MOON KNIGHT T.1: REVENU D’ENTRE LES MORTS
Moon Knight #1-6 - Etats-Unis - 2014
Image de « Moon Knight T.1: Revenu d’entre les morts »
Dessinateur : Declan Shalvey
Scenariste : Warren Ellis
Nombre de pages : 136 pages
Distributeur : Panini Comics
Date de sortie : 7 janvier 2015
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Moon Knight T.1: Revenu d’entre les morts »
portoflio
LE PITCH
Marc Spector est-il vraiment Moon Knight ? Difficile de répondre puisque le justicier protège les rues de New York doté de trois personnalités différentes ! Grâce à la force du dieu égyptien Khonshu, le plus grand détective de la nuit affronte des fantômes et tente de retrouver une personne disparue.
Partagez sur :
Darkside of the moon

Moon Knight n'est pas Spider-man, ni Captain America ou Daredevil et ne figure pas au panthéon de tête de l'univers Marvel. Et pourtant, à la fois allumé et extrêmement dangereux, ce super-héros à la morale changeante c'est offert quelques très bons chapitres, auxquels il faut désormais ajouter les six épiodes imaginés par Warren Ellis et Declan Shalvey.

Personnage étrange et atypique, Moon Knight est apparu chez Marvel en 1975 sous l'impulsion de Doug Moench et Don Perlin. Une sorte de copie de Batman dont l'identité secrète se cachait sous celle d'un golden boy millionnaire, mais dont le costume d'un blanc immaculé tranchait avec le noir inquiétant du vigilant de Gotham. Un super-héros secondaire, aux origines souvent réinterprétées et réécrites (mercenaire, chauffeur de taxi...), à tel point que la magie égyptienne qui lui a offert ses pouvoirs est presque passée au second plan derrière ses nombreuses variations psychologiques. Et peu à peu les scénaristes sont même aller jusqu'à pousser cette multiplication d'orientation en faisant de lui un héros très atteint, hanté par des personnalités multiples. Si les différentes miniséries consacrées n'ont jamais eu le succès escompté, il reste une figure récurrente de l'univers Marvel soutenu par des auteurs de la trempe d'Alan Grant, Garth Ennis ou David Finch. Profitant du récent relaunch éditorial Marvel Now, l'éditeur propose une septième série de Moon Knight désormais écrite par le nom moins célèbre Warren Ellis (Transmetropolitan, Ultimate Fantastic Four). Pas question de revoir ici les origines, qui resteront tout juste évoquées, mais surtout d'opérer une synthèse maline avec les différents angles de sa personnalité malade.

 

costard cintré


Pour cela Ellis écrit ce premier volume comme une série de six courtes histoires indépendantes (ou presque) qui montrent tout à tour les capacités de grand détective du chevalier de la lune, son habitude des phénomènes surnaturels, sa proximité avec les trips métaphysiques lovecraftien ou ses facultés de super-héros physique digne du Punisher. Des épisodes systématiquement jubilatoires, d'autant plus efficaces et accrocheurs qu'ils vont définitivement à l'essentiel combinant à la fois des décennies de variations éditoriales et une canonisation parfaite pour les nouveaux lecteurs. Les dialogues font mouches, les seconds caractères imprègnent en quelques mots le monde violent et décadent de la nuit, tandis que Marc Spector, tel un fantôme inaccessible creuse la page de son ombre blanche (en costard, dans son costume classique ou dans une variation plus tribale) avec une sécheresse fatale. Un album fun et d'autant plus percutant que le trop rare Declan Shalvey (Deadpool) signe là une réalisation tranchée et et spectaculaire. Ses dessins sont fins, à la fois anguleux, fouillés et minimalistes, mais c'est véritablement son sens du découpage et des contrastes qui impressionnent. Aux oppositions entre le blanc virginal et les alternances de rouge sang et de noirs ténébreux, répondent des cadres ciselés, citant parfois à bon escient le Will Eisner de The Spirit. Un vrai retour en force pour le personnage et une excellente BD tout court qui compose, par exemple, un montage en parallèle de victimes d'un sniper (avec disparition progressive et définitive de la page), ou un assaut expéditif d'un bâtiment qui n'est pas sans rappeler la nervosité de The Raid. A lire, Moon Knight mérite bien ça.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022