OUT OF TIME
Etats-Unis - 2004
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Out Of Time »
Genre : Thriller
Réalisateur : Carl Franklin
Musique : Graeme Revell
Image : 2.35 16/9
Son : Français et Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 105 minutes
Distributeur : L’Atelier d’Images
Date de sortie : 2 juin 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Out Of Time »
portoflio
LE PITCH
Lee Whitlock est le chef d’une police locale de Floride. Entretenant une relation avec une femme mariée, il apprend abruptement que celle ci est atteinte d’un cancer. Il décide alors, malgré son honnêteté, de voler l’argent d’un trafic de drogues récupéré par le FBI pour financer une opération très coûteuse mais qui pourrait peut être la sauver.
Partagez sur :
La fièvre du samedi soir

On sera tous d'accord sur le fait que rien ne vaut les grosses sorties bluray. Mais probablement aussi sur celui que le Cinéma trouve parfois son relief et son goût si particulier dans l'ombre de bandes tombées dans l'oubli voire carrément passées sous les écrans radar lors de leur sortie. C'est sûrement une des raisons pour laquelle L'Atelier d'Images nous sort ce Out of Time de nulle part. Un Thriller certes anecdotique mais dont il serait dommage de se priver au vu de sa galette bleue du plus bel effet et plutôt généreuse en suppléments.

Qui se souvient des samedis soir de TF1 dans les années 90 ? Sous la bannière Hollywood Night (créée de toute pièce par un programmateur malin) la première chaîne allait diffuser un nombre impressionnant de téléfilms américains tous plus ou moins construits de la même manière : un meurtre, du sexe (soft) et de l'exotisme (la plupart ayant lieu en Californie). Evidemment, ce sous-genre du Thriller US trouvait au même moment un bel écho au cinéma, dans des réalisations fiévreuses à la Color of Night, Harcèlement ou même le moins connu mais bien plus sympathique Jade de William Friedkin. Des années plus tard, peut être par nostalgie, l'outsider Carl Franklin (récurrent derrière la caméra de quelques séries : The Leftovers, Mindhunters...) rajoute sa pierre à l'édifice avec ce Out of Time qui, dès son intro, fait monter d'emblée la température en nous montrant les atouts charme de la belle Ann Merai Harrison (Sanaa Lathan, entraperçue elle aussi dans quelques séries), femme mariée mais légère qui se paie le chef de la police locale au nez et à la barbe de son cocu de mari (Dean Cain, vous vous souvenez ? Le Superman de Lois & Clark !). Denzel Washington est comme toujours parfait dans le rôle ambiguë d'un homme tiraillé entre ses devoirs professionnels, son histoire d'amour adolescente, qui brave tous les interdits, et la signature des papiers de son divorce, que lui remue sous le nez son ex femme (Eva Mendes, comme toujours très juste) dès qu'elle en a l'occasion. D'autant que récemment promue au poste d'inspecteur, cette dernière va être chargée de l'enquête qui découle directement du piège dans lequel va tomber, comme un bleu, son ex mari.

 

Miami Vice


Sulfureux et rondement mené, Out of Time profite d'un scénario plutôt bien écrit (même si l'habitué du genre devinera son twist rapidement) et d'une bonne facture formelle ; Carl Franklin étant un faiseur plutôt efficace qui, sans jamais hissé le film au firmament du genre, sait tirer partie des moindres atouts du script. L'enjeu autour du temps profite ainsi d'une bonne tension (même si tirée parfois un peu par les cheveux) et, côté action, le film offre une scène assez nerveuse, à base de mano à mano sur un balcon qui s'effondre, pour rester longtemps en mémoire. Assez étrangement, c'est du côté du score (signé Graeme Revell) qu'on pourrait trouver à redire, les partitions du compositeur du cultissime The Crow faisant souffrir le film d'une présence trop appuyée et d'une légèreté qui en atténue les côtés les plus sombres. Le résultat se retrouve donc tiraillé entre d'un côté le soleil et les paréos de Miami et de l'autre les machinations ourdies au creux des nuits moites. Reste que Out of Time réussit tout de même à conserver un intérêt certain qui ne survivra probablement pas au quinzième jour suivant sa découverte mais remplira sa mission pour une petite soirée entre amis, histoire de se remémorer, le temps d'un film, le parfum d'un cinéma très 90's qui, aujourd'hui, paraît trop lointain.

Laurent Valentin




Partagez sur :
 

Image :
Pour cette édition, L'Atelier d'Images est allé récupérer la belle édition spéciale sortie chez nos amis américains en 2018. Résultat : un piqué d'image saisissant, qui met en relief les textures et les grains de peau et offre de beaux contrastes. Les scènes de nuit sont d'un noir de jais, les scènes de jour, sous le soleil de Miami, éclatantes de vivacité.

 

Son :
VO et VF profitent d'une belle piste DTS-HD 5.1 et rivalisent d'énergie. La musique, par sa trop grande présence, a tendance à cannibaliser les effets sonores, mais ceux ci y résistent néanmoins et savent tirer partie du système d'enceintes, dans lequel les arrières sont souvent mises à contribution.

 

Interactivité :
Au sein du catalogue pour le moins hétéroclite et fourni de L'Atelier d'Images, Out of Time pourrait être considéré comme une sortie technique. Que nenni ! L'éditeur récupère l'intégralité des bonus de l'édition spéciale américaine : un commentaire audio du réalisateur, riche en informations sur le tournage et les acteurs, une featurette d'une dizaine de minutes sur les coulisses du tournage, des fiches de personnages (un peu redondant après la featurette), un bêtisier, les séances de casting de Dean Cain et Sanaa Lathan, une galerie de photos, une bande annonce d'époque... Bref, un beau programme permettant de prolonger l'expérience du film même si tout ça se regarde vite et n'apporte que peu d'éléments véritablement intéressants.

Liste des bonus : Les coulisses du tournage (12'17), Faites connaissance avec les personnages (6'12), Bêtisier (0'52), Essais casting (10'25), bande annonce d'époque (2'01), galerie photos, commentaire audio du réalisateur.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020