CONAN EXILES
Norvège - 2018
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »
Image de « Conan Exiles »
Genre : Aventure
Développeur : Funcom
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Deep Silver
Date de sortie : 8 mai 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Conan Exiles »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Crucifié en plein désert à attendre la mort, vous ne devez votre salut qu’à l’intervention du barbare Cimmérien légendaire. A vous de survivre par vos propres moyens et de développer un Empire digne de votre sauveur.
Partagez sur :
le secret de l'acier

Devenu tour à tour général, esclave, gladiateur et même roi, on ne présente plus Conan, barbare de fiction créé par Robert E. Howard et imprégné dans l'inconscient collectif avec la silhouette de Schwarzenegger grâce au chef d'oeuvre filmique de John Milius. Nous venons pourtant de le faire.

Héros populaire, Conan a vu ses aventures être adaptées sous de multiples formats, que ce soit en comics, en jeux de société ou vidéo. Si son univers impitoyable offre pourtant une richesse infinie, de par l'apport initial d'Howard, mais également ceux d'artistes ayant grandement enrichi sa légende, le Cimmérien n'a jamais véritablement bénéficié de jeux dignes de sa grandeur. Disponible depuis quelques années en early access pour certains possesseurs de PC, Conan Exiles arrive enfin en version définitive sur consoles avec quelques améliorations... ou du moins mises à jour. Dans l'univers d'Exiles, c'est avec déception que nous n'incarnerons pas le héros titre, mais une âme en péril que viendra délivrer Conan avant le début de la partie et juste après la création de votre avatar. Si vous voulez la vie sauve, vous allez devoir le mériter, hors de question que Conan fasse tout le boulot à votre place. Et ce fameux job, finalement, qu'en est-il ?

 

esprit barbare


Après avoir appris les rudiments à votre survie (se nourrir, boire, fabriquer des vêtements, frapper des gens et des crocodiles) l'intérêt du jeu va porter dans l'organisation en guildes. Avec d'autres joueurs, vous devrez vous organiser afin de créer une cité vous permettant de mener une petite vie peinarde faite de récoltes et de massacres réguliers. L'IA ne vous laissant pas farmer gratuitement, elle vous poussera dans vos retranchements dès que vous serez un peu trop installé, par l'intermédiaires d'invasions voulant réduire votre guilde en cendres. La vie en guilde, c'est cool, mais la promesse de Conan n'est elle pas une vie haute en aventures ? Oui et non. Oui car c'est sa promesse, non car le jeu ne vous le permettra pas. A offrir une multitude d'interactions inutiles et pas vraiment excitantes, on se perd un peu dans un ennui omniprésent. Les barbares découvrent en quelque sorte le spleen grâce à Exiles. Il n'est pas certain qu'ils nous remercient.

 

voir leur femmes se lamenter sous les bugs


Ce qui frappe dès les premières minutes c'est que le jeu est beau. Vraiment. On prend plaisir à admirer les paysages, à les explorer, à voir évoluer son personnage créé de toute pièce (de la couleur des cheveux jusqu'à la taille de sa b...), à apprécier la bande originale digne de celle composée par Basil Poledouris... puis plus rien. Ecrasé par un gameplay lourdingue ne fournissant aucun plaisir dans les combats, par des bugs à répétitions, la manette se repose plus vite que prévu. A quoi cela peut il bien servir de créer un magnifique décors empli de richesses à perte de vue si l'on n'a pas envie d'avancer sur plus de quelques mètres ? Pas à grand chose.

Une fois de plus, un personnage majeur de la pop culture hérite d'une adaptation mineure. Sous ses apparences attractives Conan Exiles se révèle être une déception immense. Une constante chez le Roi barbare on vous disait.

François Rey










Partagez sur :
 

Conan Exiles est probablement le jeu Open World le plus beau dans sa catégorie. Dommage qu'avec les machines actuelles la technique ne suive pas. La direction au pad est approximative, empêchant tout combat ou séquence d'escalade volée à Zelda Breath of the Wild d'être une partie de plaisir. Les temps de chargement raisonnables ne sont pas un frein à recommencer la partie plusieurs fois, mais après être mort dix fois car les coups portés manquent de précision, il vous faudra être sérieusement motivé pour continuer. Riche en possibilités, ces dernières restent brouillons, la faute à un menu archaïque et peu intuitif. C'est le défaut qui achève cette mauvaise expérience.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019