TANK GIRL: TWO GIRLS ONE TANK
Royaume-Uni - 2016
Image de « Tank Girl: Two Girls One Tank »
Dessinateur : Brett Parson
Scenariste : Alan Martin
Nombre de pages : 92 pages
Distributeur : Ankama Editions
Date de sortie : 4 mai 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Tank Girl: Two Girls One Tank »
portoflio
LE PITCH
Parfois, des gens reviennent dans votre vie. parfois, ils ne sont pas censés le faire... Le premier tome d'une toute nouvelle trilogie d'Alan Martin, scénariste et co-créateur de Tank Girl, avec le dessinateur émérite Brett Parson. Quand le tank de Tank Girl disparaît mystérieusement puis réapparaît avec une Tank Girl de pacotille à la place du pilote, tout part en vrille ! Mais la nouvelle Tank Girl cache un sombre et sinistre secret...
Partagez sur :
une belle paire

La délinquante la plus pétée de l'histoire de la BD continue son bonhomme de chemin, entre massacre gratuit, mauvaises vannes et pets bruyants, et toujours sous le regard attendri de son papounet Alan Martin. Mieux, celui-ci offre au passage un retour bordélique à une Sub Girl pas vraiment morte.

C'est comme dans les univers des supers-héros, dans l'Australie post-Mad Max et Chuppa Chups de Tank Girl, les héros ne meurent jamais vraiment. On le croyait pourtant avec la pauvre Sub Girl (celle avec un sous-marin donc) disparue tragiquement dans la première et historique série. La voici qui revient pourtant, mais pas franchement en forme, tout d'abord amnésique (un classique), puis working girl en tailleur avant de vriller en doppelgänger de Tank Girl et cannibale psychopathe. Des retrouvailles qui ne tournent pas vraiment à la séquence émotion et aux flots de larmes BFF, puisque cette dernière commet l'irréparable : elle se taille avec le Tank de Tank Girl. Sacré programme qui porte inévitablement la marque d'Alan Martin fidèle au post, toujours prêts à balancer Booga et les autres en slip au milieu d'une ville habitée uniquement par des fans de Hard Rock 80's ou dans une évasion explosive et cataclysmique.

 

bitch power


Les vannes ne tombent pas toujours très juste, les épisodes ne sont pas tous de très bons goûts ou d'une grâce incroyable, dans Two Girls One Tank on sent tout de même que l'auteur s'est un peu plus restreint qu'à son habitude... En particulier avec l'absence totale de sorties de route textuelles ou d'apartés envoyant le quatrième mur valdinguer. Après le précédent et orgiaque 21th Century Tank Girl, ça détonne un peu. Un signe de maturation, de passage à l'âge adulte ? Il ne faut pas pousser non plus et ce divertissement délirant et explosif, garde toujours ce petit ton unique d'un weekend très flou à Ibiza dont le seul souvenir serait un tank de la seconde guerre mondiale au milieu du salon et une gerbe de café déca. Mignon donc. C'est du moins ce qu'essaierait presque de nous faire croire le petit jeune Brett Parson, déjà très remarqué sur l'album compile précédent, qui signe pour la première fois l'intégralité d'un tome. Et le résultat est plus que convaincant : fluide, dynamique, coloré, expressif et surtout très proche d'une esthétique Disney en pleine adolescence difficile. Des planches qui font beaucoup à la réussite de ce volume, car retrouvant avec un trait cartoony plus marqué encore, la patte initiale de Jamie Hewlett (oui celui du groupe Gorillaz). Les connaisseurs apprécieront.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021