LA ROSE éCORCHéE
France - 1970
Image plateforme « Blu-Ray »Image plateforme « Bluray 4K »
Image de « La Rose écorchée »
Genre : Horreur, Erotique
Réalisateur : Claude Mulot
Musique : Jean Pierre Dorsay
Image : 1.66 16/9
Son : Français et Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Anglais
Durée : 94 minutes
Distributeur : Le Chat qui fume
Date de sortie : 15 mai 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Rose écorchée »
portoflio
LE PITCH
Peintre respecté et homme à femmes, Frédéric Lansac tombe amoureux de la divine Anne et l'emmène vivre dans un grand château isolé. Mais le bonheur du couple est de courte durée. Moira, une ancienne maîtresse de Frédéric folle de jalousie, provoque un accident à l'issue duquel Anne est horriblement brûlée et défigurée…
Partagez sur :
Les roses poussent aussi sur le fumier

En offrant à un film presque totalement oublié un écrin aussi luxueux et techniquement surprenant que ce triple combo UHD/Blu-ray/DVD, Le Chat Qui Fume affirme une nouvelle fois son statut d'éditeur cinéphile et de militant du bis (qu'il soit italien, américain, allemand ou ... français). Et si l'œuvre qui nous est présentée ici est sans doute loin d'être à la hauteur d'un tel investissement, la passion et le professionnalisme des petites mains ayant contribué à cette édition forcent définitivement le respect.

Crevons l'abcès sans attendre : non, La Rose écorchée n'est pas un chef d'œuvre maudit du cinéma fantastique français. A vrai dire, ce n'est même pas un bon film. Mais cette variation fauchée, bancale et un brin racoleuse autour des Yeux sans visage de Georges Franju n'est pas non plus dénuée d'intérêt.
Essentiellement connu des amateurs de pornographie gauloise sous le pseudonyme de Frédéric Lansac (un nom qu'il a d'ailleurs emprunté au personnage principal de La Rose écorchée ; rien ne se perd), Claude Mulot était l'un de ces talents prometteurs du cinéma français qui, faute de pouvoir percer dans la cour des grands, fut obligé de vivoter entre le bis et le X (et le Z). Auteur de péloches cultes telles que Le Sexe qui parle ou La Femme objet (ode insurpassable à la beauté de Marilyn Jess) et séducteur impénitent, ce parisien de naissance ne semblait pourtant guère se complaire dans les eaux par trop salées du sexe explicite, lui préférant un érotisme plus poétique, plus « naïf » même. Une distinction qui s'apprécie dès La Rose écorchée, son deuxième film, où le cinéaste s'applique davantage à filmer et à iconiser une Annie Duperey posant nue sur un canapé pour un peintre transi d'amour que lorsque le scénario lui impose de dévêtir ses actrices gratuitement. Comme lors de ce moment aussi maladroit que risible où Philippe Lemaire et Howard Vernon tente de maîtriser leur future victime dans un bassin (!?) et finissent par la foutre à poil au terme d'un pugilat de cour d'école. Mais la carrière de Claude Mulot ne se limite pas à ces contributions coquines. Scénariste de Max Pécas (On se calme et on boit frais à Saint Tropez, pour ne citer que ce titre de gloire), réalisateur de comédies et de thrillers populaires et bon marchés (C'est jeune et ça sait tout, Le jour se lève et les conneries commencent, La Saignée, Le Couteau sous la gorge), il fut également un ami proche de feu Johnny Halliday et de ... Carlos ! Une vie pas comme les autres donc et qui, avec une ironie somme toute cruelle, prit fin le 13 octobre 1986 lorsque Claude Mulot mourut noyé dans sa piscine de Saint Tropez (!) à l'âge pas très avancé de 44 ans.

 

bleu, blanc, rouge... et bis


Que retenir, presque un demi-siècle après sa sortie, de La Rose écorchée ? Pas grand chose, malheureusement, tant les défauts de cette tentative de mélanger horreur et érotisme risquent fort de mettre à l'épreuve la patience des spectateurs les moins indulgents. L'interprétation est globalement calamiteuse, les dialogues oscillent entre bêtise et platitude, les rares effets de montage tombent systématiquement à plat (ah, ce médecin qui n'en finit pas de descendre les escaliers avec sa malette et ses mauvaises nouvelles!) et la direction artistique évoque le pire des romans photos des années 60/70.
Il faut par conséquent se raccrocher aux branches et se satisfaire d'un rien pour trouver le temps moins long. Les fans de Jess Franco seront aux anges de retrouver Howard Vernon dans un rôle qui rend ouvertement hommage à celui qu'il tenait dans L'Horrible docteur Orloff (déjà un rip-off des Yeux sans visage, la boucle est bouclée). Très inspirée par les classiques gothiques de la Hammer et de Mario Bava, la photographie de Roger Fellous marque souvent des points, notamment lors des scènes nocturnes et oniriques qui prennent place dans les ruines embrumées d'un vieux château. Également sous influences, en l'occurrence celle du Michel Magne de la série des Angélique avec Michèle Mercier, le thème musical composé par Jean-Pierre Dorsay rend partiellement justice aux accents tragiques de cette histoire de beauté perdue et de folie meurtrière. Enfin, si tout ceci ne suffit pas à attiser votre curiosité (malsaine), sachez que La Rose écorchée s'agrémente de la présence d'une Elizabeth Teissier pas encore astrologue mais déjà bien perchée puisqu'elle se balade le temps d'une scène avec un maquillage doré et une panoplie bling bling du plus mauvais effet et que le comble de l'étrangeté est symbolisé par un duo de nains mutiques revêtus de peaux de bêtes et armées de haches et de piques démesurées ! Comme quoi, le nanar français n'a pas toujours ressemblé à des comédies racistes et misogynes pas drôles hantées par les trognes effrayantes de Christian Clavier et Kev Adams. C'est toujours ça de pris.

Alan Wilson












Partagez sur :
 

Image :
C'est bien simple, jamais un film aussi obscur n'avait été présenté dans de telles conditions. Restauré avec un soin maniaque à partir du négatif original avec l'aide de l'INA, le master 4k est d'une beauté sidérante. Pas la moindre trace, pas la moindre rayure, pas le moindre accident de pellicule. On frôle le jamais vu. Quant à l'idée d'offrir le film sur support Ultra-HD, elle se justifie amplement par les capacités de ce nouveau format à sublimer les couleurs et la peau des comédien(ne)s. Sachant que le rouge tient une place centrale dans la colorimétrie du film et que les actrices tombent le haut à la moindre opportunité, La Rose écorchée est sans doute le bis idéal pour tester une installation à la pointe de la technologie. Bien vu, Le Chat qui fume !

 


Son :
Comme l'image, le son a été nettoyé de bout en bout. L'absence de souffle permet de pousser le volume sans souffrir de la moindre saturation et avec un confort d'écoute maximal. Les ambiances sont discrètes mais bien présentes et la musique prend joliment le dessus sur des dialogues un peu en retrait mais parfaitement compréhensibles. Cerise sur le gâteau, une piste anglaise tout aussi propre a été ajoutée, rendant au film son aura de série B internationale jadis distribué par l'américain Allied Pictures.

 


Interactivité :
On reconnaît les bons éditeurs à leur capacité à surmonter tous les obstacles. Et dans le cas de La Rose écorchée, ils étaient nombreux. En l'absence de Claude Mulot (décédé), d'Annie Duperey (pour qui le film ne figure probablement même pas dans son CV,), d'Elizabeth Teissier (frappé d'amnésie lorsqu'on évoque cette partie de sa carrière) et de bien d'autres membres du casting, les p'tits gars du Chat qui fume sont quand même parvenus à compiler des entretiens d'une qualité inestimable. Pas peu fier du résultat final, le scénariste et producteur Edgar Oppenheimer concentre ses souvenirs sur l'exploitation du film en France et à l'étranger et ses démêlés avec la censure. Généreux en anecdotes et ému au point de fondre en larmes au début de l'entretien, le caméraman et ami de Claude Mulot, Jacques Assuérus, revient sur le tournage du film, les contraintes budgétaires et dresse le portrait touchant d'un cercle de potes au centre duquel trônait Johnny Hallyday. L'occasion de revoir une poignée d'images du clip de la chanson Le Survivant où notre rocker national se la jouait Mad Max dans les dunes du Touquet ! Également conviés à partager leurs souvenirs, les assistants (et frères jumeaux) Hubert et Georges Baumann confirment la bonne ambiance d'un tournage sans le sou. Bien qu'elle ne soit pas au générique de La Rose écorchée, l'emblématique Brigitte Lahaye se livre avec sincérité sur son expérience avec Claude Mulot (avec qui elle a tourné, entres autres, Belles d'un soir et Les Petites écolières) et avoue que le bonhomme n'avait que peu de passion pour le cinéma pornographique. Le reste de l'interactivité pioche dans du matériel rare et inédit. Outre les bandes annonces françaises et américaines, l'éditeur est parvenu à mettre la main sur 4 précieuses minutes de B-roll en noir et blanc et qui font office de making-of inespéré ainsi que sur la version « VHS » du film. Plus qu'un gadget censé titiller la fibre nostalgique des bisseux, c'est un montage plus court d'une dizaine de minutes et retitré Devil's Maniac qui nous est présenté. A défaut de profiter d'une image optimale, le premier acte s'avère beaucoup moins pénible et le film file droit à l'essentiel. Du grand art.

Liste des bonus : Sur le tournage de La Rose écorchée (3'), Interview d'Edgar Oppenheimer (25'), Interview d'Hubert et Georges Baumann (11'), Interview de Jacques Assuérus (35'), Souvenirs de Claude Mulot par Brigitte Lahaie (9'), La Rose écorchée en mode VHS, Film annonce français et anglais

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021