IRON MAN 2
Etats-Unis - 2010
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Iron Man 2 »
Réalisateur : Jon Favreau
Musique : John Debney
Image : 2.35 16/9
Son : DTS HD Master Audio 5.1 Anglais, Dolby Digital 5.1 français, italien, espagnol…
Sous-titre : Français, anglais, italien, norvégien…
Durée : 124 minutes
Distributeur : Paramount Home Entertainment
Date de sortie : 26 octobre 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Iron Man 2 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Le monde sait désormais que l'inventeur milliardaire Tony Stark et le super-héros Iron Man ne font qu'un. Malgré la pression du gouvernement, de la presse et du public pour qu'il partage sa technologie avec l'armée, Tony n'est pas disposé à divulguer les secrets de son armure, redoutant que l'information atterrisse dans de mauvaises mains...
Partagez sur :
Un cocktail avec Tony Stark

Nouveau jalon du cinéma de super-héros et production entièrement dévouée au charisme évident de sa star, Iron Man 2 se déguste comme un apéro parfaitement mixé avec un petit arrière-goût métallisé. Mais sous le smart & fun, la machine cache (à peine) un plan de grande envergure.

 

Autant sacrifiée par des studios aux décisions calamiteuses (au hasard la Fox avec X-men 3, Wolverine ou Les 4 Fantastiques) que popularisée par des visions matures (la trilogie Spider-Man), Marvel a tout de même décidé de reprendre l'avenir de ses adaptations cinématographiques en main. Plus question de fournir ses icones au bon vouloir de quelques producteurs ne connaissant rien au monde des comics, désormais c'est Marvel Studio qui veille au grain. Et dans cette ligne directrice, la licence Iron Man fait figure de modèle. Pas d'auteur à la personnalité bien marquée aux commandes, mais le réalisateur / artisan Jon Favreau (Elf...mouaich) qui a déjà démontré avec le premier opus son amour et sa connaissance d'un personnage qui ne relève d'ailleurs pas forcément de la figure classique du super-héros. Toujours pas de propension au spectaculaire à tout va dans Iron Man 2, mais un même recentrage sur les caractères humains de la troupe. Si la mise en scène se montre tout juste propre et capable de relever un peu le niveau dans quelques scènes d'action somme toute efficaces (le final machines contre machines, l'attaque clinquante de la Veuve Noire), c'est surtout le scénario de Justin Theroux qui apporte le mélange attendu entre une certaine maturité et une décontraction très "Starkienne". Surtout connu jusqu'ici pour le génialissime Tonnerre sous les tropiques de Ben Stiller, le gratte-papier accentue naturellement l'aspect comique de l'entreprise, laissant toute place au séduisant Robert Downey Jr pour jongler avec sa figure de narcissique mauvais garçon et accumule les petits dialogues malins et les séquences manifestement en partie improvisées.

 

le Tour d'écrou

 

Mais au détour d'un sourire canaille, Theroux appuie aussi les quelques thématiques tout juste effleurées dans le premier film : la filiation, l'héritage, l'aspect autodestructeur du héros (dont une scène qui ressemble étrangement à Hancock), la course à l'armement, le ridicule de l'imagerie militaire, la salvation par la science.... Et tout cela sans jamais tomber dans les messages pontifiants, mais avec une appréciable décontraction. Un Iron Man 2 aux charmes de dandy, en somme. Le film profite d'ailleurs pleinement d'un casting luxueux où s'en donnent à cœur joie le trop rare Sam Rockwell (Moon, Confessions d'un homme dangereux) dans le rôle d'un industriel véreux concurrent de Tony Stark, ou Mickey Rourke en méchant de circonstance. Un casting où viennent également s'incruster Samuel L. Jackson et la sublime Scarlett Johansson dans des figures que l'on pourrait taxer d'anecdotiques. Nick Fury et Natasha Romanoff, deux personnages archi-connus et appréciés des lecteurs de comics Marvel, qui démontrent et entérinent l'ambition nouvelle de ces projets sur grands écran : recréer l'univers partagé des héros de papier avec le futur The Avengers (réunissant a priori Iron Man, Hulk, Thor, Captain America...), d'ores et déjà en ligne de mire. Une évidence mise ne avant par quelques clins d'œil amusants (dont une utilisation toute particulière du bouclier de Cap), mais aussi en construisant un hors champs de plus en plus solide et complexe personnalisé par l'organisation du S.H.I.E.L.D. et de son dirigeant Nick Fury. Alors certes, les épidermiques aux collants lycras (et armures) n'y trouveront pas forcément leur compte et le tournant peut se révéler hautement acrobatique... Mais il faut reconnaître que cette suite des aventures de l'homme de fer se montre aussi classieuse que prometteuse.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Image :
Le Blu-ray du premier Iron Man avait déjà tout des plus grands. Celui du second se hisse facilement au même niveau et le dépasse très souvent en affichant une patine savamment électrique et des couleurs chaudes et éclatantes. La compression tout simplement parfaite appuie une profondeur de champ magistrale et des textures au relief vibrant. A l'instar de Cars sur le même support, le métal et la peinture chromée jouissent d'une lumière éclatante et de textures impressionnantes.

 

Son :
Si Iron Man 2 ne met pas forcément en avant les scènes d'action, ces dernières sont cependant méchamment soutenues par un DTS HD Master Audio anglais particulièrement musclé. Vrombissement des moteurs, explosion du mur du son, détonation à l'horizon, projectiles qui frôlent les oreilles... Le spectacle est total et particulièrement dynamique, rendant la séquence finale spectaculaire au possible. Mais le reste du film n'est pas en retrait, affichant des ambiances naturelles et enveloppantes, plaçant élégamment les dialogues au premier plan sans gommer les autres sources. Dommage que la piste française n'ait le droit qu'à un Dolby Digital 5.1 plus académique. Efficace, mais bien moins jouissif.

 

Interactivité :
Si ce n'est plus M6 qui distribue le Blu-ray en France, l'édition d'Iron Man 2 continue sur la même lancée en alignant un nombre plus que conséquent de suppléments. Rien de foncièrement original, mais une durée plus que louable et surtout une volonté affichée de traiter tous les angles possibles comme l'atteste le commentaire audio du réalisateur, pas des plus rythmés mais bourré de notes d'intentions et de petites anecdotes sympathiques. Un passage agréable parfaitement complété par le long making of (presque 1h30) qui, découpé en quatre segments, revient sur la surprise du succès du premier opus, les nombreuses improvisations du casting, l'amélioration des armures, l'enregistrement de la musique, les effets spéciaux... Manifestement le tournage s'est particulièrement bien passé et les interviews manquent de mordant, mais les images capturées provoquent très souvent un sourire rafraîchissant. Déjà assez complet, ce documentaire est complété par quatre featurettes supplémentaires dont, surtout, des sujets sur les nouveaux personnages dans lesquels Scarlett Johansson et Samuel Jackson font du placement de produit (en gros ils sont prêts pour des films entièrement dédiés), tandis que Favreau appuie l'importance des effets spéciaux réels plutôt que la synthèse à tout va. Suivent une énorme galerie de dessins prototypes, un clip d'AC/DC et surtout une poignée de scènes coupées ou rallongées dont une ouverture alternative bien plus mordante (dont on aperçoit un extrait dans la bande annonce). Enfin, Iron Man 2 était une édition « combo », le boitier bleu contient en sus le DVD du film et une copie digitale question de se balader partout avec le film sous le coude.   

 

Liste des bonus : Commentaire audio de John Favreau, Les dossiers du SHIELD, Story-boards et animatiques en PIP, Making Of (87'), Autour du film (30'), scènes coupées (17'), galeries de croquis, clip, bandes-annonces, Copie DVD et Digitale du film.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023