupçon de nervosité que tout film tourné dans les quartiers mal famés de New York devrait posséder. Cela n'empêchera pas son personnage principal (toujours incarné par Widmark) de trouver une nouvelle vie sur la chaîne NBC le temps de six épisodes. Siegel, lui, de son côté, enfantera, deux ans plus tard, un héritier d'un autre calibre, à la puissance tout simplement destructrice. Mais c'est une autre histoire.

Laurent Valentin








Partagez sur :
 

Image :
Malgré un grain qui peut parfois se faire peu discret, il faut reconnaître un beau travail de restauration. Notamment au niveau des scènes d'extérieur, magnifiées par un luxe de détails et une luminosité impressionnante.

 


Son :
Si la chaleur de la vo d'époque est une nouvelle fois à l'honneur, le spectateur (un peu) âgé est en droit de lui préférer la vf, plus mécanique et métallique mais composée par les plus célèbres voix du doublage français de la bonne époque. Un délice ! Quant à la musique de Costa, sa chaleur et son énergie résonnent merveilleusement bien dans les enceintes.

 


Interactivité :
Une nouvelle fois chez Eléphant, c'est l'inénarrable Julien Comelli qui s'y colle, dans un entretien de presque une demi heure autour du film (seul bonus avec la bande annonce d'époque). Le trublion suisse nous fait profiter de son érudition sur le sujet et nous apprend un tas de choses bigrement intéressantes sur le film : il fait partie des films précurseurs s'intéressant à la police, il connut de nombreux problèmes de productions (rivalité entre Widmark et Fonda, prises de bec à répétitions entre Siegel et le producteur, attaque de gang durant le tournage obligeant toute l'équipe à se déplacer à Los Angeles...) et fut un véritable succès à sa sortie. Passionnant de bout en bout.

Liste des bonus : « Peur sur la ville » : documentaire de Julien Comelli et Erwan Le Gac, Galerie photos, Bandes-annonces

 
 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019