TITAN SOULS
Royaume-Uni - 2015
Image plateforme « PS Vita »Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « Titan Souls »
Genre : Action
Musique : Inconnu
Développeur : Acidnerve
Durée : faible
Langue : Français
Distributeur : Devolver
Date de sortie : 14 avril 2015
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Titan Souls »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Armé de son seul arc et d’une unique flèche, un héros solitaire part à la recherche des titans, les gardiens de toutes choses, vivant entre notre monde et l’au-delà.
Partagez sur :
Il ne peut en rester qu'une

C'est lors de la Ludum Dare 28 que Titan Souls, ou du moins, son ébauche, a vu le jour. Cette Game Jam, qui a eu lieu en décembre 2013, avait pour thème « You only get one » (tu n'en as qu'un), d'où le système extrêmement épuré du titre.

Titan Souls est une sorte de Boss Rush, même si le mot « rush » n'est pas forcément le plus approprié. En effet, le rythme n'est pas aussi effréné que dans un Alien Soldier, laissant le joueur profiter entre chaque duel d'une phase d'exploration que l'on pourrait qualifier de promenade. Car, en dehors des combats de boss, le joueur n'a qu'à déambuler dans les plaines et les couloirs qui composent le monde jusqu'à trouver le repère du prochain titan. Le minimalisme se retrouve également dans son système de jeu à deux boutons seulement, l'un pour tirer sa flèche et la rappeler à soi tel un Jedi usant de la Force, l'autre pour effectuer une roulade et courir. En outre, il suffit d'un seul coup pour éliminer un titan comme il suffit d'un seul contact avec ce dernier pour passer l'arme à gauche. Ainsi, un boss / niveau peu se terminer en à peine quelques secondes, que ce soit dans la victoire ou la défaite. Seulement, inutile d'espérer un dénouement heureux dès le premier essai, à moins d'un coup de bol monumental : il faut d'abord trouver l'unique point faible de chaque titan et comprendre comment l'atteindre avant d'obtenir la victoire.

 

La balade des titans


Difficile de ne pas éprouver de l'intérêt, voire de la sympathie, pour Titan Souls. L'évolution du projet né durant une Game Jam jusqu'à l'œuvre que l'on a aujourd'hui, avec ses boss supplémentaires et sa réalisation rénovée témoignent de la passion de ses géniteurs. On peut également accueillir positivement la simplicité d'un jeu qui va à l'essentiel dans sa maniabilité comme dans ses graphismes. Enfin, les musiques, tantôt planantes, tantôt épiques, font du jeu un véritable voyage alternant les séquences contemplatives et les affrontements homériques. Il faut tout de même noter que Titan Souls fait partie de ces jeux qui mettent le joueur face à de nombreux échecs, le moindre moment d'inattention conduisant presque inéluctablement au Game Over. Ceci n'est pas un problème en soi : chaque victoire en devient même une délivrance, un vrai moment de grâce. Vaincre le premier titan est d'ailleurs une véritable expérience, tant il est jouissif d'avoir réussi le coup parfait après de nombreuses tentatives.

 

une flèche dans le genou


Mais on n'en vient tout de même à se demander si ces quelques secondes d'extase, délivrées à dose homéopathique, valent vraiment tous ces efforts. Si la victoire est censée être la conséquence de l'observation, de l'analyse de chaque ennemi et de la précision du geste, on peut (souvent ?) l'attribuer à la simple chance, au hasard d'une flèche décochée sans trop y croire alors que l'on n'espère même plus voir le centre de sa cible s'aligner avec le petit masque de collision de son projectile. Et puis, difficile de comprendre si la disposition des checkpoints dans le jeu est due à un choix de design ou à un oubli des concepteurs. Mais, en l'état, elle rend la progression assez fastidieuse : enchaîner des allers-retours relativement longs pour être renvoyé à son point de départ en quelques secondes s'avère particulièrement frustrant, voire pénible à la longue, au risque de décourager les moins masochistes. En ce sens, la balance entre punition et récompense semble trop pencher du mauvais côté pour que l'on ne s'empêche d'émettre des réserves au sujet de ce Titan Souls, même s'il n'en demeure pas moins une expérience unique et un véritable défi, réservant quelques récompenses sympathiques aux plus téméraires. Et aux plus patients.

Benoit Barny












Partagez sur :
 

Le style dit pixel art semble définitivement la norme sur la scène indépendante du jeu vidéo. Mais, même si l'on peut craindre qu'il commence à perdre de sa fraîcheur, il fait tout de même son petit effet, ne serait-ce qu'auprès de ceux qui ont au moins vécu l'ère 8 bits, le titre s'inspirant notamment du premier Zelda dans sa représentation. Ainsi, à défaut d'être vraiment original à ce niveau, Titan Souls n'est certainement pas dénué de charme. Les environnements, finement rendus, sont variés, chacun laissant ressentir une atmosphère qui lui est propre, des montagnes enneigées aux caves volcaniques, en passant par les plaines verdoyantes. Reste cette sensation de vide qui compte parmi les traits caractéristiques de Titan Souls tout en participant, dans une certaine mesure, au manque d'attachement que certains risquent de ressentir pour lui.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020