Cold Skin : Test du Bluray
Le Cavalier électrique : Test du Bluray
Un, Deux, Trois : Test du Bluray
Rejoignez-nous sur :
Image de « Kickboxer : Test du Bluray »

Van Damme, acte I. C'est une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Les musclés et les castagneurs (Schwarzy, Sly, Dolph Lundgren, Steven Seagal, Chuck Norris) dominent le box-office et font les beaux jours des vidéo-clubs mais il reste encore de la place pour un jeunot venu de Bruxelles : Jean-Claude Camille François Van Varenberg, bientôt rebaptisé Jean-Claude Van Damme, JCVD pour les intimes.

Image de « Aux Postes de combat : Test du Bluray »

Réalisateur américain excessivement rare, mais non moins intéressant et à qui on doit la première adaptation d'un bouquin de James Ellroy, le réussi Cop, James B. Harris n'est malheureusement pas un nom des plus connus. Un cinéaste dont les débuts comme producteur l'auront toujours empêché de s'extraire de l'ombre de Stanley Kubrick. Et ce fut le cas dès son premier Aux Postes de combat.

Image de « La Flèche brisée : Test du Bluray »

Déjà édité à plusieurs reprises par Sidonis Calysta (dont une fois en blu-ray en 2012), le chef d'œuvre de Delmer Daves, La Flèche brisée, nous revient une dernière (?) fois dans un tout nouveau packaging. Malgré l'absence de nouveaux bonus, il serait malvenu de se plaindre tant ce western humaniste et progressiste demeure d'une importance capitale, près de 70 ans après sa sortie en salles.

Image de « Wrath of Silence : Test du Bluray »

On comprend aisément ce qui a pu choquer la censure chinoise à la vision de Wrath of silence. Car le film, sous ses atours de thriller néo noir, met à mal un modèle social qu'il présente comme totalement vicié. D'abord daté pour une sortie fin 2017, le deuxième long-métrage de Xin Yukun dut donc attendre plusieurs mois, le temps d'un remontage (de la fin semble-t-il) pour enfin atteindre les salles dans son pays et commencer son parcours international.

Image de « Le Chat noir : Test du Bluray »

En plein cœur de la vague historique des Universal Monsters, le plus anonyme Le Chat noir, fausse adaptation d'Edgar Alan Poe, tentait la première rencontre historique entre les deux stars du genre Bela Lugosi et Boris Karloff. Un combat, psychologique, de titans pour un film d'horreur bien plus moderne que le reste de la collection.

Image de « La Dernière flèche : Test du Bluray »

Grande star des décennies 1930-1940, malheureusement décédé trop tôt - à 44 ans ! - pour que les générations récentes le gardent autant en mémoire que d'autres grandes figures hollywoodiennes, Tyrone Power a généralement tendance à incarner le protagoniste tourmenté ou ambivalent plutôt que le héros solaire. En cela, le rôle du constable McDonald dans La Dernière Flèche est une petite curiosité sucrée dans sa carrière.

Image de « La Rose écorchée : Test du Bluray 4K  »

En offrant à un film presque totalement oublié un écrin aussi luxueux et techniquement surprenant que ce triple combo UHD/Blu-ray/DVD, Le Chat Qui Fume affirme une nouvelle fois son statut d'éditeur cinéphile et de militant du bis (qu'il soit italien, américain, allemand ou ... français).

Image de « La Saignée : Test du  Bluray »

Troisième long métrage imaginé par le jeune Claude Mullot après le juvénile Sexyrella et le nanar flottant La Rose écorchée, La Saignée aurait dû être celui de l'amorce d'une carrière fructueuse. Bonification du style et maitrise avancée des ambiances, celui-ci mérite vraiment d'être redécouvert.

Image de « La Mafia fait la loi : Test du Bluray »

13ème titre de la collection Make My Day !, La Mafia fait la loi aurait pu être l'épisode malchanceux du catalogue hétéroclite entrepris par le journaliste Jean-Baptiste Thoret. Il n'en est rien bien entendu puisque l'édition permet de renouer avec un genre passionnant du cinéma italien, le film sur la Mafia, un cinéaste trop oublié, Damiano Damiani, et de se délecter des performances de Claudia Cardinale et Franco Nero.

Image de « Flashdance : Test du Bluray »

Ah, les années 80, époque de tous les débordements visuels et narratifs, période où les blockbusters se résumaient à une ligne de scénario pour le plus grand plaisir des bouffeurs de popcorn décomplexés. Entre gros bras bourrins et comédies régressives, cette époque nostalgique bénie des quarantenaires s'assumait à 2000%

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019