TEENAGE MUTANT NINJA TURTLES : SHREDDER'S REVENGE
Canada - 2022
Image plateforme « PC »Image plateforme « Nintendo Switch »Image plateforme « Playstation 5 »Image plateforme « XBox Series X »
Image de « Teenage Mutant Ninja Turtles : Shredder's Revenge »
Genre : Beat'em all
Musique : Tee Lopes
Développeur : Tribute Games
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Dotemu
Date de sortie : 16 juin 2022
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Teenage Mutant Ninja Turtles : Shredder's Revenge »
portoflio
LE PITCH
Bebop et Rocksteady font encore des siennes ! Les deux loustics s'incrustent sur Channel 6 pour annoncer qu'ils ont relooké la Statue de la liberté, ce qui cache évidemment un plan machiavélique. Mais les chevaliers d'écailles et de vinyle sont déjà prêts à passer à l'action.
Partagez sur :
Une carapace de nostalgie

Avec un goût assumé pour le retrogaming, Dotemu ne cesse de faire vibrer la corde nostalgique des joueurs. Quand il ne s'agit pas de jeux indés inspirés de vieux classiques, l'éditeur / développeur ressuscite carrément de véritables séries cultes.

La société parisienne s'est notamment illustrée avec les suites faites maison de Streets Of Rage et Windjammers, des projets qui semblaient improbables et qui ont abouti à des titres plus que convaincants. C'est pourquoi l'annonce d'un successeur à Turtles In Time, l'un des Beat'em Up les plus populaires de la Super NES, a suscité un immense enthousiasme. Cet enthousiasme est d'ailleurs loin d'être retombé à la sortie du jeu, puisque l'on a affaire à un véritable hommage. Pour commencer, le choix de graphismes d'inspiration rétro renvoie directement à son illustre prédécesseur, mais profite tout de même des supports plus récents : les pixels apparents n'empêchent pas une certaine finesse, grâce aux décors riches en détails et aux sprites animés avec le plus grand soin. Car, Shredder's Revenge reprend de nombreuses animations du jeu 16 bits, comme les prises marteau-pilon et le lancé d'ennemi vers l'écran, avec imitation du mode 7 en prime ; les animateurs se sont même autorisés de nombreux clins d'œil à des jeux combats via des coups de poing ascendants, des coups de pieds plongeants et autres attaques glissantes qui rappellent certains guerriers du monde.

 

Ils sortent les nunchaku, c'est la panique


Shredder's Revenge est donc un petit régal pour les yeux, mais pour les oreilles aussi. Le compositeur Tee Lopes, déjà à l'œuvre sur l'extension de Streets Of Rage 4, livre des morceaux qui sentent bon les années 80 /90, tandis que les fans du Wu Tang Clan devraient apprécier le flow de Raekwon et Ghostface Killah lors du combat face au boss final. C'est ainsi un vrai torrent de nostalgie qui déferle lorsque l'on se lance dans ce nouveau TMNT. Mais les fans de bagarre plus pointilleux ne devraient pas s'empêcher de relever quelques écueils. Car, tout populaire qu'il soit, Turtles In Time n'était pas forcément le plus carré dans son genre et cet aspect se retrouve encore chez son successeur. En effet, malgré les nombreuses techniques mises à disposition, la maniabilité n'offre pas un contrôle suffisamment pointu pour effectuer des enchaînements maîtrisés de bout en bout, ce qui résulte à du matraquage de boutons dans les premiers niveaux de difficulté. En niveau Extrême, on relève par ailleurs les attaques ennemies qui ne sont pas toujours très lisibles ou trop prioritaires pour un défi vraiment juste. Mais tout cela ne devrait gâcher l'expérience qu'auprès des plus exigeants : les combats demeurent énergiques et la possibilité de jouer jusqu'à six, localement ou en ligne, permettent d'organiser des sessions très conviviales, d'autant que l'on peut rejoindre une partie à n'importe quelle moment.

TMNT Shredder's Revenge est donc une véritable madeleine de Proust avec le soupçon de modernité qui va bien. S'il est inutile d'attendre quelque chose d'aussi pointu que chez le dernier Streets Of Rage, le fun est, malgré tout, bien au rendez-vous.

Benoit Barny








 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022