ROB ROY
Etats-Unis / Angleterre - 1995
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Rob Roy »
Genre : Aventure
Réalisateur : Michael Caton-Jones
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais en DTS-HD Master Audio 5.1, Français, Allemand, Italien, Japonais, Espagnol en DTS 5.1
Sous-titre : Anglais, Français, Danois, Allemand, Finnois, Hongrois, Italien…
Durée : 139 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 5 mai 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Rob Roy »
portoflio
LE PITCH
Evocation de la légende de Robert MacGregor, dit Rob Roy, chef d'un clan de deux cents villageois au début du XVIIIe siècle dans les Highlands, qui tint tête à une aristocratie félonne et corrompue.
Partagez sur :
Sous le kilt

En 1995, l'Ecosse était à l'honneur sur tous les écrans du monde. Deux grosses productions revenaient sur les légendes héroïques des fameux highlanders au travers du Braveheart de Mel Gibson et de ce Rob Roy souffrant clairement de cette concurrence, et d'une illustration aussi tranchée que basique.
 

Dans une grande salle aux voûtes écrasantes, quelques contes anglais parient sur l'issue d'un duel. Entre l'évocation de l'homosexualité de l'un, la propension de l'autre à violer les petits garçons, ces personnages maniérés et exécrables jouent de leur verve pour trahir et manipuler l'autre. Des échanges vaguement subtils, cachant difficilement la grande vulgarité de l'occupant. Ailleurs, un grand guerrier écossais fait montre d'un sens de l'honneur exemplaire en traitant quelques voleurs de bétails avec le moins possible de violence. Son haut-fait accompli, il rejoint sa famille parfaite, entre des enfants enjoués et obéissants et une femme fière, romantique mais indépendante. Si chez les anglais le sexe est synonyme d'avilissement (voir la descente aux enfers de la petite servante), chez le fier peuple écossais il est la preuve d'une richesse plus intérieure et d'un amour d'une pureté séculaire. Voilà ce que l'on appelle un manichéisme primaire opposant un gentil iconique et intouchable à des méchants... très méchants.

 

garde champêtre


Pas franchement connu pour sa subtilité, Michael Caton-Jones (Le Chacal, Basic Instinct 2....muhahahaha) assène de manière caricaturale son récit historique, décrédibilisant par la même occasion la moindre prouesse du fameux Rob Roy. Surtout, à force de vouloir dépeindre la perfection de son personnage principal, le cinéaste noie sa mise en scène dans une contemplation pantouflarde et champêtre à la limite d'une fantasy façon l'ouverture de La Communauté de l'anneau. Pas vraiment adapté et bien loin de la fureur du film de Mel Gibson. Sa construction théâtralisée et manifestement à la recherche d'un classicisme évocateur, Rob Roy permet tout de même à un casting de haute volée de livrer un travail admirable : Liam Neeson en sauveur de la veuve et l'orphelin, Jessica Lange en vestale meurtrie, Tim Roth en traitre shakespearien et Brian Cox en veule serviteur offrent au long-métrage ses meilleurs moments, ou en tout cas redonnent au kilt toutes ses couleurs. La fresque manque clairement de discernement et de profondeur, mais grâce à des interprétations solides et une photographie somptueuse signée Karl Walter Lindenlaub (Black Book, Narnia 2), le divertissement reste assuré. A défaut de faire oublier la durée de l'entreprise...

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Si encore une fois la comparaison avec Braveheart n'est pas vraiment à l'avantage du film de Caton-Jones, il faut reconnaître au présent master HD un résultat assez impressionnant. Datant de 1995, le film apparaît ici d'une propreté exemplaire et d'une tenue globale impressionnante. Si certains plans sombres décrochent un peu dans les arrières-plans, le reste expose des contrastes parfaitement dessinés et des couleurs vigoureuses. Un résultat particulièrement marquant lorsque la caméra s'attarde sur les magnifiques paysages écossais. La photographie lumineuse permet alors à une foule de détails d'apparaître (les brins d'herbe !) et la profondeur de champ sidérante donne envie de se ruer sur les sites de réservation pour se procurer au plus vite un billet d'avion.

 

Son :
Il y a bien longtemps, Rob Roy était l'un des premiers films à profiter d'un mixage DTS à domicile (via un Laserdisc mémorable). Aujourd'hui le film affiche toujours une très belle piste DTS-HD Master Audio 5.1 anglaise. Jouant surtout sur la limpidité des sources frontales et la parcimonie des effets arrières, le travail assume pleinement son aspect « à l'ancienne ».

 

Interactivité :
Rien à l'horizon. Un petit doc rétrospectif aurait été le bienvenu.

 

Liste des bonus : Aucun

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023