WARIO LAND - THE SHAKE DIMENSION
Wario Land Shake - Japon - 2008
Image plateforme « Wii »
Image de « Wario Land - The Shake Dimension »
Genre : Plates-formes
Développeur : Good-Feel
Durée : faible
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 26 septembre 2008
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Wario Land - The Shake Dimension »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans la dimension Shake, tout le monde vivant heureux. Jusqu’à ce qu’un terrible pirates se faisant appeler le Roi Shake décide d’enlever la reine et de dérober le plus précieux trésor du royaume : le sac de pièce sans fond. Heureusement un Merlufe, l’un des habitant de ce royaume, réussit à s’échapper et par requérir l’aide du plus improbables des héros : Wario !
Partagez sur :
Bouge ton booty !

Le bad guy de Nintendo est de retour sur console de salon, avec cette fois-ci un retour aux jeux de plates-formes qui ont fait sa gloire. Wario Land The Shake Dimension aurait pu devenir une nouvelle référence du genre, si seulement il n'avait été aussi court et facile.

Trop habitué aux Wario Ware et aux apparitions du personnage dans les softs de son ennemi Mario, et déçu par son retour dans un Master of Disguise tout juste anecdotique, on en avait presque oublié qu'à l'origine ce plombier attiré uniquement par l'appât du gain avait eu le droit à son heure de gloire sur Gameboy et Gameboy Advance, avec les deux Wario Land. C'est donc la vraie brève, mais belle série qui revient aujourd'hui sur Wii. Un revival qui s'apparente à un retour aux sources pour Nintendo qui oublie le passage obligé à la 3D pour se concentrer sur une 2D d'une pureté éclatante. Malheureusement proposé uniquement en format 4/3 (prouvant le retard de la Wii à l'heure de la HD), The Shake Dimension n'en reste pas moins particulièrement beau avec son esthétique de dessin animé décalé où notre compère se déplace avec une fluidité et une variété d'expressions surprenantes. Mais il n'est pas le seul à avoir la forme : les décors sont particulièrement léchés et variés, les ennemis répétitifs certes, mais les boss font merveille. Comme quoi la 2D et la Wii peuvent encore nous surprendre ! Mais avant d'être un film d'animation interactif (avec d'ailleurs de vraies séquences de plusieurs minutes en ouverture et fermeture), ce nouveau Wario Land reste un jeu de plates-formes. Un exercice que maîtrise à la perfection Nintendo depuis de nombreuses années, avec un vrai sens du level design et du gameplay.

Pour une poignée de piécettes

De ce côté-là, le jeu fait une nouvelle fois montre de leur savoir-faire avec au passage une utilisation tout d'abord inutile, puis bienvenue du capteur de mouvements de la wiimote, qui demande de secouer la manette pour vider un sac de son contenu, d'effectuer un mouvement sec pour que Wario frappe violement le sol, d'incliner doucement pour viser avec un projectile ou de diriger un véhicule. Un peu de nouveauté et de fraîcheur dans un soft qui reprend le concept initial de la série : se rendre dans un lieu empli de trésors, récupérer le plus gros et s'enfuir dans le sens inverse le plus rapidement possible. C'est simple, fun et efficace. Sauf que si l'on se contente de cela, le tout se plie en à peine 6 heures. Un peu court pour un studio à l'origine de titres fondateurs comme Super Mario World. Pour étendre la durée de vie de façon conséquente, il faudra donc passer par la case des missions supplémentaires reposant sur quelques tableaux cachés, et surtout dans la récolte de trois trésors dissimulés dans chaque niveau et quelques actions spéciales à effectuer (revenir avant un temps précis, récolter une certaine somme, trouver l'ennemi doré, etc.). Outre le fait de copier sans discrétion le concept des succès de Microsoft, tout cela paraît un brin artificiel et gratuit. Inutile de préciser que l'on aurait largement préféré une quinzaine de tableaux en sus. Mais que voulez-vous, la recherche systématique du grand public est devenue la politique première de la Wii.
Nathanaël Bouton-Drouard

 

 

 

 

 

Partagez sur :
 

N'en déplaise à ceux qui critiquent le moteur « Gamecube » de la Wii, la machine peut encore de temps en temps se montrer tout simplement bluffante. En l'occurrence ici avec un jeu de toute beauté, montrant une 2D d'une rare finesse et des animations particulièrement soignées. Clairement l'un des plus beaux jeux du genre. C'est donc d'autant plus rageant que la Wii n'ait pas été pensée pour afficher une image Haute Définition. Si ceux qui ont gardé leur télé 4/3 ne verront pas la différence, les autres devront supporter deux bandes marrons (avec quelques infos inscrites) sur les cotés latéraux et un cruel manque de définition, dans le cas de The Shake Dimension quelque peu dommageable.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021