SPLATOON
Japon - 2015
Image plateforme « Wii U »
Image de « Splatoon  »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Nintendo
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 29 mai 2015
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Splatoon  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Tout allait bien à Chromapolis, jusqu’au jour où venue des profondeurs, une armée de pieuvres apparut ! Ils ont volé le Poisson-charge, source d’énergie de Chromapolis ! A vous d’incarner un Inkling pour tenter de sauver Chromapolis.
Partagez sur :
Rainbow Children

Nintendo délaisse ses licences iconiques et lance en grande pompe un titre totalement inédit, renouvelant considérablement l'offre de sa WiiU avec Splatoon, jeu de tir coloré, fun et addictif qui a tout pour devenir une future référence.

Développé par une petite équipe de la maison (comme à la grande époque), Splatoon intriguait depuis de long mois les gamers, aguichés par des vidéos prometteuses et de nombreuses présentations (E3 & co) qui faisaient grand bruit. Il faut dire qu'en mettant de coté ce sacré Mario et en travaillant une esthétique toujours aussi joviale, mais bien plus mode, pop et flashy à la manière d'un Jet Set Radio, le titre semble être affiché comme un symbole de la diversité nouvelle de l'éditeur. Cela ne l'empêche pas de travailler les fondamentaux de la firme, en particulier avec son mode solo qui sert autant de tutorial de luxe que d'aventure mêlant plateforme, puzzle et boss aux patterns hérités de la tradition. L'occasion de récupérer quelques armes supplémentaires, servant plus loin, mais aussi de se confronter à tous les cas de figures qui font le sel de Splatoon. Un jeu de tir à la troisième personne, mais où les munitions laissent la place à des boules de paintball bien moins meurtrières, et repeignant généreusement les sols et murs du décor tout en faisant disparaitre les méchantes pieuvres adverses. Les niveaux ne sont jamais de simples couloirs où l'on canarde aveuglement, puisqu'ils regorgent de petits pièges, de passages cachés et de bonus à défricher dans les caisses destructibles, tout en passant régulièrement sous la forme calamar (d'une pression sur la gâchette gauche) pour se glisser en apnée dans les mares de couleurs, permettant alors de grimper partout, de se glisser sous les grilles, de reconstituer sa réserve et de surprendre les ennemis. Présenté à la manière d'un certain Super Mario Sunshine, le mode n'est certes pas excessivement long, mais très accrocheur et permet de débarquer fièrement dans le central Multi-joueurs, sans se faire rétamer en 10 secondes. Gros changements pour Nintendo, qui une fois n'est pas coutume place justement les parties en ligne comme l'argument premier de sa création, et qui a clairement renforcé ses serveurs, rapides, solides, ne faisant subir généralement que quelques secondes d'attente entre chaque partie.

 

Du pollock au bout du fusil


Là, c'est un terrain connu pour les habitués des TPS qui retrouveront des joutes en deux équipes de quatre, dans des décors pour l'instant faibles en nombres (5 initialement, mais de nouveaux sont déjà arrivés) mais excellemment bien conçus dans leur level design et l'utilisation de ce gameplay si particulier. On y engrange de l'expérience, y débloque de nouvelles armes qui changent considérablement les escarmouches (les rouleaux, les supers attaques cyclones...) mais surtout on s'y amuse non-stop dans une bonne humeur générale, puisque loin des jeux de guerre à la morale douteuse, le but n'est pas forcément d'éradiquer les adversaires, mais de recouvrir un maximum de surface avant la fin du chrono. Excellent, les choses s'intensifient encore avec les « Match professionnels » (tout juste ouverts) qui ne seront accessibles qu'à ceux ayant dépassé le level 10. Nintendo annonçait le Mario Kart du jeu de tir, et cela n'est pas loin d'être réussi, avec au passage un hub/menu d'ouverture joliment habillé, permettant d'accéder aux différents modes et boutiques en se baladant, mais aussi en cliquant directement sur l'icône via le GamePad. Bien vu. En tout cas bien plus que le Dojo, seul offre multijoueur sur la même console, dans lequel deux joueurs (oui, c'est tout) se confrontent dans les environnements déjà vu, à la recherche de ballons à éclater. Un peu dommage, puisqu'en plus de ne libérer aucun bonus inédits, cette timide compétition ne comble jamais le vide de l'absence de vrai multi 4 joueurs en écran splitté. Même déception du coté des désormais incontournables amiibo qui certes donnent accès à de nouveaux challenges et pièces d'équipement, mais où seuls les trois persos officiels Splatoon sont compatibles alors qu'il aurait été plus généreux d'inclure d'autres figurines (Mario, Pacman et consorts) pour apporter un peu de variété dans un habillage electro-pop où la bande son peut finir par casser les oreilles. Mais l'essentiel est là cependant, en termes de sensations, d'évidence de la prise en main (même le contrôle gyroscopique de la caméra fini par convaincre), de frénésie des batailles compétitives, laissant clairement entendre que les futures mises à jour devraient à terme gommer la plupart de ses petites failles.

Nathanaël Bouton-Drouard














Partagez sur :
 

Pas de champis, pas de tuyaux verts, mais de sympathiques ados mode-addicts aux cheveux pulpeux et qui se transforment en calamar aux gros yeux. Sans surprises les modélisations sont parfaitement réalisées avec une finition assez sobre mais efficace, laissant la part belle aux couleurs excessivement vives, sans jamais baver ou déborder. De quoi donner des airs de toiles pop'art aux décors à la fin d'une batailles, mais ceux-ci n'ont pas été sacrifié malgré la réutilisation de nombreux éléments, affichant des textures convaincantes, une tenue sans faille et même une profondeur de champs considérable. La WiiU n'a de cesse de démontrer qu'elle a un très bon coffre, bien meilleurs que les PS3 et les Xbox 360, exploitant l'affichage HD avec jubilation et générosité. Bonne note aussi du coté de la traduction française sur les textes (les personnages parle en jiberish alien) qui a su rebondir sur les multiples jeux de mots.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023