LE TESTAMENT DE SHERLOCK HOLMES
The Testament of Sherlock Holmes - Ukraine - 2012
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « Xbox 360 »Image plateforme « PC »
Image de « Le Testament de Sherlock Holmes »
Genre : Policier
Musique : Inconnu
Développeur : Frogwares
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Focus Home Interactive
Date de sortie : 20 septembre 2012
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Le Testament de Sherlock Holmes »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Sherlock Holmes vient de résoudre avec succès une nouvelle enquête, en retrouvant une parure inestimable qui avait été dérobée. Hélas, le propriétaire du bijou révèle que le collier restitué par Holmes n'est qu'une pâle imitation… et tous les indices semblent accuser le détective ! Commence alors une véritable descente aux enfers pour Sherlock Holmes. Le doute s’installe bientôt, et Londres perd peu à peu sa confiance en Holmes, incapable de laver les soupçons qui pèsent s...
Partagez sur :
undoubitably

Après le portage plus que mitigé de Sherlock Holmes contre jack l'éventreur sur consoles en 2009, le célèbre détective de Sir Arthur Conan Doyle rempile pour de nouvelles aventures sur Xbox360, PS3 et Pc, plus sombre que jamais et dont il pourrait bien ne jamais revenir.

 

Depuis le début des années 2000, le petit studio de développement Frogwares s'emploi avec acharnement à transposer les extraordinaires aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte, le docteur Watson, en de sympathiques « Point to click » parsemés de casses têtes complexes et articulés autour d'un univers et d'une narration poignante. Toutefois,  aujourd'hui le personnage de Conan Doyle est en train de subir un retour en force que ce soit grâce au dytique blockbusterisé et clownesque de Guy Ritchie pour Hollywood, mais aussi grâce aux deux saisons sensationnelles de Sherlock, une subjuguante modernisation de ses aventures pour la télévision anglaise. Face à l'évolution de l'imagerie du personnage ainsi que de son univers, et face à la perpétuelle évolution des jeux vidéo, le petit studio Frogwares, se doit donc de faire peau neuve, sans pour autant dénaturer l'esprit ou encore les concepts fondateurs de leur licence.

 

autopsie d'un meurtre

 

Propulsé dans l'aventure grâce à un prologue intelligent qui met en abime la narration du jeu elle-même, le joueur néophyte comme le gamer aguerris aux casse-tête commence en douceur grâce à une affaire simpliste et au premier abord sans importance qui peut aussi bien servir de mise en jambe que de tutorial, mais qui va vite se révéler être une pièce maitresse de l'incroyable affaire dans lequel Holmes et Watson se retrouve embourbée. Intrigué par une sordide histoire de torture et de meurtre sur un ecclésiastique, les deux acolytes nous entrainent ainsi dans une intrigue complexe qui mettra notre intellect et notre sens de la déduction à rude épreuve tandis qu'elle révèlera leurs plus sombres instincts et ce jusque dans une conclusion des plus tragique. A travers tout un tas de lieux cultes de l'univers du détective, mais aussi beaucoup d'autres, la narration du jeu, riche en rebondissement et pour le moins passionnante, nous conduit ainsi inlassablement vers de nouvelles énigmes qui deviennent de façon extrêmement intelligente un élément d'un puzzle qu'il nous faudra reconstituer pour découvrir la sinistre et insupportable vérité. Derrière ses airs d'ennuyeux « Point to clik » Le Testament de Sherlock Holmes se révèle donc être une surprise de taille, véritablement poignant en partie grâce à l'ambiance extraordinairement déliquescente que déploie le jeu, mais aussi parce que contre toute attente, le jeu offre une expérience variée et un gameplay savoureux et protéiformes.

 

jeux de mort

 

En effet, baignés par de somptueux effets de lumières, les décors du jeux prennent des allures de peintures baroques, distillant une ambiance à la fois somptueuse et dérangeante qui subjugue le joueur, et le pousse le joueur à s'aventurer toujours plus avant dans les entrailles de Londres (voir la dérangeante séquence dans les égouts). D'autant que le jeu profite également d'un magnifique score qui, malgré son manque de variété, accroche et transporte le joueur tout au long de l'aventure. Tout comme les doublages d'ailleurs, choquant au début, mais qui prennent peu à peu toute leur dimension à mesure que le scénario évolue et qui finissent de créer une ambiance tout à fait incroyable. Pour autant, Le Testament de Sherlock Holmes ne serait rien sans son gameplay à la fois varié et efficace. L'exploration tout d'abord, offre aux joueurs de nombreuses séquences novatrices et assez bien pensées où il faut notamment exploiter la collaboration entre Holmes et Watson ou encore utiliser l'aide d'un chien. Autre bonne idée, dans chacune de ces séquences le joueur a également la possibilité d'alterner entre la vue à la1ère ou à la 3ème personne, afin qu'il puisse choisir en fonction de ses préférences, mais également de l'ergonomie du lieu, etc. Dès lors, même si chaque nouveau lieu s'appréhende plus ou moins toujours de la même façon tout au long de l'aventure (découverte du lieu, de ses différents indices, tableau d'hypothèses et résolution), chaque déduction possède son mode de fonctionnement propre. De la même façon, chaque énigme et puzzle sont uniques et fluctuent entre le très simple et le très complexe. Ainsi, pour une expérience optimale chacun d'eux peut être passé afin qu'en cas d'incompréhension, le joueur bloqué, quel que soit son niveau, puisse continuer l'aventure. Mais ce n'est pas tout, un système d'aide est également disponible tout au long de l'histoire, révélant les différents endroits où se cache les indices les mieux dissimulés. Il est évident toutefois que pour avoir l'expérience de jeu la plus complète possible son utilisation doit être fait avec parcimonie.

Quentin Boutel














Partagez sur :

 

 

Même si Frogwares utilise ici un tout nouveau moteur graphique, le moins que l'on puisse dire c'est que Le Testament de Sherlock Holmes ne brille pas pour ses qualités techniques. Physique des personnages vieillotte et animations archaïques, rien ne suggère que l'on soit ici en présence d'un jeu vidéo sorti en 2012. Toutefois, le Character design rattrape le tout, et ce grâce à des décors variés et soignés (surtout en intérieur comme en témoigne par exemple toute la séquence dans la fumerie d'opium) grâce à des décors le plus souvent très soigné (surtout les intérieurs), mit en valeur par des éclairages somptueux et une belle palette graphique.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023