L'HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE
France - 2010
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « L'Homme qui voulait vivre sa vie »
Genre : Thriller, Drame
Réalisateur : Éric Lartigau
Musique : Sacha Galperine
Image : 2.35 16/9
Son : Français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français avec audio-description pour malentendants
Durée : 115 minutes
Distributeur : Fox Pathé Europa Home Entertainment
Date de sortie : 9 mars 2011
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « L'Homme qui voulait vivre sa vie »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Paul Exben a tout pour être heureux : une belle situation professionnelle, une femme et deux enfants magnifiques. Sauf que cette vie n'est pas celle dont il rêvait. Un coup de folie va faire basculer son existence, l'amenant à endosser une nouvelle identité qui va lui permettre de vivre sa vie.
Partagez sur :
L'Homme sans nom

Que pouvions-nous attendre de la part d'Eric Lartigau après Un ticket pour l'espace et Prête moi ta main ? Pas grand-chose, soyons réaliste... Et pourtant L'Homme qui voulait vivre sa vie crée la surprise, prouvant qu'un réalisateur de comédie peut encore, en France, s'attaquer sans faillir à un tout autre genre.

 

Adapté du roman homonyme de Douglas Kennedy, le film expose sans perdre de temps l'existence tranquille de  Paul Exben, avocat des temps modernes marié à la belle (et excellente) Marina Foïs, père de deux enfants et habitant dans une grande maison d'une banlieue bourgeoise. Mais dès les tout premiers plans du long-métrage, Lartigau induit que tout ceci n'est qu'illusion, qu'il y a bien quelque chose de pourri dans la vie du personnage interprété par Romain Duris (l'un des acteurs les plus doués de sa génération, à condition d'être dirigé aussi justement qu'ici). En fin du premier acte, un drame violent et inattendu vient bouleverser l'intrigue, le récit intime basculant soudainement dans les terres du thriller pour enfin laisser place à un road-movie pur et dur, suivant la destinée d'un homme à la recherche de sa réelle identité.

 

Pour tous

 

Après le magnifique Ne le dis à personne de Guillaume Canet, L'homme qui voulait vivre sa vie adapte une nouvelle fois un roman anglophone, fait poussant Lartigau à souligner l'universalité thématique du récit. Sans s'encrer trop profondément dans un culture spécifique, le metteur en scène nous transporte avec passion dans la dangereuse quête de son protagoniste ; sa caméra, maîtrisée avec simplicité et talent, ne quitte pas un instant un Romain Duris envahissant l'espace sans jamais trop en faire. Impossible de s'ennuyer devant son jeu d'acteur, passant de mari attentionné à usurpateur d'identité et nouvel amant, d'avocat cool à photographe de talent. Duris tient clairement l'œuvre sur ses épaules en dépit des belles interprétations de Niels Arestrup ou Branka Katic. Sans fioriture, allant droit à l'essentiel, et avec une humilité ne rimant jamais avec paresse. Eric Lartigau lui sert des enjeux dramatiques passionnants sur un plateau d'argent, ses plans simples et son montage elliptique valant bien mieux que les mises en scène surfaites et les dialogues sur-explicatifs auxquels nous a habitués depuis trop longtemps le cinéma français.

Johann Garcia

 

 

 

Partagez sur :
 

Image :

Europacorp a encore une fois pondu un Blu-ray impressionnant, fort d'une colorimétrie pointilleuse et de noirs d'une profondeur vertigineuse, et ce malgré quelques blancs parfois trop présents et des arrières plans légèrement floutés. Mais ce n'est qu'une goutte d'eau dans un océan de beauté.

 

Son :

Pas le choix ici : l'éditeur a utilisé tout l'espace du disque pour nous offrir un DTS-HD Master Audio 5.1 d'une précision spectaculaire, avec des partitions musicales à la spatialisation millimétrée, qui ne rognent toutefois jamais sur les dialogues. A noter qu'il existe une option audio description pour sourds et malentendants.

 

Interactivité :

Le disque rassemble des suppléments assez attendus : un interview promotionnelle de Douglas Kennedy et du réalisateur, puis une autre, plus décontractée, rassemblant Romain Duris et Marina Foïs. Le making-of, consistant majoritairement d'images de tournage non commentées, s'avère très complet et passionnant : un bonus comme on aimerait en voir plus souvent. Des galeries de photos, de projets d'affiches et de storyboards suivent, et un module d'exercice pratique pour s'amuser à développer une photo en noir et blanc conclue l'interactivité, de manière sympa mais anecdotique. A noter enfin qu'une édition spéciale Fnac propose en sus un livret inédit de 24 pages, vraisemblablement tiré du dossier de presse original.

 

Liste des Bonus : Making of, Interviews, Galeries, Module Développement Photo, Bandes-Annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023