LES CHRONIQUES DE RIDDICK : ASSAULT ON DARK ATHENA
The Chronicles of Riddick : Assault on Dark Athena - Etats-Unis / Suède - 2009
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « Xbox 360 »Image plateforme « PC »
Image de « Les Chroniques de Riddick : Assault on Dark Athena »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Starbreeze
Durée : moyenne
Langue : Anglais sous-titré français
Distributeur : Atari
Date de sortie : 24 avril 2009
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Les Chroniques de Riddick : Assault on Dark Athena »
portoflio
site officiel
LE PITCH
A peine échappé des tréfonds de la prison de Butcher Bay, Riddick, toujours sous la garde du chasseur de prime J. Johns, se fait alpaguer par le vaisseau pirates Dark Athena, dirigé par la terrible Revas. Eux qui pensaient trouver là un peu de chair nouvelle à revendre vont vite se rendre compte qu’ils ont fait une grossière erreur.
Partagez sur :
L'Evangile selon Diesel

Clairement le plus grand rôle de la carrière de Vin Diesel, Riddick est devenu l'une des figures incontournables de la culture populaire. Conscient de la force de cette icone, la masse chauve n'a de cesse de clamer son retour. En attendant un nouveau film, ce retour se fera tout d'abord par le biais du jeu vidéo, avec un épisode pas foncièrement essentiel, certes, mais accompagné du déjà légendaire Escape from Butcher Bay.

C'était en 2004. L'antihéros ultra charismatique d'une petite bombe sortie au départ dans une indifférence totale revenait sur grand écran pour des chroniques qui passaient de la case thriller horrifique à un Space-Opéra dantesque. A l'époque tout le monde pensait que le raz-de-marée était inévitable et Universal, confiant, se lança dans la production d'un épisode spécial en animation (Dark Fury) et confia au studio suédois Starbreeze la confection d'un chapitre inédit en jeu vidéo. Une jolie petite baffe au passage, qui offrait un mélange détonnant entre un univers viril à la Oz et une science-fiction pour adultes, avec une alternance équilibrée entre infiltration et action coup de boule. Surtout, ce Escape From Butcher Bay faisait l'effort de s'intégrer complètement dans la chronologie du personnage en explorant un passage important de son passé, et en particulier comment il a obtenu ses fameux yeux nyctalopes. Un épisode évoqué dans Les Chroniques de Riddick. Depuis, clairement renforcé par l'excellent The Darkness, Starbreeze s'était lancé dans un remake nouvelle génération du soft en retravaillant les jeux de lumière et les textures, mais aussi en y ajoutant un court chapitre supplémentaire. Celui-ci est depuis devenu Assault on Dark Athena, suite directe de Butcher Bay mettant clairement plus l'accent sur des phases de FPS classiques (avec armement en conséquence) au détriment de la prédation.

Dans l'ombre

Structuré autour d'un script se contentant de jouer l'affrontement anecdotique avec des pirates esclavagistes (comme dans Dark Fury), ce nouvel épisode se montre bien moins fouillé dans l'exploration de quelques personnages de second plan (dont l'un est tout de même doublé par Lance Millenium Henricksen) et reprend une mécanique désormais loin d'être inédite. Toujours aussi sombre, Dark Athena n'ne reste pas moins un FPS hautement recommandable grâce à un rythme soutenu et bien sûr la personnalité même de son héros, toujours incarné par la voix caverneuse (en VO siouplaît) de Vin Diesel. Quelques notes d'humour noir et une mécanique des boss reposant plus sur l'intelligence que la technique ne déméritent pas non plus, mais paraissent tout de même timides à côté de Butcher Bay. La comparaison est d'autant plus facile que la nouvelle version est proposée ici en bonus (ou en complément, ou en plat de résistance, tout est question de rhétorique) avec une pâtine HD agréable à défaut d'être impressionnante. Autre bonus du disque, l'apparition, enfin, d'un mode multi-joueurs qui s'avère relativement classique (deathmatch à gogo) mais particulièrement convivial, en particulier dans le mode Pitch Black (un joueurs joue Riddick, les autres les chasseurs) ou un Butcher Bay Riot qui fait revivre, en bande, un soulèvement de taulards. En tout cas, voilà encore une preuve supplémentaire que Riddick mériterait largement un nouvel opus cinéma...

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Lors de sa sortie sur Xbox et PS3, Escape From Butcher Bay faisait partie des Rolls Royce de ces machines. Le remake technique sur les nouvelles machines (et PC) témoigne tout de même d'un réel vieillissement du soft. Les animations ne sont pas toujours très naturelles, le level design s'avère imparfait, mais le tout affiche désormais des textures plus fouillées et une visualisation plus fine. Un petit plus qui donne l'excuse idéale pour plonger une nouvelle fois dans cette grande évasion futuriste. A côté, Assault On Dark Athena crâne un peu avec sa jeunesse. Sans pouvoir concurrencer les mastodontes du FPS comme Call of Duty, il affiche quelques décors inquiétants et surtout un travail lumineux en adéquation avec le gameplay.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021