HALO WARS
Etats-Unis - 2009
Image plateforme « Xbox 360 »
Image de « Halo Wars »
Genre : Science-fiction
Musique : Divers
Développeur : Ensemble
Durée : moyenne
Distributeur : Microsoft
Date de sortie : 27 février 2009
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Halo Wars »
portoflio
site officiel
LE PITCH
2531. les covenants ont découvert quelque chose sur la planète Harvest. Le vaisseau UNSC, l’esprit du feu, est dépêché sur place pour enquêter sur les activités de l’ennemi et y mettre un terme. Ce que l’équipage découvre pourrait bien faire toute la différence entre la survie de l’humanité et sa destruction certaine par les covenants.
Partagez sur :
Le Royaume des fourmis

Il fallait bien un budget maousse et le savoir faire d'Ensemble Studios et Microsoft pour donner un nouveau souffle à la saga Halo. Halo Wars se montre bourrin et dynamique... trop peut-être, oubliant au passage ce qui fait justement le sel d'un genre savoureusement cérébral.

Il aurait vraiment paru étrange que, malgré le grand final d'Halo 3, Microsoft Games laisse l'une de ses licences les plus juteuses partir de sa belle mort. Avant un Halo ODST par Bungie Software, la guerre humain / covenant revient par le biais du jeu de Stratégie en temps réel, genre idéal pour montrer les batailles destructrices entre ces deux espèces. Pas bête, Microsoft à d'ailleurs confié la conception du soft aux talentueux développeurs d'Ensemble Studio (aujourd'hui définitivement fermé), largement reconnus pour la série des Ages of Empire et autres Age of Mythology. Rien d'aussi complexe ici, la volonté étant d'amener les fans de la série Halo vers le STR et donc d'afficher une réelle accessibilité. Quelques raccourcis au pad, des menus radiaux pour lancer diverses constructions ou choisir les habilitées spéciales, un clic pour la direction à suivre... même le tutorial paraît superflu tant la prise en main se fait sans heurts ni gros efforts. Un plaisir immédiat donc, d'autant que les différentes missions du mode scénario affichent une grande variété dans leurs objectifs, demandant certes quelques défenses de base ou destructions de constructions ennemies, mais aussi une opération d'évacuation de camarades tombés dans un piège, de l'escorte de civils dans une ville attaquée de toute part... Tout un programme.

Assaut final ?

Dommage du coup que l'on soit obligé de passer à chaque fois quasiment par l'étape construction d'une ou plusieurs bases, accessoirement impossibles à gérer sans rester le nez dessus à l'écran. Une option pourtant classique dans les STR aujourd'hui, dont l'absence rejoint l'impossibilité d'englober seulement un certain type de troupes pour la future attaque (on a le choix entre toutes les troupes ou celles présentes à l'écran). Ce qui du coup amène chaque étape à se dérouler de la même façon : construction et amélioration à l'extrême des bases, commandes des meilleurs soldats et véhicules, envoi de l'ensemble sous la forme d'une grosse vague d'envahisseurs. On montre la cible et on regarde le carnage... mais aussi quelques unités se perdre en chemin. Autant pour la stratégie de longue haleine. Ce qui de toute façon n'aurait été guère possible ici puisque la carrière solo s'achève en à peine cinq heures, entièrement concentrée qu'elle est sur l'armée humaine. Sans doute une petite campagne Covenant ou Parasite n'aurait pas été de trop... loin de là. Surtout qu'en terme de contenu pauvre, le multi n'est pas en reste puisqu'il ne laisse à dispo que les hommes et les Covenants, dans des cartes déjà vues en solo. On sentirait pointer les futures extensions du Xbox Live, si Ensemble Studios n'avait pas mis la clé sous la porte. Particulièrement fourni sur le background historique du monde d'Halo (le récit se déroule 20 ans avant le premier opus), Halo Wars ne trahit clairement en rien la série de Bungie, mais va avoir bien du mal à se faire une place face à un Endwar disponible lui aussi sur machines nouvelle génération.
Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Particulièrement impressionnant lors de sa première présentation à l'E3 il y a deux ans déjà (on voyait chaque soldat vivre sa petite vie), Halo Wars a dû être rattrapé par la réalité et la difficulté de gérer les centaines de soldats qui apparaissent en même temps à l'écran. Du coup, sans être désagréable à l'œil, les décors ont été allégés, les animations simplifiées et les effets spéciaux standardisés. Cela n'empêche pas pour autant les petits soucis de frame rate de devenir on ne peut plus présents en parties en ligne, et quelques textures de faire mauvaise figure. Les scènes cinématiques (20 minutes au total) tranchent par contre heureusement avec celle d'Halo 3 puisqu'elles sont toutes en synthèse et profitent d'une mise en scène épique du meilleur effet, donnant un petit avant goût de ce que pourrait nous offrir un futur film sur grand écran, qui figure toujours dans le calendrier de Peter Jackson.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021