HIS NAME WAS JASON – LES 30 ANS DE VENDREDI 13
His Name Was Jason: 30 Years of Friday the 13th - Etats-Unis - 2009
Image plateforme « DVD »
Image de « His Name Was Jason – Les 30 ans de Vendredi 13 »
Genre : Documentaire
Réalisateur : Daniel Farrands
Musique : John Corlis
Image : 2.35 16/9
Son : Français Dolby Digital 2.0, Anglais Dolby Digital 2.0 et DTS
Sous-titre : Français
Durée : 86 minutes
Distributeur : Emylia
Date de sortie : 20 avril 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « His Name Was Jason – Les 30 ans de Vendredi 13 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Il y a trente ans de cela, un petit film indépendant d’horreur allait donner naissance à une série horrifique de 12 films. Au-delà du nombre de morts violents innombrables, la série des Vendredi 13 est devenue une icône, une référence dans le monde du cinéma d’horreur. Le créateur de talent d’effets spéciaux Tom Savini nous reçoit au travers de ce film documentaire ; ultime œuvre pour les fans de la série à l’homme au masque de hockey le plus connu depuis trois décennies ...
Partagez sur :
Comme le loup blanc

Entamée avec un pur film d'exploitation à but lucratif, la saga Vendredi 13 est devenue en trois décennies la licence la plus prolifique du cinéma d'horreur et son personnage principal, une véritable icône. Un parcours impressionnant qui s'étale désormais sur 12 films, une série TV (foireuse) et des centaines de produits dérivés... Une success-story qui trouve un joli écrin dans cette « Edition Memoriale ».

On aura eu beau taper allégrement (et à raison) sur la mouture de Marcus Nispel  (Massacre à la tronçonneuse), pour une fois le remake d'un film d'horreur aura véritablement permis un nouvel éclairage sur l'intégralité de la saga et en particulier sur les trois premiers épisodes, ressortis pour l'occasion dans des éditions collector Blu-ray hautement recommandables. Mais les festivités ne s'arrêtent pas là puisque Anchor Bay en a profité pour produire un documentaire « définitif » sur l'intégralité des 12 films. Un documentaire qui nous parvient en France directement en DVD, permettant aux fans de réviser leur culture Vendredi 13 et surtout aux néophytes de mettre un premier pied dans une série à la chronologie improbable et aux meurtres brutaux, sanglants et souvent très imaginatifs. Car malgré son aspect rétrospectif, His Name Was Jason dans son montage de 80 minutes s'apparente surtout à une énorme bande promo vouée à présenter les aspects les plus funs et imposer la version 2009 comme une évidence.

 

monté à la machette


Présenté par un Tom Savini (le génie des effets spéciaux qui officia sur les épisodes 1 et 4) rigolard, jouant le Monsieur Loyal sadique dans les décors de la future attraction Universal, le doc enchaîne donc les petites phrases choc, les anecdotes clins-d'œil au lieu des informations inédites. Chacun y va de son souvenir, de son passage préféré dans la saga... Doté d'un montage frénétique ne laissant parfois aux différents intervenants que quelques secondes de parole, le film survole beaucoup mais ne s'appesantit jamais sur rien. Il réussit tout de mêle au détour de quelques entretiens décontractés à brosser le portrait robot d'un bon Vendredi 13 : des cadavres, des décapitations, des ados en rut, un peu de seins et le fameux « K K MM » de la bande sonore. Un programme fun, un poil crétin, certes agréable (comme les films en somme), mais loin de vraiment éclairer des zones inconnues de la légende. Pourtant tout est là, sous la main : la participation de tous les réalisateurs (sauf Steve Miner !!!), tous les interprètes de Jason, les victimes les plus célèbres, les scénaristes, des images inédites de plans censurés, un final en animation pour Jason va en enfer, un coup d'œil sur les lieux du tournage, etc. Et tout cela avec une réelle volonté d'éviter l'inexorable langue de bois. Un sentiment de gâchis se dégagerait de tout cela si, une fois n'est pas coutume, l'essentiel du programme ne se situait en bonus sur le second disque...

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Tourné en HD (le documentaire existe aussi en Blu-ray), His Name Was Jason offre donc en DVD une image très vive et des couleurs pointues. Mais le film reposant uniquement sur un enchaînement d'entretiens, l'excellente qualité du master ne se fait pas forcément remarquer. Les contrastes puissants et la compression discrète sont surtout observables dans les mini-sketchs de ce bon vieux Savini.

 

Son :
Clairement, le doc de Daniel Farrands se la joue grand luxe. Prônant en théorie la simplicité propre à l'exercice, ils s'accompagne tout de même de mixages Dolby Digital voire carrément DTS. Davantage pensées pour flatter l'égo du visionneurs, ces deux propositions apportent une clarté totale et un grand naturel dans la restitution des entretiens, mais une fois encore, on frise ici l'esbroufe.

 

Interactivité :
Comme évoqué plus haut, malgré sa longueur des plus convenables, His Name Was Jason, le doc, se présente au final plus comme une mise en bouche que comme un véritable plat de résistance. Pour bien se remplir le ventre, il suffit en l'occurrence de glisser le second disque dans le lecteur. Et c'est parti pour presque quatre heures de programme vidéo supplémentaires... composées de la plupart des interviews et documents à peine aperçus dans le film principal. Regroupés par thématiques (les interprètes de Jason, les scénaristes, les réalisateurs), les entretiens prennent enfin leurs aises, permettant aux différentes personnalités d'évoquer véritablement leur vision de la série et des films sur lesquels ils ont travaillé. Totalement libres, certains comparent les Vendredi 13 à du fastfood sur grand écran, d'autres se montrent relativement précis dans les coupes imposées par la censure, d'autres encore décryptent les remaniements de leur projet par les producteurs (la peur de l'eau de Jason dans Freddy Vs Jason) Tous profitent pleinement (enfin) de leur temps de parole. Des témoignages d'autant plus précieux que les épisodes 4 à 9 n'ont toujours pas de making of accolé à leurs DVDs, et que pour les autres le ton ne se montrait pas toujours des plus lucides. Un programme riche et chargé (difficile tout de même de se l'enfiler d'une traite), complété par une petite visite du décor du Chapitre Final en compagnie du réalisateur de Joseph Zito et d'un de ses acteurs, de bouts d'interviews supplémentaires à prendre au second degré et de deux courts-métrages amateurs parodiques. Excellente surprise pour les connaisseurs, la critique atypique et délirante du jeu sur Nes par The Angry Video Game Nerd répond aussi présente (OH YES ! ndlr). Cette double galette s'avère donc indispensable pour tous les fans du boogeyman au masque de hockey.

 

Liste des bonus : L'homme derrière le masque, Le Camp Crystal Lake, Nuit d'horreur, Du scénario à l'écran, Vendredi 13, La renarde vient à la maison, Final Cut : Les réalisateurs, Fans Films, Les sorties du lac, Le fin mot du chapitre final, Bande-annonce

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023