LES CROCS DU DIABLE
El perro - Espagne - 1977
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Les Crocs du diable »
Genre : Action
Réalisateur : Antonio Isasi-Isasmendi
Image : 1.66 16/9
Son : Espagnol et français DTS HD Master Audio 1.0
Sous-titre : Français
Durée : 115 minutes
Distributeur : Carlotta
Date de sortie : 17 mai 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Crocs du diable »
portoflio
LE PITCH
Quelque part en Amérique du Sud, un dictateur fait régner la terreur. Aristides Ungria, un brillant mathématicien, se retrouve ainsi à passer plusieurs années derrière les barreaux de la prison de San Justo. Après une première tentative d’évasion infructueuse, une nouvelle chance s’offre à lui. Traqué par Sancho et son imposant berger allemand, Aristides va pourtant parvenir à mettre hors d’état de nuire le soldat, qui va avant de mourir ordonner à son chien de tuer le fugiti...
Partagez sur :
Morsure profonde

Longtemps dégusté uniquement dans les grands vidéoclubs de quartiers, trompeusement présenté comme un simple film d'horreur d'attaque animale, tant en vogue dans les années 80, Les Crocs du Diable est surtout un étonnant thriller politique, entre récit d'évasion et tentative de coup d'état où le canidé, particulièrement pugnace semble animé par les pires démons de l'Espagne franquiste.

Produit alors que le régime de Franco achevait enfin son délitement, El perro est sans détour un film éminemment politique et investi. Un thriller musclé, admirablement cadré et monté, qui suit à la trace un mathématicien évadé d'une prison pour dissidents politiques d'un lointain pays d'Amérique centrale, tentant de rejoindre la ville et une cellule de résistance avec des informations pouvant enfin permettre l'élimination du dictateur local, surnommé « Le Chien ». Dans un décor souvent écrasant et gigantesque entre collines abruptes et arides, marais suffocants et paysages broussailleux à perte de vue, la caméra suit à merveille l'échappé dangereuse du personnage interprété par Jason Miller (inoubliable Père Karras de L'Exorciste), sa rencontre avec une femme et sa fille perdu au milieu de ce paysage désolé, ses péripéties avec quelques révoltés locaux, avant qu'il ne rejoigne finalement une citée à l'urbanité tranchante. Un monde moderne qu'il ne reconnait plus, comme si le combat contre le fascisme l'avait en effet totalement coupée des évolutions et des années s'écoulant autour de lui. A fleur de peau, en bout de course, il y devient l'acteur principal d'une révolution terminale.

 

la voix de son maitre


Aujourd'hui un peu trop oublié en dehors de l'Espagne, Antonio Isasi-Isasmendi fut l'un des auteurs les plus remarquables du cinéma populaire espagnol des années 60/70 signant des divertissements parfaitement enjoués comme une version de Scaramouche ou des films d'action « à l'américaine » comme Les Hommes de Las Vegas (avec Jack Palance et Lee J. Cobb) ou le célèbre Meurtres au soleil. Un vrai savoir-faire d'artisan, un sens indéniable du grand cinéma bis que l'on retrouve ici pleinement, venant nourrir une apparence plus proche des thriller paranos US de la décennie, cultivant un réalisme plus cru, une image plus brutale, mais toujours aussi habilement conçu, sublimé par un montage précis, inspiré et particulièrement hargneux. Une tonalité très particulière, qui embrasse effectivement celle du survival puisque par-dessus ce canevas qui aurait pu s'avérer classique surnage la présence d'un terrible molosse lâché aux basques par un tortionnaire mourant. Obéissant jusqu'au bout à son maitre, le fameux chien traque inlassablement sa cible, le surprenant alors qu'il prend un bain dans un lac isolé, lorsqu'il prend un peu de bon temps, lorsqu'il pense avoir enfin trouvé la protection réconfortante d'autres révolutionnaires... Comme si toute paix, tout relâchement lui était désormais interdit. Une créature à la lisière du fantastique par sa faculté à retrouver, infatiguable, la trace de l'homme en fuite, qui menace aussi ceux qui sont entré en contact avec lui, créant par sa seule présence une atmosphère de crainte, de suspicion et de paranoïa troublante. Faisant aussi bien office de double avec le dictateur du film, que prenant les contours d'une métaphore bien lisible du régime franquiste et du fascisme commun, le chien est investi d'une même présence terrible et vorace que celle du fameux Dressé pour tuer de Samuel Fuller.

A la fois symbolique puissante d'une libération en cours et des fantômes d'un pays meurtri, et pure film d'exploitation mêlant suspens implacable et aventure sauvage, Les Crocs du diable est une œuvre marquante.

Nathanaël Bouton-Drouard






 

Partagez sur :
 

Image :
Fier de sa première mondiale, Carlotta nous propose avant tout le monde une superbe copie restaurée haute définition. Un travail à la source a manifestement été effectué et permet de faire disparaitre de nombreuse taches, griffures et instabilités qui avaient caractérisé le film lors de ses exploitations précédentes en VHS. On note encore quelques plans abimés (souvent des collages et des transitions) par des altérations sans doute difficilement effaçables, mais il y a largement de quoi redécouvrir le film, beaucoup plus lumineux, doté des cadres amples et profonds à la définition pointilleuse et percutante.

 


Son :
On est malheureusement beaucoup mois enthousiastes devant le rendu des pistes sonores, française et espagnol, bizarrement écrasées, renfermées avec des échos métalliques peu agréables qui gâchent certainement l'immersion dans le film.

 


Interactivité :
Pas de retour du coté espagnol malheureusement, l'éditeur français propose donc deux longues conversations de cinéphiles. Une première assez décontractée regroupant les trois tauliers du Bistro de l'horreur à l'occasion de la diffusion du film sur Filmo, occasion de partager les ressentis et les souvenirs de la découverte du film, de revenir sur la carrière du réalisateur ou celle de Jason Miller tout en soulignant les grandes qualités du métrage. La seconde reprend forcément quelques lignes et orientations, mais le dialogue entre Fabrice du Welz et Fathi Beddiar se fait beaucoup plus passionné et creuse beaucoup plus loin le dispositif filmique ou les liens avec une certaine époque du cinéma ibérique... donnant d'ailleurs très souvent envie d'aller quêter pour quelques métrages manifestement encore trop méconnus.

Liste des bonus : « Le Bistro de l'horreur » : conversation avec François Cognard, Mélanie Boissonneau et Christophe Lemaire, par l'équipe de Filmo (27'), « Féroce » : conversation exclusive entre Fabrice du Welz et Fathi Beddiar (35'), Bande-annonce (HD)

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022