SAW VI
Etats-Unis - 2009
Image plateforme « DVD »
Image de « Saw VI »
Genre : Horreur
Réalisateur : Kevin Greutert
Musique : Charlie Clouser
Image : 1.85 16/9
Son : Français et Anglais en DD 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 90 minutes
Distributeur : Metropolitan
Date de sortie : 4 mars 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Saw VI »
portoflio
LE PITCH
L'agent spécial Strahm est mort, et le détective Hoffman s'impose alors comme le légataire incontesté de l'héritage de Jigsaw. Cependant, tandis que le FBI se rapproche de plus en plus dangereusement de lui, Hoffman est obligé de commencer un nouveau jeu qui révélera enfin quel est le véritable grand dessein derrière les machinations de Jigsaw...
Partagez sur :
Honte strasbourgeoise

Jigsaw, le pourfendeur starisé de la série Saw, revient sur grand écran pour une sixième aventure. Hélas déjà peu convaincant au cinéma, cet étalage de charcuteries en tout genre est loin de gravir les échelons qualitatifs sur le petit écran. Bien au contraire...

 

L'arrivée à la réalisation de Kevin Greutert, monteur attitré de la saga depuis le premier épisode, aurait pu changer la donne, et effacer près de cinq années de Bousemaneries embarrassantes. Sous l'égide de la pompe à fric Twisted Pictures, Saw reste malheureusement Saw et la mise en scène, si mise en scène il y a, se contente d'aligner mécaniquement les codes de la "saga". Montage épileptique, filtres de couleurs criardes, pièces plus stupides les uns que les autres, personnages qui ressuscitent au gré de flashbacks inutiles... Saw VI (on ne fera même pas l'effort de trouver un jeu de mot sur ce titre) n'est qu'une redite de ce qui a précédé, Greutert ne faisant ni meilleur ni pire que les épisodes II à V. Mais après tant de nanars, difficile de faire preuve de la moindre indulgence.

 

Costas Gravas

 

Capitalisant, comme évoqué plus haut, sur la formule de ses prédécesseurs, jusqu'à leur emprunter des décors vides (un tableau de liège, une chaise et un bureau, hop ! on disait que c'était un commissariat !) et une fâcheuse tendance à légitimer les actes de Jigsaw (il venge ici le petit peuple des compagnies d'assurance !), Saw VI touche le fond. Pire, en dépit du génie supposé de son nouveau bourreau (Costas Mandylor, le plus mauvais acteur du monde, est tout de même capable à l'écran de concevoir des machineries abracadabrantes et de traverser Los Angeles en 3 minutes chrono, histoire de ne pas manquer l'éviscération de sa prochaine victime), pas une seule scène gore ne ressort aujourd'hui du lot, comme si le jeu du Torture-Porn à outrance se mordait définitivement la queue. Avec ses sous-intrigues à tiroir (ce qui ne les rend pas plus intéressantes), ses flashbacks dans les flashbacks, ses cliffhangers du pauvre et ses personnages interchangeables, la série Saw s'apparente désormais au plus fauché des shows TV, sorte de rip-off honteux des Experts ou de Bones. A une différence près : là où les scénaristes de la petite lucarne se cassent le tronc à produire 24 énigmes par saison, Twisted Pictures se contente d'un pauvre épisode par an...

Simon Gruber

 

Partagez sur :
 

Image :
La photographie grisâtre de la saga, masquée par des contrastes excessifs, ne représente pas vraiment un terrain de jeu idéal pour Metropolitan. L'éditeur fait tout de même tout son possible pour assurer la tenue de son immaculée copie. La compression est donc irréprochable, ce qui ne veut pas dire pour autant que le film soit beau à voir...

 

Son :
Du Dolby Digital à tous les étages, et des acteurs aussi mauvais en VF qu'en VO (Costas Mandylor... bon sang !). Chaque pièce propose son lot de bruitages agressifs (mécanismes en tous genres, chairs tranchées, sang projeté et détonations soudaines), spatialisés comme il se doit. La migraine est assurée, mais le travail de l'éditeur n'est aucunement à mettre en cause.

 

Interactivité :
Difficile de ne pas sourire devant l'assurance et l'autosatisfaction de Kevin Greutert, son directeur de la photographie et ses acteurs à la vision des featurettes de ce DVD. Si les modules consacrés aux différents pièges du film permettent d'apprécier de manière assez objective le travail des maquilleurs, le documentaire dédié à Tobin Bell fait ainsi peine à voir, chacun y allant de sa petite congratulation vis-à-vis du comédien. C'est que son rôle passerait presque pour Hamlet ! Très succincte, l'interactivité filmée est complétée par un commentaire audio étonnamment accrocheur, Greutert mettant en lumière les contraintes liées au cahier des charges de la série, et aux moyens mis sur la table par Twisted Pictures.

 

Liste des bonus : Liste des bonus.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023