MILOS FORMAN : 4 FILMS DE JEUNESSE
L’Audition, L’As de pique, Les Amours d’une blonde, Au Feu les pompiers - Tchécoslovaquie - 1963 / 1967
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Milos Forman : 4 Films de jeunesse »
Genre : Drame
Réalisateur : Milos Forman
Image : 1.33 4/3
Son : Tchèque DTS HD Master Audio 1.0
Sous-titre : Français
Durée : 326 minutes
Distributeur : Carlotta
Date de sortie : 4 novembre 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Milos Forman : 4 Films de jeunesse »
portoflio
LE PITCH
Les premiers pas du réalisateur de Vol au-dessus d’un nid de coucou en 4 films majeurs : L’Audition, l’As de pique, les Amours d’une blonde et Au feu les pompiers qu’il réalisa en Tchécoslovaquie avant de s’exiler aux États-Unis.
Partagez sur :
La face cachée de Forman

Aborder ce coffret, c'est rentrer de facto dans la radioscopie d'une jeunesse sacrifiée. Perdue entre l'oppression communiste et le rideau de fer, cette génération n'inspirait qu'à s'exprimer. Leurs mots n'ayant que peu d'écho, c'est par l'image qu'elle se dévergondera et plus particulièrement par celle de la pellicule imprimée par un petit nouveau du nom de Milos Forman.

Comprendre le cheminement de l'auteur de films aussi opposés que Vol au-dessus d'un nid de coucou ou de Hair doit passer par ses origines. Celles de Milos Forman ne brillent pas par la gaieté. Parents morts en déportation, sa vie d'après-guerre, bridée par le régime de Moscou, n'a pu s'exprimer et s'émanciper que par l'art interposé. Théâtre, écriture, école de cinéma, le jeune homme finira par trouver sa voix grâce au septième art. En porte-parole d'une jeunesse laissée à l'abandon, son regard iconoclaste sera les yeux d'un âge éphémère où l'espoir semblait permis. Ce besoin allait vite s'apparenter à un bras de fer entre une Nouvelle vague libertaire opposée à un régime communiste ankylosé dans l'immobilisme.

 

LA musique pour soigner les moeurs ?


Pourfendeur du système établi, Milos Forman a bien conscience que l'attaque frontale est hors de question dans l'expression de ses ressentiments. Nombres de générations se sont exprimées par la musique ; Forman l'a bien compris et il deviendra un mode d'expression récurent à travers toute son œuvre. Mozart dans son Amadeus, les hippies dans Hair, le communautarisme dans Ragtime. Il est intéressant de constater que ses racines sont omniprésentes dans son cinéma dès ses premières fictions. Souvent, la voix est le seul moyen d'expression qu'ont ces personnages pour se sentir vivants. Audition, son moyen métrage en est le thème principal, il forcera le trait dès ses films suivants où les corps se libèreront à leur tour par la danse. Rien d'extravagant non plus, pas de déhanchements endiablés, juste des bals communaux où doucement les silhouettes sortiront de leur torpeur pour bouger aux rythmes saccadés des sons de l'orchestre comme si ceux-ci s'étaient enfin autorisés à s'exprimer sous les regards impassibles des anciens, ici simples spectateurs. Désaxés, ces visages semblent parfois vides, parfois inquisiteurs mais rarement complices. Le choix de puiser dans le vivier des acteurs amateurs et dans celui d'interprètes établis accentue ces écarts de point de vue.

 

Liberté !


La direction d'acteurs reste primordiale dans la mise en scène du cinéaste ; elle insuffle un souffle constant de sincérité et d'urgence comme des moments volés dans les regards des intéressés. Une fois encore, c'est ce fameux œil que Forman veut capter. L'ennui d'une jeunesse qui ne peut s'émanciper, accablée par des emplois qui ne lui correspond pas, où ils se sentent étouffer, sans espoir et sans avenir. Le héros de L'As de pique se voit contraint de faire le vigile pour plaire à son paternel, celle des Amours d'une blonde est contrainte de retourner à l'usine pour l'économie du pays alors que les chemins de traverse semblent se clôturer sans avoir été empruntés. L'esprit libertaire ne demande qu'à s'exprimer, ces pellicules sont des instantanées d'importance comme l'explosion de la nouvelle vague en France à la même époque, à l'instar d'un Truffaut mais surtout d'un Godard, Forman casse les codes, déstructure la sémantique de l'image et du son par de la prise directe. Son cinéma interpelle, intrigue. Ses Amours d'une blonde lui font faire le tour du monde et des festivals. Venise, Los Angeles, Cannes, les yeux se braquent vers l'Est et ce renouveau en devenir. Milos a le vent en poupe et a encore bien des choses à dire.

 

Muselière


La vitesse supérieure peut être passée et la couleur s'invite dans son cinéma pour bousculer le côté figé du régime filmé autrefois. Au feu les pompiers sera le film de toutes les audaces, son film le plus politisé sur le parti. Cette fois, Forman devient plus cruel, moins tendre avec ses personnages, il y dépeint les inepties d'une bureaucratie d'Etat avec énormément de cynisme et d'ironie à peine voilés : Une fête est donnée pour le départ au terme de 50 ans de service par des pompiers pour leur vétéran. Un concours de beauté est organisé, une tombola préparée, un bal organisé mais rien ne se déroule comme prévu. Les miss s'improvisent, les lots disparaissent et la fête dégénère avant qu'un incendie se déclare sans que les pompiers ne soit capables de le maîtriser. C'est un pamphlet anticommuniste, une métaphore du parti socialiste sur un monde qui change contrairement aux usages établis. Forman impose un film libre, en opposition totale à la rigidité du régime. Il pourrait s'intituler Vol au-dessus d'un nid de coucou tant ses personnages en sont proches. L'incendie a beau surgir, tout peut s'effondrer mais rien ne change, tout demeure pareil et on s'enivre pour oublier. La suffisance et la bêtise humaine ont eu raison du vent de liberté.
L'intelligentsia en place apprécie peu, ce sera le dernier film du cinéaste dans son pays natal. Khrouchtchev évoquait la réalité de la jeunesse comme un acte politique. Le printemps de Prague était là avec son « socialisme à visage humain » ; il ne sera malheureusement que de courte durée. Quelques mois plus tard, suite au pacte de Varsovie, ce sera les chars Russes qui brimeront le pays derrière le rideau de fer.

Adopté par l'Ouest, Forman n'abandonnera pas le combat. Son cinéma continuera à être une ode à l'indépendance au sein du système, il fera parler Larry Flynt, ressuscitera Andy Kaufman dans Man on the Moon. Son engagement sera sans failles, son cinéma apolitique. Sa liberté elle, n'aura pas de frontière !

Cédric Lemaire












Partagez sur :
 

Image :
Les travaux de restauration de l'image ont été réalisés grâce au concours du national film archive de Prague en 2017. Ils ont respecté au mieux les techniques de l'époque afin de reproduire les conditions de visionnage d'antan. Quant à la numérisation, elle a été effectuée à partir du négatif original et les images manquantes à partir d'un interpositif. Résultat, une qualité de visionnage optimum avec de solides contrastes et une palette de noirs et blancs habilement maitrisée et une colorimétrie ravivée.

 


Son :

Le même soin a été apporté à la piste son. Même si elle conserve le 1.0 d'époque, sa restauration HD lui sied parfaitement, restituant les sons et ambiance d'époque avec une grande finesse assez inattendue.

 


Interactivité :

Voici un bon exemple sur le fait que la qualité prévaut sur la quantité car outre un retour sur l'As de pique par son actrice principale, le gros du morceau vient avec une interview de Milos Forman. Une fois n'est pas coutûme, il peut être intéressant de le visionner avant les films afin de les remettre dans leur contexte politique et social. Filmé chez lui en toute simplicité en 2010 par Luc Lagier, il nous explique comment son cinéma a pu émerger dans un pays bridé par la censure avec moult exemples à l'appui. De son côté le journaliste décortique les mécanismes de la mise en scène de Milos Forman et la façon dont celui-ci a perverti de l'intérieur le système cinématographique tchèque. Deux bonus essentiels pour appréhender ces films de jeunesse dans son contexte difficile.

Liste des bonus : Entretien avec Pavla Martínková-Novotná 15', Scène coupée de l'As de pique 3', Bande-annonce originale de l'As de pique 2', « Le Printemps de Milos Forman » par Luc Lagier 12', « Milos Forman années 60 » de Luc Lagier 50', Bande-annonce d'Au feu les pompiers 1'.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021