ULTRA STREET FIGHTER II THE FINAL CHALLENGERS
Japon - 1991/2017
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Ultra Street Fighter II The Final Challengers »
Genre : Combat
Musique : Divers
Développeur : Capcom
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Capcom
Date de sortie : 26 mai 2017
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Ultra Street Fighter II The Final Challengers »
portoflio
LE PITCH
Ryu, Ken, Chun-Li et tous les autres personnages originaux sont de retour et prêts à en découdre en haute définition. Evil Ryu et Violent Ken sont également de la partie, avec de nouveaux mouvements et des styles plus agressifs.
Partagez sur :
La prime au turbo

Même si aujourd'hui la licence se développe en volume avec un quatrième opus qui n'en finit pas de revenir en mode Super, Arcade Edition ou Ultra, Capcom sait valoriser ses valeurs sûres et nous ressert une énième variation anniversaire du légendaire Street Fighter II, en exclusivité pour la Nintendo Switch.

Encore un joli titre pour la machine franchement emballante de Nintendo, qui sait forcément faire frétiller les extrémités digitales des grands joueurs, qu'ils soient fans de jeu de baston ou pas. Car là, bien entendu, on touche au sacré, au culte, à une véritable perfection du genre devenue une référence dès son apparition en salle d'arcade en 1991, puis carrément un raz de marée lors de son débarquement sur Super Nintendo. Depuis cette époque bénie du gros pixel, le soft n'a eu de cesse de revenir sous la forme de versions améliores, avec ajouts de persos, remaniement des coups et des stats et bien entendu une pléthore de portages dont un efficace Super Street Fighter II Turbo HD Remix proposé sur toutes les plateforme de téléchargements dans les années 2000.
Une mouture qui sert clairement de canevas à ce Ultra Street Figthter II, du moins pour son esthétique d'anime japonais, ou ses bruitages et musiques plus pêchues. A noter que les puristes peuvent bien évidement choisir entre cette apparence « moderne » qui tire un peu sur écran HD, avec les modélisations et ambiances d'origines, à l'ancienne mais toujours aussi efficaces. Par contre dans les coulisses, les choses sont beaucoup moins simples car les développeurs sont allés piocher un peu dans toutes les variations de Street Fighter II pour en tirer ce qu'ils considèrent comme la substantive moelle. Quelques équilibrages entre les persos qui reviennent au bon vieux Super Street Fighter II, des manipulation de pad plus souples qui viennent de 2001, un tout nouveau «déchoppe», l'abandon des coups chargés pour Honda et Chun Li... Clairement, on joue là sur les détails puisque les bases d'une efficacité et d'une énergie redoutables sont toujours présentes et assurent largement le spectacle et le challenge, particulièrement en ligne ou les pros les plus hargneux vous attendent un sourire carnassier aux lèvres.

 

Insert coin


Un grand jeu sans aucun doute, avec ici sa promesse la plus complète soit les 16 persos historiques (de Chun-Li à Fei Long), sans compter le démentiel Akuma débloqué d'office et deux « exclusivités » : Evil Ryu et Violent Ken, versions plus rapides et méchantes des icones de la saga. Un combattant plus charismatique et novateur issu d'un épisode plus récent et remanié à l'ancienne aurait tout de même été une bien plus jolie surprise. D'ailleurs, même si les possesseurs de la console vont avoir du mal à passer à coté de cette cartouche, on peut regretter que Capcom n'ait pas vu plus loin que les sempiternels modes arcade, un petit chalenge coop expéditif hérité de Street Fighter Alpha, une galerie scannée d'un colossal Artbook et ce « La Voie du Hadô » qui risque de venir hanter les fans pendant leur pire cauchemar. Une attention, euh louable sans doute, que cette beat them all en vue subjective ou un pauvre Ryu doit éliminer des vagues de sous Mr. Bison en reproduisant tant bien que mal les famous Hadoken ou Dragon Punch à l'aide des capteurs des petits Joy-con. Ridicule, laborieux et jamais ludique, il souligne cependant la précision glissante de la manette de base de la Switch, même en configuration Pad, dont l'absence de croix rigide et le placement acrobatique des gâchettes, va mettre à mal ceux qui espéraient une précision ferme. Reste la solution de la manette classique à acheter en boutique, plus qu'honorable, ou de patienter un peu en attendant la mise en vente d'un stick arcade officiel et solide. Ca peut faire un pack assez prohibitif à l'arrivée.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Même si Ultra Street Figthter II The Final Challengers est un soft prévu pour venir s'incarner sur les derniers écrans HD en date, on notera que la définition n'est pas toujours optimale et le cadre légèrement étiré. Avec ses bandes noires sobres (trop ?), l'affichage rétro lui garde ses lettres de noblesse mais ne sera bien entendu pas aux goûts de tout le monde. Reste qu'en dehors des petits désidératas de la prise en main et des menus on ne peut plus directs, la copie n'égratigne en rien la rapidité et la précision du jeu, emballant le tout avec des remixes sonores franchement agréables.
L'évènementiel mode La Voie du Hâdo (ça pouffe dans le fond), reprend en partie le moteur 3D de Street Fighter IV et ses textures légèrement cell-shadées pour un résultat pas totalement moche mais très loin d'être beau.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023