MARIO TENNIS OPEN
Japon - 2012
Image plateforme « Nintendo 3DS »
Image de « Mario Tennis Open »
Genre : Sport
Musique : Inconnu
Développeur : Camelot
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 25 mai 2012
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Mario Tennis Open »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Découvrez le tennis sous un nouvel angle ! Choisissez de disputer un simple ou un double, et montez au classement jusqu'à devenir la star du circuit en gagnant toutes les coupes possibles. En cas de défaite, vous êtes éliminé du tournoi !
Partagez sur :
Jeu, set & flash

Responsable depuis l'opus Nintendo 64 du devenir des aventures sur la terre battue du plombier de Nintendo, Camelot (Golden Sun Obscure Aurore) avait réussi à lui insuffler un mélange de précision, de fun survolté (pouvoirs carapaciens en tout genre) et même sur portable de... RPG. Etrangement absent du catalogue de la DS, Mario Tennis revient enfin sur 3DS avec un épisode appelé Open. On peut y voir une promesse.

 

Celle d'un jeu sportif toujours ciblé arcade, mais qui userait au maximum des capacités et des gadgets de la machine pour rendre les tournois plus survoltés encore. Du côté des options de la console, on retrouve bien entendu les effets de balles qui peuvent être choisis sur l'écran tactile (pas très pratique, mais l'écran sert aussi de rappel pour les touches), le capteur gyroscopique qui, en inclinant la machine à droite ou à gauche, permet de diriger les coups, et bien entendu un relief totalement accessoire et qui plus est pas compatible avec l'option précédente. Rien de bien décoiffant, mais de petites modifications que l'on retrouve aussi dans le gameplay, toujours aussi accessible, qui repose sur le principe d'action / réaction. Un revers, un lob, une balle courbe ou directe, les meilleurs placements sont indiqués sur le court par des cercles de couleurs qui indiquent quelle est la meilleure réponse à la balle de l'adversaire.

 

spaceballS

 

Sur le papier cela semble très (trop) facile, mais à l'arrivée tout cela n'est proposé qu'à titre indicatif (comme la touche « auto »), et montrera rapidement ses limites lors des parties en multi-joueurs ou dans les dernières sphères des tournois. Si la prise en main est assez simple (les déplacements sont quasiment automatiques, d'ailleurs), c'est pour mieux jouer sur la mise en place d'une véritable stratégie et un travail de sape du rythme de l'adversaire. C'est d'autant plus efficace et savoureux lorsque le joueur est lancé dans une partie en multi avec trois autres joueurs. Mais si le tout est certes particulièrement bien dosé, maîtrisé de bout en bout, il lui manque clairement ce petit brin de folie qui donne toute la saveur aux titres Mario. La plus notable des absences est celle d'un mode de jeu rappelant les « story » sur Gameboy (remplacé par de la customisation harassante de son Mii), mais aussi l'absence totale de pouvoirs gaguesques (carapaces, champignons...) venant renverser l'équilibre des matchs. Du coup, l'ensemble est un peu redondant, avec des tournois pas franchement pimentés par des terrains de jeu sympathiques mais sans grand exotisme ni particularité, et des jeux d'adresse bonus amusants cinq minutes. Au milieu de tout cela se cache tout de même une petit perle d'adresse, de tension et d'originalité intitulée « Super Mario Tennis ». Là il faut revisiter l'intégralité du tout premier Mario sur Nes, défilant frontalement sur un mur, et réussir à atteindre chaque fin de niveau en tirant sur des ennemis et des blocs pièces. Pas toujours évident, creuvant, fun et purement Mario.  

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Dire que l'on est déjà habitué aux prouesses de Nintendo sur les titres réservés à leur mascotte ! Ca aura été rapide. Que ce soit Camelot qui soit derrière ce dernier ne change pas grand-chose à la donne : les modélisations sont tout en rondeurs et se marie avec des designs adorables, les animations parfaitement fluides sont forcément répétitives et le tout danse dans un décorum coloré et flashy. Les différents terrains sont bien entendu des reprises d'environnements ultra-rabâchés rendant hommages aux jeux de plateformes. On notera ici une vraie richesse d'affichage dans les détails, à défaut justement d'y apercevoir un peu de vie. La grosse note positive dans Mario Tennis Open est la très belle surprise offerte par la bande originale bien plus inspirée et variée que les autres dérivés sportifs de la maison.  

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022