PRIMAL ZONE VOLUME 1
France - 2008/2009
Image de « Primal Zone Volume 1 »
Dessinateur : Pierre-Yves Gabrion
Scenariste : Pierre-Yves Gabrion
Nombre de pages : 120 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 9 septembre 2009
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Primal Zone Volume 1 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Voici l'histoire d'un homme qui n'a plus d'âme... Il l'a perdue à 10 ans, lorsque la police le découvrit aux côtés du cadavre de sa mère assassinée. Jugé coupable, il fut placé pendant 15 ans en institut spécialisé. Respect de la hiérarchie, maîtrise de ses pulsions, etc., il incarna la réussite du système et put réintégrer la société. Mais, au plus profond de lui, Ortog, le gardien de sa Bête, patientait...
Partagez sur :
Journal d'un barjot

Un serial killer qui tue à l'aveuglette, des créatures sorties de nos pires cauchemars, des mystères paranoïaque, des planches que l'on croirait sorties du Torso de Brian Michael Bendis et une utilisation bien pensée de l'outil Internet... et pourtant c'est français !

C'est dans les vieux pots que l'on fait parfois les meilleures soupes. Sans vouloir insulter Pierre-Yves Gabrion au passage, on ne peut pas dire que ce dernier fasse partie de la jeune garde de la BD française. Dessinateur de presse, puis signature régulière pour des revues comme Mickey ou Spirou, l'artiste empochera un Alph'art pour son Amazonia. Ce n'est qu'en 1990 qu'il trouve enfin le sujet pour réaliser sa première série plus « mature » ou « libre » : L'homme de java, qui sera suivi de Scott Zombi ou Phil Koton. Mais malgré ce premier léger ré-aiguillage de carrière, l'illustrateur n'avait en rien préparé son lectorat à découvrir les planches de sa dernière création : Primal Zone. Un petit pavé d'une centaine de pages sculptées dans un noir et blanc ultra contrasté. Impossible de ne pas penser au Sin City de Frank Miller ou au Marquis de Guy Davis, mais le nouveau trait expressif de Gabrion séduit immédiatement par un réalisme de film noir qui plonge immédiatement le lecteur dans les ténèbres

Sur les traces du lézard

Des ruelles au désert aveuglant jusqu'à l'univers onirique et effrayant de H.P. Lovecraft, voilà le parcours étrange auquel on est ici convié. S'inspirant de toiles (présentées en fin de tome) peintes par un ami qui a fini par mettre fin à ses jours suite à des symptômes schizophrénique, le volume est une véritable exploration de la bipolarité. Mêlant quelques codes du polar et de l'horreur, la BD s'attache surtout à suivre les réflexions étranges et les visions perturbantes d'un sociopathe violent, persuadé de cohabiter avec un démon du nom d'Orthog... Le parti pris de l'auteur étant justement de raconter quasiment l'intégralité du récit à travers les yeux de ce grand malade. Malin et surtout passionnant de bout en bout, et d'autant plus accrocheur grâce à des textes naturels et jamais envahissants, et un rythme éreintant. Primal Zone est une expérience en soi, qui rejoint celle vécue par Gabrion qui prit le parti de publier périodiquement chaque page via une page Facebook dédié et sur le site officiel avant d'en accepter la reliure ci-présente. Œuvre étonnante, approche éditoriale novatrice, Primal Zone devrait attiser la curiosité et ce quelque soit le format choisi.
Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023