MISERY
Etats-Unis - 1990
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Misery »
Genre : Thriller
Réalisateur : Rob Reiner
Musique : Marc Shaiman
Image : 1.85 16/9
Son : DTS HD Master Audio 5.1 Anglais, DTS 5.1 français, italien et espagnol
Sous-titre : Français, anglais…
Durée : 107 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 5 mai 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Misery »
portoflio
LE PITCH
Paul Sheldon, romancier et créateur du personnage de Misery, dont il a écrit la saga, est satisfait. Il vient enfin de faire mourir son héroïne et peut passer à autre chose. Il quitte l'hôtel de montagne où il a l'habitude d'écrire et prend la route de New York. Pris dans un violent blizzard, sa voiture dérape dans la neige et tombe dans un ravin. Paul Sheldon doit son salut à Annie Wilkes, infirmière retraitée qui vit dans un chalet isolé. Annie est justement une supporter incondit...
Partagez sur :
"si j'existe, c'est d'être fan"

Long-métrage ayant révélé le talent immodéré de Kathy Bates, Misery figure sans problème parmi les meilleures adaptations du créateur de Ca. Et pourtant ce n'est pas à un virtuose de la caméra qu'on la doit, mais bien à un explorateur émérite des sentiments humains. Logique, quand on y repense... 

 

Y a-t-il encore un texte de Stephen King qui n'ait pas encore été adapté à l'écran ou qui ne soit pas déjà optionné pour l'être ? Parmi toutes ces productions, parfois juste télévisuelles, peu peuvent toutefois s'enorgueillir de réussir à rester fidèle à l'œuvre du bonhomme tout en restant un essai cinématographique réussi. Parmi ces derniers, il y a bien entendu Misery. Pourtant lorsque Rob Reiner (Princess Bride) s'attaque à l'un des meilleurs romans du maitre du suspens, il ne le fait pas forcément avec un travail de réappropriation aussi marqué que Carpenter sur Christine, Kubrick sur Shining ou De Palma sur Carrie. Ancien téléaste, spécialiste de la comédie tendre (Quand Harry rencontre Sally tout de même), Reiner n'est alors pas le candidat idéal pour s'attaquer à un authentique thriller, psychologiquement exigeant qui plus est. Ce n'est que trop vite oublier que le réalisateur à déjà signé par le passé l'une des meilleures adaptations de l'homme de Castle Rock, avec le touchant et inspirée Stand By Me. Une sensibilité semble donc rapprocher les deux « artistes », et à la vision (et révision) de Misery, il paraît désormais évident que Reiner était l'homme de la situation.

 

le coup du sabot


Le roman était un texte sans fioriture ni excès. Une histoire terrifiante de séquestration, de folie furieuse sur fond de fanatisme (avec toujours cet aspect autobiographique de King). Une histoire qui marquait le lecteur par une certaine sécheresse pourtant apte à laisser les personnages vivre tout au long des chapitres. Clairement pas le plus grand esthète du monde, Reiner laisse sa mise en scène en retrait, se contentant de construire quelques plans fixes, d'aligner un montage efficace et de soutenir du mieux qu'il peut les deux acteurs principaux : une terrifiante Kathy Bates (le rôle de sa vie) et un impeccable James Caan. Un duo d'acteurs tout simplement parfait de justesse et d'intentions, soulignant avec brio chacune des facettes des personnages. Flippant, angoissant, Misery le film est un huis-clos étouffant, et pourtant aéré dans sa version cinéma par quelques ajouts inattendu. Histoire de rythmer son intrigue, Reiner revient à ses premières amours en imaginant l'enquête du sheriff local. Un papy débonnaire et souriant mais particulièrement malin dont les joutes verbales et adorable avec sa femme ajoutent clairement à la réussite d'un véritable classique. Un classique autant dans sa forme que dans la perfection de sa construction.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
En termes de qualité d'image, Misery n'a jamais été particulièrement bien servi en DVD avec un master qui aurait sans doute mérité un véritable nettoyage de circonstance. On espérait une renaissance en format Blu-ray. Si le choc n'est finalement pas au rendez-vous (le grain est toujours trop présent sur certains gros plans et quelques scènes en extérieur), l'éditeur a manifestement fait un réel effort. La compression toujours optimale accompagne une palette colorimétrique d'une grande richesse. Les rouges ressortent particulièrement bien, la définition se montre d'une redoutable précision (on aperçoit chaque poil de barbe de James Caan) et un relief très naturel fait enfin son apparition. Pas parfait, mais un bel écrin pour ce film.

 

Son :
Passage haute définition oblige, Misery se voit serti d'un nouveau mixage DTS HD Master Audio 5.1 pour la version originale. Le film n'étant pas particulièrement spectaculaire, le gain se fait surtout par une clarté indéniable et un environnement sonore plus enveloppant encore. Une très belle piste, parfaitement équilibrée, qui joue avec brio la carte de l'économie et de la discrétion. En comparaison, le DTS français (produit pour l'occasion lui aussi) paraît un poil moins riche... mais uniquement au possesseur d'oreilles bioniques.

 

Interactivité :
On pensait naïvement qu'en dehors de Studio Canal, les éditeurs avaient enfin compris l'importance de préserver l'intégralité des bonus produits pour les recycler en Blu-ray. On est d'autant plus étonné qu'un tel élan de fainéantise vient de FPE, qui jusque-là avait montré dans l'ensemble un véritable souci dans ce sens. En effet, aussi célèbre et important que soit Misery, sa nouvelle édition nous parvient sans aucun bonus ! Rien ! Au revoir donc les deux commentaires audio et les deux making-of. Ne reste plus aux cinéphiles qu'à préserver leur DVD dans la collection en attendant un Blu-ray collector. On se croirait revenu 10 ans en arrière !

 

Liste des bonus : aucun

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021