SONIC FORCES
Japon - 2017
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Sonic Forces »
Genre : Plates-formes
Développeur : Sonic Team
Durée : faible
Langue : Français
Distributeur : Sega
Date de sortie : 7 novembre 2017
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Sonic Forces »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Aidé par un être mystérieux se nommant Infinite, Docteur Eggman a réussi à conquérir la majorité du monde, employant une armée de vilains sous ses commandements, comprenant Shadow the Hedgehog, Metal Sonic, Chaos, Zavok. Pour combattre les forces d'Eggman, Sonic the Hedgehog et ses amis forment une résistance, rassemblant d'autres rebels à leur cause. Rejoint par son passé d'une autre dimension et une recrue de la résistance, Sonic tente de mettre fin au règne d'Eggman
Partagez sur :
en bout de course

De la mascotte emblématique de Sega née en 1991 aux années d'errance vidéoludiques, le personnage de Sonic n'a cessé de dégringoler de son piédestal 16 bits pour s'effondrer dans l'abyme des consoles next générations. L'évolution exponentielle de la technologie des machines, n'a eu d'égale que l'incompréhensible chute du hérisson bleu.

Années après années, itérations après itérations, les jeux Sonic n'ont fait que décroître qualitativement parlant en passant par toutes les plateformes sur lesquelles ils ont été adaptés, comme s'ils n'étaient finalement que le reflet lointain d'une époque bien définie. Bizarrement, Sonic Team et Sega n'ont pourtant jamais lâché le morceau, persistant vaille que vaille à faire évoluer (!) le personnage de consoles en consoles, explorant différents genres, passant du jeu de plates-formes originel au jeu de combat, en passant par le party game... De Sonic Rivals à Sonic Shuffle, Sonic The Fighters et on en passe des pires... L'éparpillement n'a jamais aidé le hérisson bleu à enthousiasmer les foules, et les retours aux origines n'ont guère été couronnés de succès non plus. Il a fallu attendre un Sonic Mania édité récemment (2017) et qui faisait office de retour aux sources pour que le hérisson reprenne un peu de couleurs, à l'occasion de ses 25 ans. Sorti quelques mois plus tard, Sonic Forces devait confirmer ce retour au premier plan. Nouvel échec...

 

entre tradition et modernité


Tout commençait plutôt bien pourtant avec un mode scénario qui tente d'apporter un semblant de contexte à l'aventure. Sonic est toujours confronté à l'abominable Docteur Eggman qui parvient à le capturer avec son armée de bad guys. La résistance s'organise et les différents personnages de la saga se lancent à la rescousse du hérisson bleu. On ne va pas se mentir, le niveau de l'histoire proposée ne vole pas haut, tout comme les dialogues, extrêmement faibles et lénifiants, le tout étant très clairement orienté vers le jeune public. Mais passons, ce n'est pas forcément ce que l'on vient chercher dans un Sonic... L'essentiel, ce sont évidemment les séquences de jeu et le gameplay. A ce titre, Sonic Forces navigue continuellement entre tradition et modernité. Au-delà de la ribambelle de personnages de la saga qui répondent à l'appel, le jeu propose de la variété avec alternativement des phases en 2D, qui renvoient avec plaisir au jeu originel, ainsi que d'autres passages en 3D, qui n'ont jamais vraiment réussi au hérisson. Pour spectaculaires qu'elles soient, ces-dernières restent malheureusement très limitées, axées sur un système de rails où le joueur doit réagir à la seconde près pour "piloter" son personnage. Un gameplay proche du néant pour ce qui reste un grand huit vidéoludique où l'on ne contrôle finalement pas grand chose...
Heureusement, les phases plus traditionnelles proposent des sensations de jeu meilleures, avec notamment le recyclage des classiques zones "Green Hill". Des séquences de jeu plus conformes à l'idée que l'on se fait d'un Sonic, et surtout, plus maîtrisées en terme de vitesse et de contrôle. Sonic reste Sonic, un jeu nerveux et dynamique, pour lequel la dextérité et la précision valent moins que la vitesse frénétique.

 

grisant mais limité


Permettant de contrôler des personnages différents, associant au sein d'une même histoire un Sonic actuel à son ancêtre de 1991 (comme pouvait déjà le faire Sonic Generations en 2011), Sonic Forces innove cependant en permettant pour la première fois d'interpréter son propre avatar. Un personnage que le joueur va pouvoir customiser de la tête aux pieds, lui choisissant des pompes jaunes ou une nouvelle paire de lunettes. Malheureusement, cette fonction ne trompe personne, uniquement cosmétique, quand bien même des armes différentes peuvent être utilisées, leurs fonctions et leur influence sur le déroulé de la partie restent anecdotiques. Une déception supplémentaire.

Si l'on ajoute à cela que le jeu est extrêmement court, 4 à 5 heures pour en voir le bout, que la difficulté (deux modes seulement) est considérablement basse et donc que le challenge et le replay value ne sont pas énormes, on se dit que le bilan est très limité... Ce qui est dommage car techniquement, le jeu est plutôt correct, agréable à l'oeil, et permet même de retrouver quelques sensations grisantes assez sympas par instants. Mais c'est trop peu pour faire de ce Sonic Forces un incontournable de la série. Pas l'un des pires, mais loin d'être l'un des meilleurs représentants d'une saga en bout de course...

Nicolas Mouchel














Partagez sur :
 

La première chose qui frappe avec Sonic Forces, c'est la belle tenue de ses graphismes. Il y a quelques années, Sonic était l'assurance d'un jeu coloré et fignolé. Mais à l'image de son gameplay, la saga s'est peu à peu enlisée dans des parti-pris techniques pour le moins assez peu ragoûtants, pour arriver à certains jeux carréments laids. Ici, Sonic Team a véritablement soigné l'épisode. Sans atteindre le niveau des versions consoles de salon, force est de reconnaître que le travail graphique, coloré, fait plaisir à voir. Techniquement, le jeu tourne à merveille et s'offre quelques phases de jeu décoiffantes sans qu'aucun ralentissement ne soit décelable. Pour autant, la maniabilité des différents personnages n'est pas au-dessus de tous soupçons. En éludant l'écueil de certains passages en 3D où le contrôle de Sonic est plus aléatoire qu'autre chose, on ne peut que regretter une certaine forme d'inertie un peu trop appuyée, rendant la jouabilité pas toujours très agréable et des imprécisions rageantes pour un jeu de plateforme. Côté sonore, le jeu envoie des décibels, avec des thèmes bien connus des amateurs de Sonic.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019