THE COLLECTOR
Etats-Unis - 2009
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « The Collector »
Genre : Horreur
Réalisateur : Marcus Dunstan
Musique : Jerome Dillon
Image : 2.35 16/9
Son : Français et Anglais en DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 90 minutes
Distributeur : CTV
Date de sortie : 21 juillet 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « The Collector »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Recherchant désespérément à rembourser ses dettes auprès de son ex-femme, Arkin se décide à cambrioler la maison de campagne de son nouvel employeur. S’introduisant dans la demeure, il se retrouve à la merci d’un tueur masqué qui a mis en place un jeu de pièges mortels dans toute la maison…
Partagez sur :
Si le giallo m'était conté

Responsable, voire coupable des scripts de Saw IV à VI (il faut bien vivre), sorti de l'anonymat grâce à la série des Feast, Marcus Dunstan passe derrière la caméra avec The Collector, un thriller horrifique surprenant entre Larry Cohen, Brian De Palma et Dario Argento.

 

Il est étonnant de constater à quel point The Collector, d'un point de vue scénaristique, s'éloigne des précédents opus de Dunstan et de son acolyte Patrick Melton. Aux tenants et aboutissants embrouillés et à la construction sitcomesque des derniers Saw, le film préfère des enjeux humains puissants, posés avec une réelle attention durant un premier acte passionnant. Multipliant des intrigues qui convergeront bien plus tard dans une tornade de violence, Dunstan prend le temps de faire respirer ses protagonistes. Si bien que lorsque la situation se renverse au bout d'une demi-heure de projection, passant du caper-movie sur fond de crise sociale à l'horreur pure, les victimes potentielles ne se présentent plus du tout comme de la chair à canon. Le spectateur vibre pour eux et, chose rare, peut céder à la peur.

 

Le respect des anciens

 

La peur, Marcus Dunstan la gère avec un savoir-faire inattendu, grâce à une caméra virtuose caressant les murs de la maison où le Collectionneur du titre va perpétrer ses crimes. Citant maintes fois le cinéma de De Palma (les plongées extravagantes cadrant plusieurs pièces simultanément, et autant de personnages ; les batifolages d'un jeune couple dans la cuisine, inconscients des agissements du tueur), Dunstan se veut également l'héritier des gialli d'antan, jouant à la fois de couleurs hautement contrastées et d'un fétichisme décomplexé (gros plans sur des parties évocatrices du corps féminin, abondance de cuir, inserts sur des yeux, etc.). Si certaines scènes pourraient très bien sombrer dans le torture-porn à la Saw, genre ouvertement revendiqué par les producteurs et le service marketing, The Collector ravive avec talent un genre depuis trop longtemps éteint. Un genre qui, après tout, était la principale source d'inspiration de James Wan et Leigh Whannell pour le premier Saw, avant que les pontes de Lionsgate ne décident de se reconvertir dans une boucherie décérébrée...

Alexandre Poncet

 

 

 

Partagez sur :
 

Image :

La photographie criarde, très giallesque de The Collector aurait pu déboucher sur une copie numérique baveuse, à la compression maladroite. Il n'en est rien : forte d'une copie immaculée et logiquement très granuleuse (le film a été tourné en 16mm), l'équipe de CTV est parvenue à proposer une image nette, aux couleurs bien délimitées et aux contrastes puissants. Le niveau de détail est bien sûr optimal en dépit d'un fourmillement continu, qui rajoute au malaise ambiant.

 

Son :

Si la musique de Jerome Dillon n'est pas, loin s'en faut, de première fraîcheur, difficile de reprocher quoique ce soit à CTV en termes de qualité sonore, les mixages DTS-HD Master Audio 5.1 disponible sur la galette assurant le quota de cris, disloquations et éclaboussures divers et variés. Le tout plutôt bien spatialisé, d'ailleurs.

 

Interactivité :

Alors que le DVD zone 1, faute de budget, ne proposait aucun supplément, CTV International a tenu à donner une véritable chance à The Collector pour son exploitation Zone 2. Engagé pour mettre en boîte un making of de fortune, notre confrère Gilles Penso (réalisateur d'un prochain documentaire sur Ray Harryhausen produit par Frenetic Arts) a contacté le réalisateur et les producteurs du long-métrage, lesquels se sont montrés ravis de pouvoir s'exprimer sur les origines du projet. En résulte une featurette réellement passionnante d'une vingtaine de minutes, où les trois intéressés s'étendent sur les conditions de production d'un long-métrage aussi modeste, tout en mettant dans la lumière le travail des acteurs et des divers techniciens. De la très belle ouvrage, complétée par un clip-vidéo prolongeant le malaise du film, et une classique bande-annonce.

 

Liste des Bonus : Making of, Clip Vidéo, Bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023