TONNERRE SOUS LES TROPIQUES
Tropic Thunder - Etats-Unis - 2008
Image plateforme « Blu-Ray »Image plateforme « DVD »
Image de « Tonnerre sous les Tropiques »
Genre : Action, Comédie
Réalisateur : Ben Stiller
Musique : Theodore Shapiro
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais Dolby True HD, Français, allemand, italien et espagnol en Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français, anglais, allemand…
Date de sortie : 15 avril 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Tonnerre sous les Tropiques »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Cinq acteurs partent tourner ensemble le « plus grand film de guerre de tous les temps ». Sur le papier, ça se tient (ou presque), mais sur le tournage tout dérape : les caprices des stars et l'incapacité du réalisateur font grimper les frais à une allure vertigineuse, au point que le studio décide de tout arrêter... C'est alors que Damien a l'idée « géniale »d'entraîner sa petite troupe au cœur du Triangle d'Or pour une expérience de « cinéma-vérité » d'un genre inédi...
Partagez sur :
Hollywood comme un champ de bataille

Un réalisateur américain peut-il entrer dans la postérité s'il n'a pas fait son film de guerre ? Coppola a son Apocalypse Now, Oliver Stone son Platoon, Kubrick son Full Metal Jacket, De Palma son Outrages, Camerone son Aliens, Spielberg son Soldat Ryan, Stallone ses Rambo et désormais Ben Stiller a son Tonnerre sous les Tropiques.

Acteur omniprésent sur les écrans américains depuis bientôt une décennie, Ben Stiller est beaucoup plus rare à la réalisation. Si l'on oublie quelques productions télé qui n'ont jamais traversé les frontières, il faut se contenter de Generation 90, Disjoncté (chef-d'oeuvre ! ndlr) , Zoolander (la meilleure comédie américaine des années 2000) et désormais Tropic Thunder. Peu de films, mais une démarche qui reste toujours intacte avec un univers décalé, cruel mais particulièrement lucide qui travaille à bras le corps les questions de l'ego, l'apparence et les médias. Son dernier bébé en date ne déroge pas à la règle et s'attaque, après le monde de la mode ou divers sports inutiles (comme Dodgeball ou Les Rois du patin, productions estampillé « Stiller touch ») au joyeux star system hollywoodien. A commencer par nos sympathiques acteurs aussi habitués aux cartons dans les salles qu'aux couvertures de journaux à scandales. A l'affiche de ce film dans le film (dans le film), on trouve Tuggs Speedman (Ben Stiller), star de l'actionner crétin sur le déclin, actuellement à la recherche d'un enfant à adopter, et son « opposé » Kirk Lazarus (Robert Downey Jr), acteur de la méthode ne jouant que dans quelques faux projet indépendants et autres œuvres pompeusement artistiques, habitué des tabloïds pour ses démêlés avec les paparazzis. Mais on croise aussi Jeff Portnoy (Jack Black) icône trash et toxico d'une série de comédies reposant uniquement sur les pets (Vous disiez ? Eddie Murphy ?), Alpa Chino (Brandon T. Jackson), rappeur marketing jouant à outrance sur l'imagerie vulgos et Kevin Sandusky (Jay Baruchel), petit jeunôt connu pour ses pubs contre l'herpès et idéaliste forcené.

Certains l'aiment show

Une troupe d'être pathétiques, forcément paumé dans le miroir aux alouettes - le grand Hollywood - et totalement écrasés hors champ par un producteur mégalomane incarné par un Tom Cruise méconnaissable. Sans doute un peu déséquilibré dans sa structure (on note un petit ralentissement en son centre) Tonnerre sous les Tropiques ne fait pourtant pas dans la parodie, mais dans la comédie. Stiller réalisateur reprend à la perfection l'esthétique du film de guerre et illustre sa ridicule quête d'identité avec un faux premier degré d'une rare intelligence, car ne créant jamais une distance infranchissable entre les personnages et le public. Ses héros sont certes triviaux, parfois caricaturaux, mais restent jusqu'au bout humains et donc attachants. De la même façon, son humour repose aussi facilement sur le gag pur et dur et l'image référentielle que sur l'une de ses spécialités : les dialogues de non-sens. Encore une fois Stiller montre son importance indéniable dans le monde de la comédie américaine et livre une copie cruelle, méchante certes, mais jamais gratuite. A voir absolument ne serait--ce que pour deux raisons : les fausses bandes annonces de l'ouverture (Downey Jr et Tobey Maguire en curés homosexuels se caressant sur Enigma... inoubliable) et une nouvelle fois la performance hallucinante de mister Iron Man, jouant un australien qui se prend pour un noir qui joue un chinois pour sauver ces potes. Et tout ça avec LES accents !

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Le Blu-Ray est véritablement un support qui nous surprend au fil des mois. A ce titre Tonnerre sous les Tropiques continue à tirer tout le catalogue vers le haut. Avec sa colorimétrie pointue aux noirs abyssaux et aux contrastes au couteau, le spectacle est véritablement de toute beauté. Un résultat de haute volée accentué par le piqué général, affichant une précision incroyable et une compression tout simplement invisible. Et on ne parle même pas de la profondeur de champ. Juste sublime.

Son :
Dur, dur pour les adeptes de la version française qui se voient ici contraints de se limiter à un petit Dolby Digital 5.1 hérité du format SD. Le résultat n'a rien de désagréable, avec une jolie dynamique et un mixage bien équilibré, mais à coté du Dolby True HD anglais, ça reste relativement pauvre. En effet ce dernier déploie une grande subtilité dans son utilisation des effets sonores (pourtant sacrément musclés) et une réelle limpidité dans la restitution des sons de la jungle vietnamienne. La piste souligne également la force des nombreuses explosions sollicitant parfaitement le canal de basses. Un spectacle total et fluide.

Interactivité :
Après l'interactivité délirante de l'édition DVD de Zoolander, on s'attendait à un défilé de stupidités volontaires pour Tonnerre sous les Tropiques. Curieusement au cours de la navigation, on réalise que la majeure partie des bonus affiche un certain sérieux. Quelques docs sur la fabrication du film (en particulier sur la genèse et l'ouverture), des interviews des acteurs carrément promos, un commentaire audio assez technique avec Ben Stiller en chef d'orchestre... Il faut y grappiller de-ci de-là les petites touches d'humour de la bande, même si le tout s'avère assez bien fait. Reste heureusement la seconde partie lancée par un seconde commentaire audio sympathique avec les trois acteurs principaux. Un brin trop calme à côté du sketch enregistré pour les MTV Awards où les trois compères égratignent méchamment leur image et les mécaniques de la promo. Tout simplement hilarant. Et Stiller n'hésite pas à se moquer aussi des habituels documentaires façon Heart of Darkness avec le très « second degré » Pluie de Folie. Enfin, il n'est que trop conseillé de jeter un coup d'œil au bonus « Bobines entières » qui montrent la mécanique harassante de l'humour et les quelques scènes coupées (ou alternatives) distrayantes. Parmi-celles-ci, le passage le plus imposant présente le climax dans sa version initiale (correspondant aux premières projections-tests), plus long, plus décalé et donc totalement indispensable.

Liste des bonus : Commentaire audio de Ben Stiller et l'équipe technique, Commentaire audio de Ben Stiller, Jack Black et Robert Downey Jr, Avant le tonnerre (5'), La séquence d'atterrissage (6'), Explosivement votre (6'), Les décors du tonnerre (8'), Les acteurs (22'), Pluie de folie (30'), Bobines entières (11'), Le maquillage de Tom Cruise (2'), Scènes coupées et fin alternative (20'), Sketch spécial MTV Awards (4'), Option BD-Live.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023